Fil info
07:40# # - : Musique: avoir des poissons dans la tête c’est vivre sa passion -> https://t.co/MNgGUY8X5X
07:37Région : Modernisation de la voie Fromental-limoges : début des travaux aujourd’hui -> https://t.co/Rpsx8FIfTl
07:34# # - -Vienne : Estivol : le nez en l’air et les pieds sur terre -> https://t.co/GxXVWp25c9
07:32Région : L’application vidéoguide s’enrichit -> https://t.co/j3kfmZQYp5
07:30Région : Combats du mont-Gargan: «Il n’y a pas de liberté sans mémoire» -> https://t.co/zJPAYHoFsp
00:02À nos souvenirs de la remontée en , le public reprend avec les joueurs et le sta… https://t.co/S0GzyoSKqO
22:46Corrèze : Le département placé en alerte orange canicule -> https://t.co/GYsUE4Zkuo
19:43Sainte-Orse : Une découverte sportives des sentiers et des bories -> https://t.co/vfA6wElVJb
19:40Dordogne : De l’ombre qui produit de l’électricité -> https://t.co/cQsXKDom8r
18:16Coulounieix-Chamiers : Quatre mois de travaux en vue -> https://t.co/9DxT4NVa43
18:13Beynac-et-Cazenac : Le chantier du contournement ouvert à la visite -> https://t.co/1mo9f1CLSt
18:07Douadic : Un hommage solennel rendu aux déportés -> https://t.co/gg1MPDzyaL
18:03Indre : Retour en images sur le Festival international des sports extrêmes -> https://t.co/4nwa33KUXh
17:54Châteauroux : Un air de guinguette pour les résidents des Rives de l’Indre -> https://t.co/6E2VQAyolz

Solidarité, j’écris ton nom Muhja

Pétition

Hier matin à Tulle une délégation de RESF 19 a été reçue par le Secrétaire général de la préfecture de la Corrèze. Elle lui a remis une pétition signée par un millier de personnes demandant la régularisation de la famille Muhja qui vit actuellement sous la menace d’une expulsion vers l’Albanie.

Indignation et mobilisation sont les maîtres mots qui résument le cas de la famille Muhja. «C’est un dossier* très technique dans sa phase actuelle au plan juridique mais il faut savoir que c’est la vie d’une famille qui est en jeu» rappelait une membre de RESF 19 mobilisée hier matin devant les portes de la préfecture de la Corrèze aux côtés d’une  vingtaine de personnes dont des élus de Tulle, et une élue de la Région.
Ils étaient venus apporter leur soutien à la famille Muhja qui vit sous le coup d’une expulsion depuis le 31 octobre dernier, date de leur notification d’OQTF (Obligation de Quitter la France) délivrée par la Préfecture de la Corrèze. Depuis RESF 19 a déposé un recours (suspensif) devant le Tribunal administratif de Limoges. Le réseau a également fait circuler et signer une pétition** interrogeant le Préfet de la Corrèze sur les nouveaux critères de régularisation en vogue dans le département..., demandant   l’annulation de l’OQTF, et la délivrance d’un titre de séjour pour cette famille exemplaire à plus d’un titre.
Exemplaire dans les efforts qu’elle mène dans son intégration sociale au sein de la cité gaillarde et le quartier des Chapélies. Leurs trois enfants sont scolarisés à Brive : Klindis, 12 ans, élève de 5ème au collège Rollinat, Klevi, 10 ans et Kejsi, 6 ans, élèves de CM2 et de CP à l’école Thérèse-Simonet. Mais «Comment accepter qu’un enfant aille à l’école la peur au ventre ?» s’indignait une membre du réseau.

Renvoi en Albanie

Leur mère Vilma a obtenu le diplôme d’étude de langue française (DELF) niveau B1 et était en voie de préparer un DELF B2 pour se professionnaliser. Elle  a travaillé bénévolement comme traductrice pour l’association Le ROC, en charge de l’accueil des migrants en Corrèze ! Son mari Sabah avait lui décroché une promesse d’embauche en CDI dans le Bâtiment. Ils ont fui leur pays, l’Albanie car ils vivaient sous l’épée de Damoclès d’une mort certaine dans ce pays au fonctionnement clanique solidement ancré. Il y a trois ans, la famille est venue à Brive où une place au Centre d’accueil de demandeurs d’asile (CADA) était disponible. Malgré ce parcours, la seule réponse de l’administration a été de les abandonner à leur triste sort en les renvoyant en Albanie.
«RESF exprime sa profonde inquiétude face à l’actuelle situation des étrangers qui sollicitent un titre de séjour dans notre département. La préfecture de la Corrèze a considérablement durci sa politique et délivre de nombreuses OQTF, y compris dans des situations qui répondent aux critères classiques de
régularisation» a déploré de vive voix RESF 19 au pied de la Préfecture.
Longueur de traitement des dossiers, nouvelles modalités de procédures de dépôt de dossier dématérialisées, prise de rendez-vous par internet... selon le réseau tout concourt à l’angoisse des familles  : «J’ai des espoirs. Je suis contente du soutien que nous avons reçu ici en Corrèze. J’espère que ça va aboutir à quelque chose de positif mais nous avons peur. Nous vivons ici depuis trois ans. Nous sommes bien intégrés avec une vie normale, les enfants vont à l’école. Ma  petite fille ne parle que le français, sa première langue» explique Vilma Muhja.

Serge Hulpusch

*Le recours au Tribunal suspend le délai de 30 jours de l’OQTF. Si la demande est déboutée, un autre appel est possible auprès de la cour
d’appel de Bordeaux mais pas suspensif en
l’espèce.
**La pétition signée par un millier de personnes est en ligne sur www.educationsansfrontieres.org


Un documentaire sur quatre élues  
Parmi les personnes présentes, le documentariste Patrick Séraudie, bien connu en Limousin. Il tourne un film sur quatre élues d’origine étrangère. «Ce sont les combats qu’elles ont dû mener pour arriver à ce qu’elles font et le combat actuel de l’égalité malgré la parité actuelle» précise le cinéaste. L’élue corrézienne EELV à la Région Mumine Orsoy, membre de RESF  est du rassemblement et du film : «Leur situation est totalement incompréhensible. On voit des promesses d’intégration qui ne sont pas tenues. Au niveau de la Région, nous avons signé une motion pour l’accueil des migrants y compris pour leur intégration en formation et dans l’emploi. Je ne comprends pas cette opposition de l’Etat. C’est un double discours. C’est un très mauvais exemple. Je suis issue d’une famille d’immigrés. Je ne vois pas comment on peut être aussi bien intégré. En Europe, on constate une course à l’extrémisme qui influence peut-être des décisions».

Nike Mercurial Superfly