Fil info
23:07Ce message est excellent il faut le partager très vite aux politiciens inconscients des risques https://t.co/UO5eEqnckx
20:36Creuse : On s’en doutait… | L'Echo https://t.co/kNyLxjkKN8 via
19:33Issoudun : Hôpital : la télémédecine c’est maintenant -> https://t.co/Zn3L2f1M3l
19:33 88%? On ne m'a jamais demandé mon avis...
19:30Déols : Dix-huit candidates pour une seule place de Miss Centre -> https://t.co/ms5IXRRMnw
19:28Châteauroux : L214 sur le marché pour dénoncer les conditions d’élevage -> https://t.co/dQjjde0KjI
19:25Le Poinçonnet : Très bons débuts du Poinçonnet -> https://t.co/tBZ7j4U1wL
19:07Coulounieix-Chamiers : Préfet Frédéric Perissat : « nonobstant la loi chasse, je reste le patron » -> https://t.co/WGQBNSjKM6
18:36Périgueux : Prise de conscience de l’urgence climatique et sociale -> https://t.co/3npg9YL2Rs
18:19RT : Pour un Jean-François choqué, l’incarcération de est particulièrement sévère au regard de son âge. Venant… https://t.co/oRDsTLZrE8
18:18RT : La droite qui s’indigne de l’incarcération de Patoche c’est la même qui a fait du « laxisme de la justice » son fon… https://t.co/YWj0Z29AGn
18:04Saint-Laurent-sur-Manoire : Une troisième saison riche de découvertes -> https://t.co/Ksxua3wlZj
18:04RT : [A LA UNE A 18h00] De nouvelles scènes de violence ont émaillé des manifestations interdites à Hong Kong, la police… https://t.co/3SuiyShqYU
18:00Castelnaud-la-Chapelle : Sensibiliser le public aux enjeux du climat et de la biodiversité -> https://t.co/00uPHwNESp
14:18RT : Merci aux ⁦⁩ ⁦pour cette article sur le train des primeurs. Ils confirment mes propos ainsi que ceux de ⁦… https://t.co/a1wVulXTlH
08:26Périgueux : (VIDÉO) Jean-Philippe Granger : "le monde agricole est aussi des négociations sur le réforme des retrai… https://t.co/quugxSk02B
07:08Chancelade : Deux incendies, une maison totalement détruite aux portes de Périgueux -> https://t.co/zJ68vKjs43

Dix éoliennes en Xaintrie ?

Energie

Un projet de création d’un parc de dix éoliennes du Deyroux en Xaintrie sur les communes de Camps-Saint-Mathurin-Léobazel, Mercœur et Sexcles est entrée dans une phase décisive. Une enquête publique débutera à partir du 7 janvier prochain et le préfet de la Corrèze devrait rendre dans quelques mois son avis.

Un nouveau projet de parc d’éolien est en cours d’instruction en Corrèze. La demande d’autorisation a été présentée par la société Parc Eolien Corrèze 1,  filiale du groupe EOLFI. Elle porte sur la création et l’exploitation d’un parc de dix éoliennes qui seraient implantées sur les communes de Camps-Saint-Mathurin-Léobazel, Mercœur et Sexcles en limite sud du département de la Corrèze.
Ce projet s’inscrit dans une «politique nationale de lutte contre le changement climatique et de réduction des gaz à effet de serre, et a pour objectif de
contribuer aux objectifs de la loi de transition énergétique pour la croissance verte, fixant à 32 % la part des énergies renouvelables dans la  consommation finale d’énergie en 2030» comme le rappelle un avis consultatif plutôt favorable rendu par la Mission régionale d’autorité  environnementale de la région Nouvelle-Aquitaine.
Les options de gabarit retenues correspondent à une puissance nominale de 2 à 3,3 MW par éolienne et à une hauteur totale en bout de pale d’environ 200 m (mât de 137 à 140 m et rotor de 114 à 126 m de diamètre). La puissance du parc est ainsi estimée entre 20 et 33 MW selon le type d’éolienne qui sera choisi. Le choix définitif du modèle d’éolienne n’est pas arrêté. Quatre modèles ont été pré-sélectionnés et le modèle Vestas V126 a été retenu pour l’étude d’impact . Un modèle d’éolienne fictif a également été retenu en parallèle pour évaluer l’impact sonore afin de considérer l’impact maximal.  La production annuelle est évaluée à 55.000 MWh. Les enjeux du projet de parc éolien du Deyroux relevés par l’Autorité environnementale ont concerné l’impact du projet sur la biodiversité, en particulier l’avifaune et les chiroptères.
Il a été fait mention  de la nidification du Circaète Jean-le-Blanc et de l’Aigle botté à proximité de la zone du projet, de la forte présence du Milan royal en période de migration, et enfin de la situation de deux éoliennes en milieu boisé favorable aux chiroptères et pour finir de l’impact  sur le niveau sonore et le paysage, en lien avec la proximité d’habitations. Les premières maisons sont situées à environ 500 mètres des éoliennes.
Au niveau paysager et des effets «cumulés», l’intégration de ce parc se ferait sans trop d’incidence selon l’avis de la mission. L’implantation devrait «suivre les lignes de force du paysage dans un souci de bonne intégration dans le grand paysage».
Des sites historiques, seule l’Église de Saint-Mathurin-Léozabel serait concernée par un impact visuel notable.

"Installer de tels monstres"

Le 21 décembre, le conseil municipal de Sexcles  recevait  Eolfi, le promoteur éolien venu présenter son  projet, ainsi que les trois commissaires enquêteurs.
A la sortie, les membres du conseil ont échangé leurs impressions : «A l’origine, on nous parlait d’éoliennes de 80 à 100 m de haut, et aujourd’hui, elles feraient 200 m, sous prétexte qu'il n'y a pas assez de vent, et que les techniques ont évolué. L'impact sur les paysages serait catastrophique !».  Un autre élu a surenchéri  : «On nous parle d’énergie renouvelable, mais ici, avec les barrages hydro-électriques, nous  sommes en excédent depuis longtemps. Je ne vois pas pourquoi on viendrait installer de tels monstres. Ce parc ne produirait malgré tout, que 10 à 15 % de la production du barrage  du Chastang. Beaucoup de dégâts pour pas grand chose».
Un troisième parlait du point de vue des  finances : «On nous vante les recettes pour les  communes. A mon avis, ça ne représente pas grand chose par rapport à l'impact négatif sur l’économie du tourisme».
Le conseil municipal de Sexcles devra donner son avis, comme une douzaine de communes des alentours. Visiblement, Eolfi n’a pas convaincu à Sexcles. Un autre conseiller municipal ajoutait : «Il y a trois ans, nous  avions déjà donné un avis défavorable sur l’avant projet. Je maintiendrai ma position. J’espère que la population et les autres municipalités prendront conscience du danger de  ce projet pour la Xaintrie». L’enquête publique  se tiendra dans les communes de Sexcles, Camps et Mercoeur du 7 janvier au 5 février* 2019. Tout citoyen pourra prendre connaissance du dossier et consigner ses observations, en mairie, ou sur le site de la préfecture de la Corrèze.

Serge Hulpusch

(*) Une enquête publique concernant le projet d’implantation de six éoliennes sur le Peuch Géant dans les Monédières débutée le 3 décembre se terminera elle le 11 janvier 2019.

Nike Air VaporMax 2019