Fil info
23:07Ce message est excellent il faut le partager très vite aux politiciens inconscients des risques https://t.co/UO5eEqnckx
20:36Creuse : On s’en doutait… | L'Echo https://t.co/kNyLxjkKN8 via
19:33Issoudun : Hôpital : la télémédecine c’est maintenant -> https://t.co/Zn3L2f1M3l
19:33 88%? On ne m'a jamais demandé mon avis...
19:30Déols : Dix-huit candidates pour une seule place de Miss Centre -> https://t.co/ms5IXRRMnw
19:28Châteauroux : L214 sur le marché pour dénoncer les conditions d’élevage -> https://t.co/dQjjde0KjI
19:25Le Poinçonnet : Très bons débuts du Poinçonnet -> https://t.co/tBZ7j4U1wL
19:07Coulounieix-Chamiers : Préfet Frédéric Perissat : « nonobstant la loi chasse, je reste le patron » -> https://t.co/WGQBNSjKM6
18:36Périgueux : Prise de conscience de l’urgence climatique et sociale -> https://t.co/3npg9YL2Rs
18:19RT : Pour un Jean-François choqué, l’incarcération de est particulièrement sévère au regard de son âge. Venant… https://t.co/oRDsTLZrE8
18:18RT : La droite qui s’indigne de l’incarcération de Patoche c’est la même qui a fait du « laxisme de la justice » son fon… https://t.co/YWj0Z29AGn
18:04Saint-Laurent-sur-Manoire : Une troisième saison riche de découvertes -> https://t.co/Ksxua3wlZj
18:04RT : [A LA UNE A 18h00] De nouvelles scènes de violence ont émaillé des manifestations interdites à Hong Kong, la police… https://t.co/3SuiyShqYU
18:00Castelnaud-la-Chapelle : Sensibiliser le public aux enjeux du climat et de la biodiversité -> https://t.co/00uPHwNESp
14:18RT : Merci aux ⁦⁩ ⁦pour cette article sur le train des primeurs. Ils confirment mes propos ainsi que ceux de ⁦… https://t.co/a1wVulXTlH
08:26Périgueux : (VIDÉO) Jean-Philippe Granger : "le monde agricole est aussi des négociations sur le réforme des retrai… https://t.co/quugxSk02B
07:08Chancelade : Deux incendies, une maison totalement détruite aux portes de Périgueux -> https://t.co/zJ68vKjs43

Les classes de Ladignac-sur-Rondelle et de Chamberet ne fermeront pas

Education

Une deuxième réunion du comité technique spécial départemental (CTSD) s’est tenue hier à Tulle à l’Inspection d’Académie et avec les syndicats au sujet de la carte scolaire du premier degré pour la rentrée 2019. Le DASEN a décidé de ne pas fermer de classe à Chamberet et Ladignac et de créer un demi-poste à Corrèze.

«Ecole en danger, école en détresse. Je ne veux pas que ce soit ma classe qui ferme. On aime nos maîtresses on ne veut pas en perdre une...».
Ces slogans, écrits au feutre sur des cartons par les enfants sont accrochés aux piliers de la Cité Administrative. Devant, une soixantaine de parents d’élèves de Meymac, Argentat, Allassac, Tulle (Joliot-Curie), des élus et des Gilets Jaunes sont rassemblés pour réclamer le maintien de classes dans leurs écoles respectives. La semaine dernière, lors d’une première réunion en CTSD (Comité technique spécial départemental), le DASEN, Daniel
Passat, avait annoncé la fermeture de 14,5 classes sur le département*  et l’ouverture de cinq pour la rentrée prochaine dans le premier degré.
Depuis quelques jours de nombreuses actions ont donc eu lieu dans certaines écoles concernées, des pétitions ont été lancées. «Celle que nous avons mise dans les commerces de la ville a récolté plus de 650 signatures en trois jours», souligne Maja Bendix, une mère d’élève sur Argentat-sur-Dordogne. «L’effectif baisse pour la rentrée 2019 mais va remonter en 2020. Si on ferme, cela va faire des doubles niveaux voire des triples niveaux. Nous voulons une maîtresse par niveau et que les Ulis soient comptabilisées», ajoute-t-elle.

"Les enfants ne sont pas des numéros"

A Meymac, la fermeture d’une classe en maternelle est jugée «trop prématurée». «Certes, les effectifs sont en constante diminution mais il n’y a rien de franchement dramatique», observe Alain Vermorel, adjoint chargé des services scolaires. «Entre 2016 et 2018, nous avons gagné 53 habitants. Tout laisse à penser que Meymac est dans un dynamisme ascendant et il faudrait tenir compte de la situation générale actuelle plutôt que de se cantonner à des chiffres administratifs» ajoute l’élu. «Pour exemple, l’usine pharmaceutique installée sur notre commune va tourner à plein régime en 2020». L’école maternelle de Meymac compte 80 élèves actuellement. «Nous en attendons 78 pour la rentrée 2019, soit deux de moins. Ce chiffre n’est pas définitif car il y a toujours des déménagements de dernière minute pendant l’été».
De chiffres, Aurore «ne veut pas en entendre parler». «Les enfants ne sont pas des numéros», tonne cette mère d’élève allassacoise. «Ils ont juste besoin de travailler dans de bonnes conditions et pas dans des classes surchargées». Dans cette commune «dynamique» du bassin de Brive, l’annonce de la fermeture d’une classe en élémentaire est «incompréhensible». Les parents d’élèves ont occupé l’école lundi matin. Ils ont aussi lancé une pétition sur la plateforme Avaaz et sur support papier. Plus de 700 signatures ont été recueillies.  
Une deuxième réunion du CTSD s’est donc tenue hier après-midi, le projet de carte scolaire du DASEN ayant été rejeté par les syndicats la semaine dernière. Daniel Passat a décidé de maintenir une classe à Ladignac-sur-Rondelle et à Chamberet puis d’ouvrir un demi poste à Corrèze le matin. «Le
Dasen avait une marge de manœuvre de deux postes et demi, il l’a utilisée. Il n’a pas fait plus d’efforts que ça», commente Karine Rossender du Snuipp-FSU19. «L’école de La Jaloustre à  Ussel a une fermeture conditionnelle : si les effectifs sont suffisants à la rentrée, la classe sera maintenue».
Par ailleurs, la classe unique de La-Chapelle-Saint-Géraud est confortée avec l’arrivée d’une famille syrienne, de six élèves, elle va passer à «la jurisprudence des dix».

«Des priorités non tenues»

Le Snuipp-FSU «exige la redistribution immédiate des 200 postes gardés en réserve par le Ministère». La Corrèze doit rendre cinq emplois. «On n’a pas la
dotation qui nous permet de fonctionner. Les priorités ne sont pas tenues comme l’aide aux élèves les plus fragiles par des postes supplémentaires en éducation prioritaire, par la recréation de postes de RASED (Réseaux d’Aide aux Élèves en Difficulté)», souligne la syndicaliste.
Pour Laurent Herlin, secrétaire départemental SE-UNSA, cette carte scolaire est «extrêmement décevante». Le syndicat souhaitait que le DASEN revienne sur la création de quatre postes de titulaires remplaçants. «Il n’a pas voulu. Or cela faisait quatre possibilités de fermetures en moins, voire éventuellement des ouvertures». Le syndicat souhaitait que le DASEN «réclame au ministère des postes supplémentaires au titre de la ruralité et de la mise en place des CP et CE1 dédoublés en REP+ car jusqu'à présent tous ces postes ont été créés à moyens constants dans notre département. Ce manque de postes fait aujourd'hui défaut quand on veut abonder la brigade de remplaçants. Pour nous, il n'est pas question de mettre en concurrence des postes classe avec des postes de remplaçants».
Le Comité Départemental de l’Education National se réunit cet après-midi en préfecture. Il rassemble les représentants des personnels, des parents d’élèves, d’associations, d’élus, il est co-présidé par le Préfet et le Président du Conseil Départemental.
 

K.B.


Des transports scolaires au rabais ?
Au cours du CDEN cet après-midi, il sera question du transport scolaire. En septembre 2017, cette compétence, autrefois départementale, est passée à la Région Nouvelle Aquitaine. Pour la rentrée 2019, celle-ci propose un règlement intérieur unique pour l'ensemble du territoire en lieu et place des 12 règlements départementaux. Le Snuipp-FSU y voit «une harmonisation vers le bas» qui s’est décidée «dans l’urgence» et «sans concertation avec les usagers et personnels». «En Corrèze, on prend les enfants qui habitent à 1,5 km de l’école ou plus. A la rentrée, on va passer à un minimum de 3 km ou plus. Il y a aussi des conditions restrictives pour la création d’arrêts supplémentaires», indique Karine Rossender. Le syndicat a mis un pétition en ligne sur Change.org. Elle s’intitule «Transports scolaires Nouvelle Aquitaine : Pour une harmonisation par le haut !».

Air Max 95 - Fresh Mint