Fil info
20:29Dordogne : Chasse au syndicaliste à la Sobéval -> https://t.co/9IBNUkTIvO
18:41Indre : Un nouveau jumelage sur fond de projet économique -> https://t.co/jOjQQAwo70
18:40Indre : 200 lycéens pour le climat -> https://t.co/ghQqNEAhih
18:39Indre : [intégral] Entre traditions et innovations -> https://t.co/7OJxmkL5je
18:07RT : Ce qui se passe ici avec la liaison Perpignan-Rungis c’est aussi la conséquence de la libéralisation du fret ferrov… https://t.co/Ubew1U4Aei
17:55RT : Tête de liste pour les européennes, a fait face sur à la vulgarité absolue d'un improbable… https://t.co/tDujckou22
17:24RT : Pour l'humain et la planète d'abord ! était à la marche à Paris. https://t.co/7KKSQc6Mfg
17:24RT : Le glyphosate pollue, le glyphosate est un poison. C'est la raison pour laquelle nos députés européens se battront… https://t.co/qlP87HuAuO
16:47Saint-Gaultier : Gérard Laude expose ses œuvres pour la première fois -> https://t.co/kasdDr0c7A
16:44La Châtre : Une résidence pour seniors dans le quartier Saint-Lazare -> https://t.co/fnvOlrcuSH
15:41Périgueux : Apprentissages et travaux -> https://t.co/RklGmcjxRW
14:22Boulazac : Mobilité danoise et gourmandises à Métro -> https://t.co/1zzKln03hk
11:34RT : La déontologie et la liberté d'expression convoquées à leur tour par la DGSI https://t.co/LJGceBICkS
11:22RT : ⚠️ [] ⚠️ La est placée en ⛈️ par . Des averses à caractèr… https://t.co/G3WCoSiLEe
09:46RT : La est en alerte jaune aux 🌩️. Soyez prudents dans vos déplacements et si vous pratiquez u… https://t.co/paTzzgZeGb
07:59France : Brossat : « Les 5% sont à portée de main » -> https://t.co/72MgMbyeNJ
07:51# # - : Hervé Labetoulle ancien résistant, partage son histoire -> https://t.co/ZWbLrKNqam
07:49# # - : A hurler de silences... -> https://t.co/zobI35vBDL
07:47# # - -Yrieix-la-Perche : Contes en musique pour Coquelicontes -> https://t.co/a2L8gOLnu1
07:46# # - : Le club de foot prépare ses 70 ans -> https://t.co/AxopmlqSew
07:44# # - -Yrieix-la-Perche : Rester actif et bien se nourrir pour être en forme -> https://t.co/rqEZf8Evjh
07:39# # - : Aurora, sur la route de la créativité et des festivals -> https://t.co/FDhPQDMGlr
07:38# # - : 3 jours de fête et des nouveautés -> https://t.co/6ErmOQw6me
07:35# # - -sur-Vienne : Les composteurs partagés -> https://t.co/QgLTGM6cmq
07:34# # - -Junien : Un Rabelais toujours jeune à La Mégisserie -> https://t.co/lKxTzzJeNt
07:32# # - -Junien : De la danse poignante sur la scène de La Mégisserie -> https://t.co/rBbaf2waIK
07:29# # - : Retrouver sa part d’enfance avec la nouvelle saison de l'Opéra de Limoges -> https://t.co/AxX86V6MPC
07:27# # - : Le jeu fait sa fête demain à la ludothèque -> https://t.co/mFm0lcQVtl
07:24# # - -Vienne : Une programmation culturelle riche pour le vaste territoire d'ELAN -> https://t.co/F0MJRWER7s
07:22# # - -Germain-les-Belles : Le circuit du Martoulet inauguré -> https://t.co/zQuhQW6D3t
07:20Région : « Le contournement Est (de Limoges) n’est pas enterré » -> https://t.co/Zg61eSc3xo
07:16France : Les bébés entassés comme la volaille en batterie? -> https://t.co/XmsVUyIRng
07:13Région : Vins Noirs offre le premier prix du roman policier Francophone -> https://t.co/wwgCLJwSEp

"On sèche comme la planète"

Environnement

Ils étaient 150 à Tulle en matinée et entre 250 à Brive l’après-midi à défiler pour le climat. Ce vendredi, à la veille de la grande marche, les lycéens étaient dans la rue pour répondre à un appel mondial en faveur de la planète. Les jeunes s’inquiètent pour la nature et pour leur avenir. Ils cherchent à éveiller les consciences.

«Et un, et deux et trois degrés, c’est un crime contre l’humanité !», scandent les lycéens tullistes. Panneaux dans les mains et slogans dans la bouche, les jeunes marchent d’un pas assuré vers la Préfecture, avec sono et haut-parleur. «On sèche comme la planète !», aiment-ils rappeler. Ils étaient 150 à Tulle hier matin à participer à cette grande manifestation mondiale en faveur de la planète, intitulée «Friday For Future» et impulsé par Greta Thunberg depuis la Suède.

Inquiétudes

Ces élèves d’Edmond-Perrier se sont rassemblés devant la mairie puis ont défilé sur les quais et dans le Trech. Leur démarche était soutenue par la CGT. Quelques militants et citoyens éclairés ont suivi le joyeux cortège. De retour vers la mairie, le groupe des organisateurs de la manif a pris la parole. «Nous sommes inquiets pour notre avenir mais aussi celui de nos enfants et de tous les gens que nous aimons», affirme une jeune fille. «Nous devons agir, modifier les comportements individuels, sensibiliser les entreprises, obtenir des mesures de l’Etat», poursuit-elle au mégaphone, applaudie par l’assistance. «Le changement climatique est un enjeu majeur, on veut sensibiliser les gens, surtout les jeunes car l’avenir, c’est nous !», ajoute un jeune homme avant que le cortège ne se reforme pour revenir sur le lycée. «Il y a urgence», estime Vivien en terminale ES. «La température augmente, la calotte glaciaire fond, les intempéries, les catastrophes climatiques se multiplient partout dans le monde. Si ça continue comme ça, il n’y aura pas d’avenir !», observe le lycéen. «Le gouvernement annonce des mesures mais la pollution augmente encore en France. C’est nous qui allons subir les conséquences du changement climatique».
Pour tenter de ralentir le phénomène, de limiter les dégâts, chaque individu doit modifier son comportement. Les lycéens d’Edmond-Perrier veulent montrer l’exemple. Les cinq élèves organisateurs de la marche souhaitent relayer le défi «Trash Tag» lancé sur les réseaux sociaux. Il consiste à nettoyer un lieu particulièrement recouvert de déchets et montrer le travail accompli par des photos réalisées avant et après l’intervention. «Nous avons déjà trouvé un endroit juste en bas du lycée. De façon individuelle on peut accomplir de petits gestes comme consommer moins d’eau, éteindre les lumières», suggère le lycéen.

Les vendredis en grève scolaire

Vendredi dernier déjà,  quelques lycéens étaient une quinzaine à s’être rassemblés sur le parvis du théâtre. Un premier geste avant celui d’hier où 250 jeunes ont défilé avenue Roosevelt pour rejoindre leur camarades du lycée Cabanis. Très peu d’élèves ont rejoint le cortège, grilles fermées et personnel en alerte. À l’interne, selon les directives du ministère, l’organisation d’un débat. Sur les 1.000 élèves de Cabanis, une trentaine y ont assisté. Au Lycée D’Arsonval, il s’est déroulé à la suite de la marche.
Lila, Marie, Chloé, Jeanne, Émeline, Francisco, Alexandre, Manon ont entre 15 et 16 ans. Ils envisagent de participer à la grève scolaire des vendredis initiée par Greta Thunberg. Les épreuves anticipées du BAC ne leur mettent pas la pression, ils feront en sorte de s’organiser pendant leurs heures d’études pour mettre leur projet à exécution. «Depuis toute petite, mes parents m’ont enseigné les écogestes. Mais ça ne suffira pas» conscientise Lila. «On est jeune, on a envie de vivre notre vie entière, on a envie que ça continue, on a plein de choses à découvrir. Il faut bouger sinon il n’y a plus d’avenir» dit encore la jeune fille.

Karène Bellina et Sabine Parisot

Marche des lycéens pour le climat à Tulle le 15 mars 2019