Fil info
22:40 Garder la mémoire pour soutenir notre tête !
21:33RT : Élections européennes : en Dordogne, les premiers résultats tombés donnent tous le RN en tête. Mauvaise soirée...
20:10RT : Tulle : bureau Latreille À où a voté François Hollande. Résultats : LREM 88 voix ; RN 65 voix ; PS 59 voix... Derr… https://t.co/mb1zchRGEP
19:54Châteauroux : Les lauréats Escapages désignés après une année de folles lectures -> https://t.co/L0Vj5HGXEk
19:49Châteauroux : L214 alerte sur le poids climatique de la viande -> https://t.co/tOeR7S7USK
19:47Le Blanc : Système de santé : chronique d’un « désastre annoncé » -> https://t.co/7zFDM3eJQx
19:45La Châtre-Langlin : Les « vieilles grands-mères » font recette -> https://t.co/ALcryrABfA
18:52Périgueux : Le climat a besoin du ferroviaire -> https://t.co/0m4H9LPq7M
18:49Périgueux : 220 Périgourdins ont défilé pour défendre l’avenir -> https://t.co/dmol3fv1uf
16:49 En espérant qu'ils ont rempli leur devoir de citoyen avant !
15:12Corrèze : Le tourisme à la mode virtuelle -> https://t.co/ETYmnaKlXZ
14:10 Toujours, toujours ✌️✌️
14:01 Il est sérieux monsieur le maire
12:43Élections européennes : le taux de participation à midi en Dordogne est de 25,06 % (contre 19,59 % en 2014 et 16,44 % en 2009).
06:30[Revue de Presse] Ça se passait comme ça à … Procès : les salariés n’ont rien oublié ! De p… https://t.co/SH46Xxvdal

90 km/h en toute responsabilité

Réseau routier

A la suite de l’annonce ce jeudi du Premier ministre sur un possible retour au 90 km/h sur les départementales en laissant les présidents de conseils départementaux décider au cas par cas, Pascal Coste, lui, a pris aussitôt la roue pour dire qu’il prendrait ses «responsabilités», soit environ 1.000 km de voirie à 90 km/h !

Les politiques s’emballent vite suite à ces annonces ouvrant la voie à un retour aux 90 km/h sur des portions de routes départementales. En juillet 2018, sur près de 400.000 kilomètres de routes secondaires, la vitesse maximale avait été abaissée de 90 à 80 km/h. On savait la mesure peu populaire, assumée par un Gouvernement alors qu’elle ne faisait pas partie du programme du candidat Macron. En zone rurale et périurbaine, sur quatre ou deux-roues, les usagers de la route avaient fait part de leur colère avant qu’elle ne se teinte de jaune quand la goutte d’essence avait fait déborder le vase des mécontentements.
Une mesure controversée mais efficace. L’accidentologie en 2018 avait connu une baisse inédite du nombre de tués sur les routes en enregistrant le chiffre de la mortalité le plus bas de toute l’histoire des statistiques de la Sécurité routière (3.259 tués). C’était ça «l’autre monde» à l’image des panneaux qui avaient fleuri sur les bords de route en Corrèze signalant que «le nouveau monde vous demande de ralentir»... Le président du Département Pascal Coste n’avait jamais caché son opposition à une mesure prise sans aucune concertation avec le gestionnaire de ce réseau que sont les collectivités territoriales. Les temps changent, les contextes politiques aussi. La crise des Gilets jaunes au ralenti, et une élection européenne qui fait du surplace au lieu  d’être en marche... et voilà les députés LREM qui déposent à l’Assemblée nationale un amendement proposant un possible retour aux 90 km/h sur les départementales...

Etat d'espit

Le débat doit être tranché par le projet de loi d’orientation sur les mobilités, qui vient de revenir à l’Assemblée après un passage au Sénat, contrôlé par l’opposition de droite défavorable à la mesure. Le Sénat a donné compétence aux présidents de Département et aux préfets pour relever la vitesse maximale autorisée. Un amendement des députés LREM prévoit lui de laisser cette compétence, mais pour les seuls présidents de conseils départementaux : «A priori, le Sénat a proposé de permettre aux présidents de Départements de pouvoir moduler au delà de la vitesse limitée de 80 km/h. Je suis ravi qu’on ait eu besoin du Premier ministre de la France en 2020 (SIC) pour comprendre que la sécurité routière c’était un sujet important. Je suis ravi que l’état d’esprit qui était le nôtre lors du vote à l’unanimité d’un rapport en séance plénière le 15 février 2018 sur l’expérimentation, soit ce qu’il ait retenu aujourd’hui» se félicite le président Coste.

Un retour rapide espéré

En Corrèze, 4.700 kilomètres de routes départementales étaient concernés par cette mesure. Pascal Coste souhaite un retour rapide aux 90 km/h sur environ 1.000 des 4.700 km du réseau routier en cohérence avec les départements  limitrophes. «Je compte prendre les arrêts dès la promulgation de la loi. ça serait bien que ce soit en route pour le 1er juillet» espère l’élu. Ce dernier veut un retour à la règle simple des 50/70 /90 km/h sur un même axe.
Le président estime également  qu’il faut revoir la carte d’implantation des radars pour les repositionner sur des points particulièrement  accidentogènes : «Je veux qu’on arrête avec les radars pompe à fric» image-t-il !
Tout semblerait rouler dans le bon sens sauf que Pascal Coste n’a pas apprécié la formule du Premier ministre sur «les  responsabilités» à prendre par les présidents de collectivités : «Je suis choqué sur le fait qu’il puisse douter de la responsabilité des élus locaux. On savait le peu d’empathie des marcheurs vis-à-vis des maires. Là, ils le retémoignent vis-à-vis des présidents des conseils départementaux en disant, nous l’Etat on a  assumé, est-ce-que les présidents des départements auront la capacité à assumer ? Moi je le dis, le président du département de la Corrèze assumera sa responsabilité et repassera le réseau structurant sur 1.000 km à 90 km/h»...
L’élu souhaite retravailler la cartographie des zones à 70 km/h après consultation des Maires, des services de l’Etat, de Gendarmerie, de Police et de secours. Les modalités de la typologie de l’accidentologie pour déterminer les causes exactes des accidents seront à affiner : «En Corrèze la vitesse  excessive, c’est 17%. C’est très important de lutter sur les 83 %».
En route vers le nouveau monde !

Serge Hulpusch