Fil info
21:20Saint-Geniès : Issue tragique à l’accident de dimanche près de Sarlat -> https://t.co/vtbgqYzcRB
20:50Périgueux : Les Jeunes Agriculteurs de la Dordogne soutiennent leurs aînés -> https://t.co/7MmyBJe4TS
20:07Saint-Geniez-ô-Merle : Une zone blanche, des tours, un pylône et des explications -> https://t.co/3Z8jUmvacO
20:00Périgueux : Création d'un pôle public d'éradication de l'amiante : réponse mi-novembre -> https://t.co/hcBH2MHFAu
19:52Argenton-sur-Creuse : Faune 36, un centre de soins pour animaux sauvages inédit dans l’Indre -> https://t.co/y22p4lm018
19:51Issoudun : Le 7e Issoudun Reggae temple ce soir et demain au PEPSI -> https://t.co/qmHCRoSlZx
19:43Châteauroux : « Châteauroux Demain » apporte sa contribution à l’enquête sur le PLUi -> https://t.co/AIVABN6Var
19:41Châteauroux : Glyphosate : 58 plaintes déposées -> https://t.co/0EMi2INYYx
18:10RT : Le voilà le fameux ruissellement. https://t.co/JjoJAgaEgA
18:08RT : Le 17 octobre 1961, quelques mois avant la fin de la fin de la guerre d'Algérie, des centaines d’Algériens étaient… https://t.co/pH58p21gvX
18:07RT : Le voilà le fameux ruissellement. https://t.co/JjoJAgaEgA
18:06RT : Région : Service tendu à La Poste -> https://t.co/UJy8P84LKQ
18:06RT : Tulle : "Privée du métier que j'aime" -> https://t.co/y8PBvprmtA
18:06RT : Selon l'Insee, le taux de pauvreté en France atteint 14,3% en 2018, soit 9,1 millions de Français. 200 000 pauvres… https://t.co/zmud4JGRrL
17:59RT : Selon l'Insee, le taux de pauvreté en France atteint 14,3% en 2018, soit 9,1 millions de Français. 200 000 pauvres… https://t.co/zmud4JGRrL
17:56RT : 🇫🇷 Ce matin, lancement du au lycée Les Vaseix : une première en ! 👉 Promouvoir et déve… https://t.co/VFAwGbPmio
16:57Marsac-sur-l'Isle : Votre BA, c’est fin novembre -> https://t.co/1zVpEqDlVo
16:51Le 1er ministre Édouard Philippe aurait-il finalement renvoyé une note à ses ministres sur les règles en période él… https://t.co/t72BDN0tM6
16:14Sarlat-la-Canéda : Des recherches plastiques en lien avec le compagnonnage -> https://t.co/WrLc9hCHHp
15:39Boulazac : Sécuriser les abords de l’école -> https://t.co/L0K0agLsgH
13:40Beynat : Des châtaignes plein le cabas ! -> https://t.co/pNUj02sCAW
08:17RT : Région : Service tendu à La Poste -> https://t.co/UJy8P84LKQ
08:17RT : Région : Cinq ans de prison ferme pour la mère de Séréna -> https://t.co/WCJ2sAfWDi
07:35# # - -Vienne : Demain, c’est la Frairie : yes ! -> https://t.co/xR4NRe7Beo
07:33# # - -Vienne : "Au bord du rêve", une œuvre très originale -> https://t.co/0AcNK0wU7v
07:30# # - -Vienne : «Now», l’événement qui veut rendre l’économie plus «funky» -> https://t.co/Mo1R1d1Wh3
07:27Région : Cinq ans de prison ferme pour la mère de Séréna -> https://t.co/WCJ2sAfWDi
07:24Région : Service tendu à La Poste -> https://t.co/UJy8P84LKQ

«L’hôpital entier est malade»

Santé

Comme beaucoup de services d’urgences, celui de l’hôpital de Brive était en grève, hier. Une mobilisation symptomatique d’un malaise et d’un  épuisement qui s’accroît au sein d’un service sous tension sociale et sociétale.

«Tu vas bien ? Evidemment, je suis du bon côté du lit  !». Cette blague qui circule dans les couloirs du centre hospitalier de Brive est particulièrement
révélatrice de la situation qui y règne. Car malgré ce trait d’humour noir, le personnel soignant est tout sauf d’humeur à rire : «ça craque de partout» résume Victor Teixeira, représentant CGT de l’hôpital alors que la mobilisation contre la crise des urgences s’intensifie partout en France.
Hier, la banderole affichée dans le hall des urgences brivistes donnait le ton  : «Personnels en souffrance», «Galère, colère, grève» pouvait-on y lire.
A bout, les personnels ont rejoint le mouvement  car les difficultés sont loin de n’affecter que les hôpitaux parisiens.
«J’étais en quinzaine lorsqu’on m’a rappelée la semaine dernière pour me dire de faire le mardi. Puis une demi-heure plus tard on m’a rappelée  pour m’indiquer que je ne pouvais pas faire autrement et que je devais revenir le mardi, le mercredi et le jeudi» explique une aide-soignante.
Si la situation n’est pas totalement nouvelle, le personnel note qu’elle se détériore encore : «Cela dure depuis le début de l’année. Déjà l’année  dernière c’était pas fameux et ça empire de jour en jour».
A la fatigue s’ajoute autant «le ras-le-bol que l’épuisement».
Seule solution attendue par le personnel : «Il faudrait au moins commencer par remplacer les gens qui ne sont pas là»... Frappée du bon sens, la proposition ne semble pourtant pas être dans les tuyaux : «Une collègue s’en va en juillet. On le sait depuis  février mais elle n’est toujours pas  remplacée ! Au bout d’un moment on ne peut plus continuer comme ça».
Car la souffrance du personnel a forcément des incidences sur les prises en charge des patients.
«On a beaucoup de monde qui arrive aux urgences. Les prises en charge ne peuvent pas être bonnes ! Nous sommes épuisés et comme nous  sommes sans cesse rappelés ça ne va pas s’arranger» complète une autre aide-soignante du service.  
L’alternance du travail est également pointée du doigt par les professionnels : «On peut être de nuit puis repasser de journée dans la même  semaine. Ce qui n’est vraiment pas bon pour les organismes ».
Un ras-le-bol largement partagé par les infirmiers qui connaissent les mêmes difficultés : «On vient systématiquement taper sur ceux qui sont  théoriquement en repos. Mais quand on enchaîne quinze jours de nuit et qu’on nous demande de réattaquer dans la foulée sur une série, alors oui  ça se ressent ! Quand on fait un mois, un mois et demi non stop et qu’on a pas de temps de récupération il y a de quoi être épuisé. Surtout qu’il y a  aussi des journées à rallonge où on se fait 12 heures non-stop avec des fois des prises de repas à 4h30 du matin !» .  
Cette situation inquiétante  ne se cantonne pas au seul service des urgences :  «Nous, nous sommes en difficultés mais c’est l’hôpital entier qui est malade. Nous sommes la porte d’entrée mais derrière c’est l’effet domino» estime l’aide-soignante.
Une aberration pour Victor Teixeira qui ne manque pas  de souligner l’extravagance de la situation : «A l’hôpital, la fonction publique est donc la  première à ne pas respecter la réglementation du temps de travail ». Un comble qui ne fait vraiment plus rire les hospitaliers...
A Tulle, hier en début d’après-midi  à l’appel de la CGT, une poignée de personnel a débrayé : «Les urgences sont la partie visible de l’iceberg.
Malheureusement dans les services, c’est la course avec de moins en moins de personnel, des services regroupés, des lits supprimés. Sur trois  ans, on a vu le non remplacement d’une centaine d’agents en moins pour le même travail» dénonce Laetitia Bourdet, secrétaire du syndicat CGT Santé au centre hospitalier de Tulle. Une structure où le cumul des heures sup représente 44 ETP !

Mathieu Andreau et Serge Hulpusch

Jordan Styles