Fil info
00:39le mouvement de la paix 19 soutient ; participez à la souscription https://t.co/DN1ipfEcB3
23:30 Le sociologue de la de à jeudi 24 oct à l'invitation du et de… https://t.co/6ADygJ1kE6
23:23Périgueux : Le sociologue de la famille François de Singly en réunion publique -> https://t.co/cTxdajcmVp
20:42Bergerac : Fin de contrats, chômage partiel... Eurenco serait-elle en sursis ? | L'Echo https://t.co/LEiCcanePU via
19:45Périgueux : Alternatives aux pesticides : colloque national à Périgueux | L'Echo https://t.co/rkUd8QXRlI via
19:34RT : La direction de La Poste a décidé de réduire de 27 heures semaine à 15 heures semaine les horaires du bureau de Pos… https://t.co/ymIPzzfA8P
19:19Pommiers : Le Team Bethenet affiche sa belle santé -> https://t.co/NnoZb2hckN
19:17Gargilesse-Dampierre : Les généreux projets de l’asso « Pour Kungur » -> https://t.co/HLgr8WLOAf
19:16France : Des vestiges gallo-romains presque partout dans le secteur -> https://t.co/lB4icSu42A
19:15Châteauroux : La coopération plus que jamais -> https://t.co/blgUq2bqnV
19:13Indre : Le triporteur de Télématin sur la piste des produits berrichons -> https://t.co/0ZSBglvjfE
18:44Sainte-Croix-de-Mareuil : Omya : licenciements et débrayage -> https://t.co/LNPKGwkeYW
18:39Domme : Objectif à minima pour service de santé à bout de souffle -> https://t.co/FzyafHsisf
18:32Marsac-sur-l'Isle : Samedi, on se jette sur les savons pour aider à contrer les accidents de la vie -> https://t.co/fH1N7BoEDD
18:27Périgueux : Un meurtrier pouvant se contrer -> https://t.co/rwnW7nkbnZ
17:53RT : [senat] les pétitions de principe, les condamnations verbales ne suffiront pas à arrêter le pouvoir de qui… https://t.co/SSlHe9a36F
17:46RT : Si votre politique est si "bonne" monsieur le Premier ministre, pourquoi la France exprime t'elle autant de souffra… https://t.co/mst2HyiRBQ
16:52Terrasson-Lavilledieu : Réunion suivie sur l’intérim -> https://t.co/JuDW5G0x7H
13:38 1 colloque à pour défendre le purin d’ortie, le petit lait, Les décoctions… https://t.co/7y4icDzemg
13:21Quinsac : Alternatives aux pesticides : colloque national à Périgueux -> https://t.co/tNHZRQdq2C
13:01La direction de La Poste a décidé de réduire de 27 heures semaine à 15 heures semaine les horaires du bureau de Pos… https://t.co/ymIPzzfA8P
12:35Bergerac : Fin de contrats, chômage partiel... Eurenco serait-elle en sursis ? -> https://t.co/OCVzdyUVmL
12:30Saint-Pierre-d'Eyraud : La fête de Pradelou laissera des souvenirs impérissables -> https://t.co/va3qY4jm2N
12:14 candidate au label « TERRE DE JEUX 2024 », lancée par Paris 2024 dans le but d’engager tous les terri… https://t.co/GN68hxoAeC
11:48RT : 2020 En termes de postes, on en reste au vieux principe d’habiller Pierre (+ 440 postes dans le primaire… https://t.co/kfVI7CihaZ
11:46RT : La concurrence dans le rail se traduira par une hausse des prix et une baisse de la sécurité. Angleterre, Allemagne… https://t.co/Fr9PDCh7t7
08:27 Ah, ce n'est pas la bonne photo
08:18C'est dingue les photos d'à peine 2 ans et qui montrent une ambiance disparu au complet.. Ligne, train, personnels.… https://t.co/MnZqZUl2K0
07:40 Intéressant de voir le monde entier s'insurger et de comprendre qu'il ne s'agit pas de couleur ou de… https://t.co/J1cYOO5cUk
07:34 Pour le candidat à la mairie de le rival "… https://t.co/RVqCqaYPYg
07:33# # - -Vienne : Le Secours Populaire, solidaire et inconditionnel -> https://t.co/qmX8OBxmxY
07:31# # - -Vienne : «Communication à distance et mail art système», une conférence de Rémy Pénard -> https://t.co/gI5PzpDKA6

"Il ne faut pas oublier Ruffaud !"

Environnement

Le collectif «Sauvons Ruffaud» n’est pas mis en sommeil. Il continue d’œuvrer pour la préservation du site inscrit depuis 1943 et appartenant à une ZNIEFF*, ainsi que pour son libre accès au public, que ce soit pour la baignade ou la promenade.

Météo France annonce pour la semaine prochaine des températures caniculaires. Le thermomètre va frôler les 40°C par endroits. Nombreux sont ceux qui voudront se rafraîchir dans les étangs à proximité de Tulle. Mais cette année encore, ce n’est pas à Ruffaud qu’il faudra aller pour nager en pleine nature. L’étang situé sur le pays de Gimel, vendu en 2017 par le Département à une société privée, est fermé au grand public. Pour en profiter, il faut payer et pêcher. Une situation que regrettent les habitants du secteur et les Tullistes qui y avaient leurs habitudes, depuis parfois très longtemps. «Avec ces chaleurs, les sites aquatiques sont pris d’assaut, on a besoin d’eau cette année, plus encore que l’année dernière. Le problème de l’eau est vital en Corrèze aujourd’hui», commente Anne Flipo, membre du collectif «Sauvons Ruffaud».

Constituer une base de données

Celui-ci a été créé à l’automne 2018 par des citoyens et amoureux du site de Ruffaud. L’été dernier, la fermeture au public avait suscité l’émotion sur les réseaux sociaux. Une pétition, lancée en mars 2018 par Nathalie Roussarie et adressée au président du Conseil départemental, avait été particulièrement plébiscitée. Par la suite, des citoyens ont écrit une lettre ouverte à Pascal Coste, signée par 130 personnes. «Actuellement la pétition comporte 605 signatures, on a remarqué qu’elle a un nouveau regain cet été», note Didier Peyrat, membre du collectif. La protestation se poursuit. «Pour éviter que Ruffaud ne sombre dans l’oubli et pour répondre aux arguments, nous souhaitons constituer une base documentaire solide.
Depuis novembre 2018, nous travaillons à l’élaboration d’un référentiel, une banque de données sur Ruffaud». A ce jour, elle compte 91 documents. «Cela permet de faire le point sur des aspects environnementaux, juridiques, historiques, géographiques, sociologiques, littéraires du site», poursuit Didier Peyrat.

Un attachement pour Ruffaud

Sur le réseau social Facebook, la situation de l’étang de Ruffaud suscite toujours l’intérêt et les échanges. «On constate l’attachement populaire, familial qu’il y a pour ce site. Les gens souffrent de la perte de Ruffaud. Ils y ont des souvenirs, beaucoup y ont appris à nager». Le collectif se consolide et mène «un travail de longue haleine». Des interrogations demeurent sur la vente en catimini de l’étang. «Il n’y a pas eu d’enquête publique, mais une délibération adoptée en commission permanente du Conseil départemental (avec 21 voix pour et 9 abstentions) et dans laquelle le caractère protégé du site n’était même pas mentionné». Le Département reste propriétaire des 39 hectares de forêt autour de l’étang mais il les loue à la société privée pour 400 euros «seulement» par an. L’accès aux bois sera-t-il toujours libre ? Le collectif en doute.
Il veut «exercer une pression» auprès des services de l’Etat pour que Ruffaud, inscrit depuis 1943 à l’inventaire des sites naturels et appartenant à une ZNIEFF depuis 2000, ne soit pas «défiguré et totalement interdit. La privatisation n’implique pas forcément l’interdiction d’accès». Dans son histoire, Ruffaud a toujours été un étang privé, sauf entre 1972 et 2017. «Les gens ont toujours pu y aller pour se baigner, se promener. Les premiers aménagements ont été réalisés par M. de la Pradelle, (qui par la suite a vendu le site au Département)», rappelle le collectif. «En 2017, le nouveau propriétaire des lieux avait affirmé à deux reprises à la presse que la baignade serait toujours possible. Or, ce n’est pas le cas». «Sauvons Ruffaud» ne veut pas de confrontation avec la société Iktus, mais s’interroge sur la préservation de l’environnement.

Des eaux toujours pures ?

Entre 2013 et 2017, les analyses annuelles de l’eau étaient excellentes, qu’en est-il aujourd’hui ? «Dans quelle mesure peut-on introduire dans cet étang des espèces comme les carpes ou les silures que l’on n’a jamais vus ici ?», s’interroge Jean-Claude Bouyssou. «Que va-t-il se passer quand il va être vidangé ? Comment cette eau va-t-elle être déversée dans la Montane ?».
Enfin, le collectif met en avant la dimension sociale. La baignade dans les eaux claires de Ruffaud était gratuite. Tout le monde pouvait profiter de cette pleine nature, y compris les plus modestes.

Karène Bellina

(*) Zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique


Une histoire, des drames...

L’étang de Ruffaud est-il naturel ou artificiel ? Son origine est obscure mais il est représenté sur la carte de Cassini au 18e siècle. En 1851, le vicomte et poète Alexis de Valon, qui le célébrait dans ses vers, s’y noie accidentellement à l’âge de 33 ans. Un monument à moitié immergé dans les eaux est dressé à sa mémoire. Gaston Vuillier, voyageur, écrivain, artiste et ethnographe évoque Ruffaud dans ses écrits et dans l’un de ses rares autoportraits. L’auteur Marcelle Tinayre s’est inspirée de l’étang dans «L’ombre de l’amour» paru en 1909, tout comme Martial Chaulanges dans sa trilogie «La terre des autres» (1971). Marie-Louise Laval, mère d’Angèle, l’œil de Tigre (ou le corbeau) de Tulle s’y «suicide» en 1922.
L’étang est inscrit depuis 1943. En 1972, la famille de Geouffre de la Pradelle le vend au Conseil général. Le Département le cède en 2017 à la société Iktus qui le transforme en centre de pêche.

Un site protégé

L’étang de Ruffaud et ses rives s’étendent sur 74 hectares au nord-est de Tulle, à 540 mètres d’altitude. Sur les versants boisés du plan d’eau, le chêne et le hêtre s'associent aux conifères pour former une forêt mixte marquant le paysage des vallées encaissées de la Corrèze et de ses affluents d'une ambiance forestière au dessin localement remarquable.
Inventorié en ZNIEFF, l'étang à trois bras conserve une valeur écologique importante sur sa rive nord où persistent des zones de landes humides, des tourbières bombées et des tourbières tremblantes. Ces espaces sensibles recèlent également une flore aquatique composée d'espèces remarquables tels le flûteau nageant, la narthécie des marais ou encore le trèfle d'eau.
Source : la DREAL (Direction Régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement du Limousin).

 

Nike Zoom Kobe Shoes