Fil info
22:51France : Incendie mortel au cœur de la très chic station de Courchevel 1850 -> https://t.co/sBRlGn7zCY
22:49France : Psychiatrie : les personnels réclament de l’« humain » -> https://t.co/ep9TC7WLTV
19:18Indre : La France insoumise mise sur le local pour les européennes -> https://t.co/boPSjSWLVr
19:17Châteauroux : Une nouvelle directrice à l’APF pour la nouvelle année -> https://t.co/Y2x7USruik
19:14Indre : Acte X : des bougies en hommage, le débat vu comme de l'enfumage -> https://t.co/iOaN9LyXXE
18:17Comme chaque samedi depuis le 17 novembre, les gilets jaunes du sud de la Creuse se réunissent au carrefour de La S… https://t.co/WE4SAyCyxH
18:13Dordogne : Grand débat national, élections, les ambitions des marcheurs -> https://t.co/KAyNcQGIfi
18:12Beynac-et-Cazenac : Les opposants à la déviation écrivent aux entrepreneurs -> https://t.co/XA5QWofgxk
18:04Saint-Léon-sur-l'Isle : Les communistes veulent relever les défis politiques de 2019 -> https://t.co/EgNM6OBsl2
18:01Périgueux : Une fête intimiste pour célébrer le diamant noir du Périgord -> https://t.co/BUw1rhrBLD
17:58Beauregard-de-Terrasson : Améliorer le quotidien -> https://t.co/dT6CtqKoYr
16:54Bergerac : Virage à gauche pour des vœux aux accents très politiques -> https://t.co/ABNDiVZAr3
14:20Nouveau succès pour la à la . Petits et grands lecteurs ont investi la bibliothèque jus… https://t.co/QzLAH8mNDd

Le projet de parc d'attractions est toujours d’actualité ?

 Depuis à présent quatre ans, on entend parler du souhait d’un belge Didier Hodiamont de créer un parc d’attractions sur le thème de la musique, sur le site de Chauffaille. L’Echo. Où en êtes vous quant à l’avancée de ce projet ? Didier Hodiamont. Nous avançons, on travaille depuis fin 2014. Nous avançons sur la conception même du parc. Aujourd’hui il existe une vidéo qui est disponible sur internet et qui montre ce que nous voulons faire. On travaille aussi sur le financement qui est en bonne voie et comme c’est un projet qui prône l’harmonie entre les êtres, la nature et la musique, on travaille évidemment sur l’environnement et nous sommes sur plusieurs études : état des lieux faune- flore, les impacts et incidences… tout cela est en cours. Je dirais que stratégiquement, le plan local d’urbanisme a été avalisé. Il retient la partie supérieure de Chauffaille, nous achetons 141 hectares, 26 hectares sont retenus comme «zone de parc de loisirs». Nous travaillons aussi sur trois permis qui sont nécessaires pour pouvoir démarrer la construction. Il s’agit de permis de construire, d’aménager, et un permis environnemental. Les administrations de l’Etat font leur travail. L’Echo. A combien s’élève ce projet ? D.H. Donc c’est un budget d’environ 40 millions d’euros, 15 millions d’euros que nous souhaitons apporter en capital et 25 millions d’euros que nous pensons emprunter. Ces 25 millions pourraient être sécurisés par la Banque Publique d’Investissement et la Banque Européenne d’Investissement. Aujourd’hui nous sommes occupés à capitaliser Dreamgest France qui va réaliser le parc. On a prévu de monter le capital à 15 millions d’euros. L’Echo. Pourquoi avoir choisi Chauffaille ? Vous avez visité des dizaines de sites…D.H. Oui une soixantaine de sites et sur ce nombre 4 à 5 correspondaient à notre projet qui prône l’harmonie entre les êtres, la nature et la musique. Chauffaille n’avait pas été retenu au départ, tout simplement parce qu’on estimait que le domaine était trop beau pour y implanter des instruments de musique comme on l’imaginait à l’époque. Il y a eu un vrai travail de fonds d’insertion de ces instruments, de cette «folie architecturale» dans la nature et dans l’environnement. De plus on a ressenti ici, un soutien général à tous les niveaux de pouvoir qu’on n’a pas ressenti ailleurs. On sent que le projet fait l’unanimité au niveau politique. L’Echo. C’est un projet également économique. Vous allez créer de l’emploi. D.H. En 2021, l’année de l’ouverture, on a l’intention d’engager déjà 64 personnes. L’Echo. Le début des travaux est prévu pour janvier 2020. D.H. Oui si tout va bien, ça dépend évidemment des permis que nous espérons obtenir fin 2019. L’Echo. Un an et demi de travaux pour une ouverture programmée en juin 2021. D.H. C’est beaucoup, c’est rapide, ca dépend avec quel entrepreneur on travaille. Il y a des sociétés comme Vinci, Eiffage… qui sont en capacité de réaliser ce travail assez rapidement. On n’ouvrira pas l’entièreté du parc tout de suite. La chance de Chauffaille c’est de pouvoir capitaliser sur les bâtiments existants qui seront tous préservés, on va même en reconstruire pour pouvoir y inclure des attractions particulières. Il est prévu dans notre plan financier d’ouvrir le 18 juin 2021 (on se rapproche de la fête de la Musique) et ce ne sera pas au tarif maximum puisqu’il n’y aura qu’une partie du parc disponible. L’Echo. Mélofolia devrait proposer 35 attractions, une fois terminé.  D.H.  Oui 35 attractions sont prévues avec une répartition on va dire à 75% ludique et à 25% pédagogique. Le fil conducteur sera le rythme. Ce ne sera pas un 10e parc avec des attractions traditionnelles thématisées musique mais d’attractions qui seront chacune créées pour le parc en tant que tel. Par exemple, dans le piano on aura la possibilité de faire un voyage aérien à l’intérieur d’un orchestre. Nous aurons aussi le fantôme de l’Opéra. Il faut s’imaginer un théâtre très cosy, très  rouge très doré un peu comme la Scala de Milan dans lequel la cantatrice va «déglinguer» tout le décor. L’Echo. Vous souhaiteriez que ce parc soit ouvert toute l’année ? D.H. Au début la première année d’exploitation ca sera de juin à fin octobre, à partir de l’année suivante, ca sera 9 mois et puis nous sommes déjà sollicités par des écoles et on pourrait faire des classes vertes musicales. Donc pourquoi ne pas ouvrir toute l’année, d’autant plus que près de 80% des attractions se trouvent à l’intérieur et ne font absolument pas de bruit à l’extérieur. On a le potentiel pour ouvrir toute l’année. L’Echo. Le coût de l’entrée, vous l’avez déjà défini ? D.H. Au début lorsque le parc sera créé à 30%, on pense à 7-10€ et on grimpera une fois que le parc sera entièrement réalisé à 35- 37€ dans les normes comparables. Propos recueillis par Michaël Callet