Fil info
18:54Châteauroux : «Qu’on nous redonne des bras !» -> https://t.co/lAulfkh4fd
18:52Indre : 128 bébés décédés à la Martinerie retrouvent un nom -> https://t.co/QlDqPdl95C
17:19 y sera sur le stand arvmc : Les américains à chateauroux 1951-1967 de Mascle https://t.co/WM7iND8iBY

A Auzances, les parents bloquent l'école

Education

Aucun doute. Les banderoles parlent d’elles-mêmes. Un poste d’enseignant serait supprimé à l’école élémentaire d’Auzances d’après la première mouture de la carte scolaire présentée vendredi dernier par Pascale Niquet, directrice académique des services départementaux de l’Education nationale (DASEN). Les parents ne se laisseront pas faire.
Depuis jeudi matin, un tracteur est stationné devant l’entrée de l’école, pas question de rentrer comme cela. Les enseignants ne font plus cour, ils restent dans une salle pendant que ce sont les parents qui assurent la surveillance des élèves. Des élèves qui chantent pour défendre leur école. Certaines classes sont surchargées, ils veulent montrer ce qu’il pourrait arriver l’an prochain si la DASEN ne change pas d’avis. Ils ne comprennent pas cette décision et encore moins celle d’avoir «un maître sans classe», la DASEN a en effet proposé le dispositif «plus de maîtres que de classes» face à  la fermeture du poste. «C’est n’importe quoi !» «C’est la fermeture d’une classe avec le même nombre de postes, chercher l’erreur !», s’indignent les parents.  Une pétition circule pour défendre l’école. Les parents seront présents aujourd’hui et mardi à Guéret pour montrer leur détermination. Une demande de rendez-vous a été faite auprès du préfet par les élus.
«la DASEN est passée dans d’autres écoles mais nous n’avons pas été prévenu, note Françoise Simon, maire d’Auzances. Elle nous montent les uns contre les autres». Elle constate également  que le temps n’est pas laissé aux élus de travailler. «On brise un élan, affirme-t-elle. La nouvelle intercommunalité qui réunit le Haut Pays Marchois, Chénérailles et Auzances Bellegarde qui avait la compétence planche depuis plusieurs semaines sur cette compétence en chiffrant les impacts financiers... «Nous étions prêts à discuter», avoue-t-elle.

Des communes
solidaires
Les élus de la communauté de communes Haut Pays Marchois, Chénérailles et Auzances Bellegarde se sont réunis jeudi soir. Si la décision n’était pas définitivement entérinée hier, ils souhaitent être solidaires avec les écoles touchées par ces suppressions de postes. Mardi, les enseignants sont appelés à la grève, si ceux-ci y participent, les communes n’assureraient pas les services de garderie, de cantine. C’est acté à Auzances et Mérinchal. «On s'en fout, on se met hors-la-loi,  mais ça suffit», s’énerve Marie-Françoise Ventenat, maire de Mérinchal.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.