Fil info
18:31RT : de grâce donnez nous le numéro SIRET de La Souterraine Industrie » cette société n’est pas inscrite au registre de commerce !
09:50RT : Présents à l'AG de l'association des maires de la Creuse https://t.co/2xs6doyhte

Ils montent à Paris montrer le merde in France caché derrière le made in France

GM&S Industry

C’était l’une des deux dates entourées sur tous les calendriers de GM&S : 18 avril, fin de dépôt des offres (1). L’échéance a expiré hier et jusque là, pas de bonne surprise, ni même de surprise tout court. Tout se jouera à la dernière minute, qui sait, la veille du 5 mai... Et d’ici là, le cruel petit jeu de celui qui craquera le premier. Les salariés aimeraient certes voir le bout du tunnel, ils n’ont aucunement l’intention de lâcher du lest pour l’atteindre plus vite et le prouvent encore aujourd’hui.
Aux dernières nouvelles, GMD poserait un œil intéressé sur GM&S mais surtout un œil avide sur la cataphorèse. Et plus que la crainte, la certitude, pour les salariés, de voir le mammouth dégraissé un service support après l’autre  pour qu’au final ne soit conservée que la production. Une carcasse que certains imaginent désossée et à terme rapatriée sur Bessines-sur-Gartempe (2). Sachant que rien n’est écrit et que d’autres repreneurs peuvent se manifester.
Rien n’est plié, donc. C’est ainsi que plus de 150 salariés sont partis ce matin pour Paris, car, s’ils se passe des choses dans beaucoup de villes de France, c’est seulement là-bas qu’elles se remarquent. Direction les showrooms de Renault et de PSA... « ils mettent en avant les slogans made in France, on veut montrer que ça ne se passe pas comme ça », souligne Franck Cariat, délégué du personnel.
« Carlos Tavares dit qu’il ne nous lâche pas mais il ne nous donne rien. 10 millions (3), c’est une bagatelle », rappelle Yann Augras représentant CGT. Bien décidés à mettre la pression aux deux constructeurs - et attirer les plumes, les micros et les caméras des média nationaux - les salariés de GM&S sont partis pour deux jours... « Si on ne revient que jeudi, c’est qu’on va envoyer la sauce », annonce Yann Augras représentant CGT.
Le lendemain, Trust + Vlad + Bon à rien + les Cactus vont taper dur lors du concert de soutien aux salariés à 20h30 au centre culturel Yves-Furet (concert complet mais retransmission  gratuite à l’extérieur). La semaine suivante, entre les deux tours, les salariés devraient frapper fort eux aussi. « On lâche rien. Tant qu’on est debout, on n’est pas mort », assure Yann Augras.

(1) L’autre date importante étant le 5 mai, date du passage au tribunal de commerce.
(2) GMD est actionnaire de Steva qui a repris l’usine Altia de Bessines.
(3) 5 millions ont été annoncés du côté de Renault, mais pas confirmés. Tout ça est encore bien loin des 40 millions nécessaires pour être à l’équilibre.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.