Fil info
19:06Indre : Rentrée littéraire : c’est parti ! -> https://t.co/VNBhCnj3hY
19:04Châteauroux : Deux semaines dans un monde merveilleux -> https://t.co/88ddYugPid

Un partenariat pour faire venir des entreprises

Communauté d'agglomération du Grand Guéret

Terali, laboratoire pharmaceutique installé à Guéret est un exemple du partenariat entre la communauté d’agglomération du Grand Guéret et l’agence de développement et d’innovation Nouvelle Aquitaine (ADI N-A). Pour continuer ce travail, une convention de partenariat a été signé dernièrement au siège de l’agglomération.
Travailler ensemble, voilà le leitmotiv de Catherine Parrotin directrice d’AEL qui a rejoint dernièrement le directoire d’ADI. «Je suis convaincue que ADI a un rôle important à jouer. Trop souvent, nous sommes isolés, il y a vraiment à construire ensemble pour faire en sorte de pérenniser, créer des emplois. Plus on est nombreux à travailler autour d’un projet, plus on a la possibilité de voir le territoire dynamique». ADI et la com’ d’agglo ne sont pas les seuls concernés par ce travail partenarial, il y a aussi les chambres consulaires, les associations comme Limousin actif...
ADI apporte de l’ingénierie, des ressources humaines, une expertise dont «on a besoin», précise Eric Correia, président de l’agglomération.
Un projet intéresse la com’ d’agglo : Recycla Mer, ce prototype autonome pour nettoyer les étangs, la mer réalisé par trois amis rugbymen qui va être inauguré officiellement à Mèze (Hérault) ce week-end. L’idée est de voir comment les aider à s’installer sur le territoire.
Il n’y a pas un nombre d’entreprises à faire venir qui a été fixé. «L’idée est de mettre tous les moyens en œuvre  pour accompagner l’agglo  pour que les projets aboutissent», note Catherine Parrotin. La création d’emplois est «une réussite pour tous», ajoute Eric Correia qui n’oublie pas de signaler qu’au final c’est toujours le chef d’entreprise qui choisit où s’installer.  Oui il y a de la concurrence entre les territoires mais «on peut la dépasser», précise Eric Correia. D’où une première réunion avec tous les présidents des six autres établissements publics de coopération intercommunale (EPCI). Les discussions ont eu lieu, de là à travailler ensemble... «C’était une première réunion», admet le président de l’agglo.
 

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.