Fil info
20:40 Merci 😊
20:36 Elle est superbe 😊
20:35 J'veux pas dire mais ma photo est tout aussi belle 😉 https://t.co/uSiCecvEvW
20:33 Voici pardon 😉 https://t.co/HyzoOHrCVb
20:21 Manque une photo... https://t.co/8FObRER1vu
17:40RT : le parquet a su raison garder et la mobilisation a p… https://t.co/y7i3uWLLgZ
17:39RT : Le parquet de abandonne les poursuites à l'encontre du réalisateur , qui a suivi les… https://t.co/H5rqmXy29J
15:05Que la nature est belle en cette période de l'année

Creuse Grand Sud : l'enquête avance

Dépôts de plaintes

«On commence à percevoir la vérité». Ce sont les mots de Michel Moine deux jours après avoir été de nouveau entendu par les gendarmes de la brigade de recherches de Limoges à la caserne Bongeot de Guéret dans l’enquête faisant suite au dépôt de plainte de la communauté de communes Creuse Grand Sud pour faux et usage de faux après une délibération sur l’ouverture d’une ligne de trésorerie de plus de 2 millions d’euros le 27 août 2015 alors qu’il n’y avait aucun élu présent ce jour.  Cette ligne a affaibli la collectivité qui est aujourd’hui dans une situation financière dramatique. Michel Moine a aussi déposé plainte.
Le maire d’Aubusson, ancien président de l’intercommunalité avait déjà été entendu il y a quelques semaines, seul. Il était de nouveau convoqué mercredi en même temps que son ancien adjoint aux finances Robert Cuisset et le directeur général des services en arrêt maladie actuellement, pour des confrontations.  
«Les gendarmes avaient une liste de questions, rapporte le maire d’Aubusson. Le directeur général des services a reconnu avoir scanné ma signature. Les gendarmes m’ont indiqué que 169 documents portaient ma signature. ça ne datait pas de cinq minutes», avoue-t-il. Sur le document de la ligne de trésorerie, le directeur des services, toujours selon le maire d’Aubusson, aurait reconnu avoir paraphé la première page et avoir écrit la phrase manuscrite. Michel Moine note une incohérence sur les faits, la convocation du bureau pour le 27 août aurait été envoyée le 10 ou le 11 juin...  Des réunions de vice-présidents avaient eu lieu entre-temps donc pourquoi les élus ne se seraient pas penchés sur cette ligne de trésorerie avant.
Le maire signale aussi que cette ligne de trésorerie aurait été inscrite au compte administratif 2015 adopté en mars 2016 dans un rapport sur table. Les choses semblent floues mais pour Michel Moine si tel était le cas, «tout le monde était au courant même moi, ceux qui disent Moine l’a caché, l’argument a perdu de sa force».
Pour Michel Moine, la vérité se fait jour. «Je l’avais dit la vérité prendra du temps», rappelle-t-il tout en insistant que toutes les personnes concernées dans ce dossier sont présumées innocentes. Il aurait aimé que le procureur de la République, Sébastien Farges communique sur le dossier. Ce qu’il ne fera pas. «La période électorale actuelle est très peu propice à ce genre de dossiers», note le procureur qui ne fera aucune autre déclaration si ce n’est que «l’enquête avance» et qu’elle a «de bonnes chances de se clôturer fin juin».
Pour le président de l’intercommunalité Jean-Luc Léger «laissons l’enquête s’achever, laissons la justice faire son œuvre».
 

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.