Fil info
20:32Saint-Ybard : La Corrèze gourmande en chemin de traverse -> https://t.co/3aX4G5EMH5
19:59Football : Gourvennec, ça ne pouvait plus durer -> https://t.co/wNqUyRVIwz
19:57Handball : Cédric Sorhaindo sort de l'ombre -> https://t.co/h7GUFrwPbH
19:44France : Le ralentissement mais aussi la précarisation de l’emploi -> https://t.co/yjHGlEmmHD
19:27Dordogne : Les efforts des communes récompensés -> https://t.co/yvapJPEjmG
18:52Châteauroux : Le square Charles de Gaulle bientôt rénové -> https://t.co/yPo7iZAgec
18:20# # - -Vienne : Un démarrage décevant -> https://t.co/XbHnGxVacZ
18:09Indre : La volière de Sainte Hélène exposée à Montréal -> https://t.co/jkslRrDy2f
17:53RT : [] Disparition inquiétante de Grégoire, 17 ans, à . Merci de vos RT pour aider les enquêteurs d… https://t.co/ahVm35h3JD
17:52 -Vienne - : La commune, deuxième ville de Limoges Métropole -> https://t.co/wgbpHdhJDH
17:49-Yrieix-la-Perche -Vienne - -Yrieix-la-Perche : Un club où il fait bon vivre -> https://t.co/BkD0OsaJO0
17:47-léonard-de-Noblat -Vienne - -Léonard-de-Noblat : Union Musicale: le président Fabien Béchameil p… https://t.co/WjXJSOhsZa
17:45 -Vienne - : Voeux: tant de choses ont changé -> https://t.co/cxFT8guDAS
17:21Carsac-Aillac : De nombreux aménagements à Aillac pour les vœux -> https://t.co/7EvVfKlHQb
17:17RT : Dans le cadre des 75 ans de L’Echo/La Marseillaise, nous recherchons des documents, anciens ou récents, photos, obj… https://t.co/4toaUSZ97N
16:32Dans le cadre des 75 ans de L’Echo/La Marseillaise, nous recherchons des documents, anciens ou récents, photos, obj… https://t.co/4toaUSZ97N
16:01Le Blanc : Des habitants exposent leur talent au centre social -> https://t.co/5U2kXD91Fv
15:57Les Petits Frères des Pauvres de Limoges recherchent des bénévoles. https://t.co/6bf4iiAkuw
15:56Valençay : Du Gers à l’Élysée en fauteuil roulant -> https://t.co/DtWZ5IiU2N
15:54La Châtre : Ton Aben narre l'histoire des moulins de La Châtre -> https://t.co/3Mo3Arc3IT
15:45RT : Les amis, INFORMATIONS IMPORTANTES ci-dessous concernant l'évènement 🏀de ce mois de Janvier. Venez tous sa… https://t.co/owXLaKOz9L
15:43Coulounieix-Chamiers : Patrick sort des rails, mais reste cheminot de cœur -> https://t.co/cJOiPyRx8C
15:40RT : INTERVIEW : Koffi Kwahulé, lauréat du Grand Prix de Littérature dramatique 2017 pour “L’Odeur des arbres”, Ed.... https://t.co/NwBSmH4MsJ
14:21RT : Anny Duperey de retour à Guéret pour un moment culturel le 11 février prochain.
13:54RT : L'Echo fête cette année son 75e anniversaire et recherche des documents ou autres. Voir l'appel https://t.co/Jaevpldqx5
13:47Région : On recherche des documents et autres -> https://t.co/yplM13e3Yh
13:45Soirée ciné en partenariat avec ! Places offertes aux adhérents ! https://t.co/BGuoLDIcXb
13:39L'Echo fête cette année son 75e anniversaire et recherche des documents ou autres. Voir l'appel https://t.co/Jaevpldqx5
13:24 Votre site web est HS ? Impossible de se connecter...
12:15RT : Anny Duperey de retour à Guéret pour un moment culturel le 11 février prochain.
11:52Anny Duperey de retour à Guéret pour un moment culturel le 11 février prochain.
10:22RT : EXERCICE de sécurité civile. Simulation d’un attentat terroriste à Oradour-sur-Glane. Cellule de crise à la préfect… https://t.co/J06P3ladDQ
10:09RT : Exercice attentat à Oradour-sur-Glane : le préfet vient d’arriver à la cellule de crise https://t.co/cbJOJFlLJm
10:06RT : Sarlat-la-Canéda : Les salariés de Rougié sont toujours aussi mobilisés -> https://t.co/sXL7BqawzG
10:06RT : Assez rare ces jours-ci pour être signalé : il fait beau sur les toits de ce soir, depuis le 5e étage de l… https://t.co/N4YqKWMBF9
10:05RT : : un accident s'est produit ce soir sur la route de Lissac : ne voiture avec 4 personnes à bord, seule sur l… https://t.co/fTiHSA75v1
10:05RT : A20 fermée à hauteur de St Sylvestre en direction de Limoges pour battue administrative. Déviation locale mise en p… https://t.co/DBbcRdSN9p
10:05RT : en cours Simulation d’un terroriste à Forces de et d… https://t.co/1gtUpG6iZq
00:50Corrèze : A20 : Fermeture successive des bretelles des échangeurs n°47 «Donzenac» à n°52 «Noailles» | L'Echo… https://t.co/qEiZXJNgJY
00:46Région : 75 ans et un bel avenir à construire | L'Echo https://t.co/RrxHnw2GRj via
23:18International : La Palestinienne Ahed Tamimi maintenue en prison -> https://t.co/VqUIMJdnNV
23:16France : Les zadistes rêvent au Larzac du 21e siècle -> https://t.co/MsRPtcWEJN
23:14France : Le gouvernement met fin à « l’aéroport de la division » -> https://t.co/t6juicJBHe
21:45Chanteix : La commune se mobilise pour son école -> https://t.co/9tEWbsoFhN
20:57 : un accident s'est produit ce soir sur la route de Lissac : ne voiture avec 4 personnes à bord, seule sur l… https://t.co/fTiHSA75v1

Payer pour parler au facteur

Société

« Ce qui m’a le plus choqué, c’est que ça n’a semblé choquer personne », raconte Elyse Khamassi, alias Lily La Fronde. Si sa tribune a dépassé les records de vue sur son blog ou facebook, son coup de gueule n’était pourtant que le témoignage de son désarroi face au nouveau «service» de La Poste...
Ancienne factrice dans le département, où elle a fait des remplacements pendant les périodes de vacances de 2008 à 2010, la jeune femme est aujourd’hui directrice artistique et illustratrice indépendante, et partage sa vie entre Paris et la Creuse. Elle a collaboré à plusieurs blogs avant de se décider à lancer le sien sur une première tribune qui n’est pas passée inaperçue sur le blog, loin de là.
« Je suis tombée sur des articles dans les médias de masse annonçant le lancement de «Veiller sur mes parents», et j’ai été choquée de lire que selon la Poste, les facteurs étaient hyper enthousiastes», commence la jeune femme. De par son expérience, elle peut assurer que «veiller sur des personnes âgées isolées a toujours été fait gratuitement, surtout dans des territoires ruraux comme les nôtres.C’est le quotidien des gens de rendre service aux autres».
Avec des services publics de moins en moins accessibles, un désert médical qui s’installe et des problèmes de mobilité croissants, la solidarité et l’entraide sont au cœur des relations creusoises, un département à échelle humaine où tout le monde se connaît. Ici, le facteur, on le connaît, parfois depuis plus de vingt ans, c’est presque un membre de la famille, on lui fait confiance, et les visites aux personnes âgées, il les fait déjà, gratuitement, depuis toujours.
«L’idéologie marchande est tellement ancrée que ça ne choque personne, qu’un service gratuit devienne payant, moi, ça me choque, surtout quand c’est un service humain. On essaye de banaliser le fait qu’il est normal de payer pour du lien social, c’est aberrant», déplore la jeune femme. Elle dénonce l’évolution du groupe La Poste depuis plusieurs années, qui se doit de remplir quatre missions de service public suite à la signature d’un contrat avec l’Etat selon la loi du 2 juillet 1990, mais qui en profite au passage pour rendre payant de plus en plus de services.
«Ce service est la continuité d’un autre, cohesio, mis en place avec les collectivités territoriales pendant les périodes de canicule pour surveiller les personnes les plus vulnérables, relate Lily la Fronde. Mais c’est ce que je faisais déjà quand j’étais factrice, malgré les directives reçues depuis que La Poste s’est ouverte aux grands marchés européens et qu’on parle désormais de rentabilité ». Des directives qu’elle a plus ou moins subi étant factrice, souvent observé chez d’autres collègues.
«Recherche de profit et service public ne font pas bon ménage, grimace Elyse. Les conditions de travail des facteurs sont de plus en plus pénibles». Des techniques managériales qui laissent l’ancienne factrice désabusée : « ils ont voulu uniformiser les rapports humains avec la règle BRASMA dans les années 1990, Bonjour Regard, Attention, Sourire, Merci, Au revoir ». Une uniformisation des rapports humains, préludes à la déshumanisation.
Le facteur qui passait boire le café, changeait une ampoule, allait chercher les médicaments à la pharmacie pour cette personne âgée qui ne peut pas se déplacer, ou tout simplement ramasser votre courrier pour vous éviter d’aller jusqu’à la boîte aux lettres, désormais, c’est fini. Ils n’en ont plus le droit, ils en ont reçu l’ordre, la logique, désormais, c’est la répression. Il y a même des vérificateurs qui suivent certaines tournées, pour mieux prendre en «faute» les facteurs trop humains...
Si votre facteur vous dit à peine bonjour et se sauve à peine le courrier posé, ce n’est pas parce que c’est devenu un rustre, loin s’en faut : les directions ont décidé que pour compenser le nombre de courrier qui diminuerait, il aurait désormais sa tournée allongée. Lily La Fronde s’insurge contre ce constat : « il y a moins de lettres, ce n’est pas tellement vrai, et puis il y a de plus en plus de colis avec l’explosion des commandes en ligne...»
Ce sens du service public et de l’intérêt général que les facteurs ont de tout temps appliqué, La Poste s’est appliquée à la casser, à déshumaniser le plus possible les relations. Bien sûr, certains facteurs ont toujours résisté, à leurs risques et périls, Lily évoque le cas d’un facteur creusois mis à pied en 2007 pour avoir apporté des médicaments à une personne âgée. Ces relations humaines naturelles et logiques, elles sont devenues illégales, au nom du profit, de la rentabilité.
Mais que l’on se rassure, La Poste désormais innove : désormais, le facteur vous rend service, il veille sur vos parents. Après avoir été vendu comme personnel multitâches pour relever les compteurs  EDF ou installer des box numéricâble, le facteur vous vend désormais son humanité à 19,99 € par mois pour une visite par semaine, on peut bien compter 1 € pour le sourire, 4 € pour demander comment ça va. Le facteur vous envoie ensuite un message via une application dédiée pour vous rassurer : votre maman va bien.
« Pendant des années La Poste a cassé le lien social en ne demandant aux facteurs de ne rien faire d’autres que de transporter le courrier, et maintenant il faut payer cinq minutes de conversation avec son facteur », résume Lily.  L’ancienne factrice qui a parfois aidé certaines personnes à se relever pendant sa tournée et n’a jamais manqué de veiller sur ses usagers s’inquiètent pour un volet implicite caché derrière ce service. « Là, on cible les enfants, mais qu’en sera-t-il des personnes âgées qui sont encore plus isolées, qui n’ont plus d’enfants, ou pas les moyens ? » questionne la bloggueuse. Elle dénonce un système à deux vitesses qui va à l’encontre de l’intérêt général, qui isolera encore plus les personnes les plus isolées. « Dans les campagnes, certaines personnes ne voient que le facteur au quotidien, il y en a qui s’abonnent à la presse quotidienne régionale juste pour être sûre que le facteur passera tous les jours, et si le facteur passe 5 minutes chez celles qui ont payé, il n’aura plus le temps de passer les voir elles ».
Une dernière question taraude Lily la Fronde, c’est celle de la responsabilité du facteur s’il n’a pas pu déceler que quelque chose n’allait pas chez une « cliente » : «c’est le responsabiliser de façon déraisonnée, un facteur n’est pas un personnel soignant, et ce n’est pas une formation de trois heures ou via internet qui va le changer». Le facteur recevra-t-il un blâme en cas de plainte des descendants ? Lily La Fronde a bien essayé de joindre La Poste pour avoir des réponses, mais sans succès.
De notre côté, nous avons aussi été en contact avec l’un des attachés de presse de la Poste, qui nous a joint un communiqué (ci-dessous).

La Poste

«Veiller sur mes parents»
Malheureusement, La Poste n’a pas souhaité répondre à nos questions, mais nous a fait parvenir simplement le communiqué détaillant le fonctionnement de son dispositif «Veiller sur mes parents» :
«Depuis ces trois dernières années, la Poste a réalisé plus de 50.000 visites au domicile de personnes âgées dans le cadre du service Proxi Vigie Cohésio, destiné aux collectivités territoriales. Aujourd’hui, les particuliers peuvent bénéficier de ce service avec «Veiller sur mes parents». Un service qui permet d’éviter l’isolement des personnes âgées et de rassurer les proches d’un parent vieillissant.»
La Poste met en avant, dans cette communication, deux grands axes : «des visites régulières qui maintiennent le lien social» (1, 2, 4 ou 6 fois par semaine) et des «facteurs au service du bien veillir» (formation des facteurs), avant de détailler les prestations. Ces dernières se chiffrent entre 35,90 et 134,90 euros par mois, selon le nombre de visites hebdomadaires choisi, et prévoient l’installation d’un «matériel connecté au centre de veille et d’assistance», ainsi que la constitution d’une liste de contacts de l’entourage de la personne concernée, à joindre en cas d’urgence.

 

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.