Fil info
18:51Châteauroux : Conseil citoyen cherche citoyens -> https://t.co/FkiGiB2qoG
18:48Indre : Alice Tiroille a accosté sur l’île aux sirènes -> https://t.co/BSNF9uQ3KW
15:19Indre : L’EPHAD a salué le travail de Camille Petit -> https://t.co/bUycEGh1KY
15:18Indre : Son union régionale et une banque soutiennent AVF -> https://t.co/T7kZDjFKcM

"Une vie décente" pour les retraités et les personnes âgées

UNRPA

Les membres d’Ensemble et solidaires UNRPA de la Creuse étaient bien évidement dans les cortèges ce mardi 12 septembre contre la loi Travail 2 (voir par ailleurs et page 4) que ce soit à La Souterraine, à Aubusson et à Guéret. Avant cela, la commission  administrative départementale s’est réunie lundi matin à la Maison des associations de Braconne à Guéret pour faire un point.
13 sections étaient représentées pour évoquer les prochaines activités de leur fédération, le congrès qui aura lieu le 7 avril 2018 à Auzances et la fête départementale le 22 septembre 2018 au Grand-Bourg  mais aussi ses revendications. Dans une motion, la fédération de la Creuse rappelle qu'elle est  «particulièrement attachée à la retraite par répartition à prestation définie et à la solidarité intergénérationnelle : chacun doit recevoir selon ses besoins, cotise selon ses moyens, ce qui permet l’acquisition de droits sans les cotisations correspondantes (maternité et éducation des enfants, précarité, réversion, ….etc.).»
C’est pour cela qu’elle demande  que les retraités et les personnes âgées aient «une vie décente, une reconnaissance au sein de la société, une amélioration de leur vie au quotidien par l'accès aux services publics, aux transports, à la santé...» Elle exige par exemple concernant le pouvoir d’achat que le minimum vieillesse soit porté à 100% du SMIC, que soit rétablie la demi-part réservée aux veuves et veufs ayant élevé un enfant, que les pensions soient à nouveau indexées sur les salaires, que soit abandonnée l'augmentation de 1,7% de la CSG sur les pensions de 60% des retraités ;  que l’APL reste entière pour tous ; que  la taxe d’habitation devienne une juste taxe basée sur la valeur locative actuelle (et non celle de 1970), tout en maintenant les exonérations actuelles.  
Elle évoque aussi l’accès aux soins en demandant la suppression des franchises médicales, des différents forfaits ou encore des dépassements d’honoraire et aussi l’arrêt de la «course à la rentabilité» à l’hôpital.
Elle n’oublie pas la prise en charge de la perte d'autonomie et réitère son souhait que l’aide à l’autonomie soit prise en charge par la Sécurité sociale et un libre choix aux personnes et à leur entourage. «Le prix des EHPAD est scandaleusement élevé par rapport aux pensions de nombreux retraités», explicite la commission dans la motion qui conclut par les services publics et demande que s'arrête «la politique actuelle de  démantèlement  des services publics, services de proximité par excellence, (transports, éducation, santé, courrier, …),  seules  garanties de l'égalité des situations sur tout le territoire français.»
 

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.