Fil info
18:31RT : de grâce donnez nous le numéro SIRET de La Souterraine Industrie » cette société n’est pas inscrite au registre de commerce !

La radio associative menacée mais veut croire en l'avenir

Radio Vassivière

En mai 2015, l’assemblée générale de la radio associative Radio Vassivière avait décidé d’engager des poursuites contre son ancien président Vincent, le considérant responsable de l’endettement massif ayant conduit à la cessation des paiements en 2014, avec un passif de plus de 162.000 €. Il lui était notamment reproché de s’être abstenu de convoquer le conseil d’administration et l’assemblée générale de l’association entre 2010 et 2014, aucun bilan comptable, ni compte rendu d’activités n’ayant été publiés durant cette période où Radio Vassivière connaissait de graves difficultés économiques, et sans qu’aucune mesure de sauvegarde ne soit prise. Aujourd’hui, quelques mois après le jugement qui a condamné l’ancien président  à payer à l’association la somme de 5.000 € de dommages et intérêts, « en réparation du préjudice que lui ont causé les manquements à son mandat de président », la radio est toujours en difficulté.
Radio Vassivière avait assigné Vincent  sur le fondement des articles 1991 et suivants du Code civil, afin qu’il soit déclaré responsable de fautes de gestion commises dans l’exercice de son mandat de président et condamné à payer la somme de 161.424,51 €, correspondant au montant du passif. L’association regrette le montant de 5.000 € de dommages et intérêts retenu par le tribunal, très insuffisant au regard du préjudice subi. À ce jour la survie de l’association reste menacée par le poids de la dette contractée sous le mandat de l’ex-président. De 2018 à 2024, elle devra en effet rembourser 17.000 euros par an à ses créanciers dans le cadre du redressement judiciaire. Dans un contexte de baisse des subventions locales et nationales et de menace sur les emplois aidés, cette lourde charge compromet l’équilibre budgétaire de la radio et son fonctionnement au quotidien.
Les membres de l’association remarquent néanmoins qu’il est extrêmement rare qu’un administrateur associatif bénévole soit condamné à verser des dommages et intérêts pour des fautes de gestion et s’estiment néanmoins satisfaits que la responsabilité de M. Caillaudaud ait été reconnue, dans un souci de crédibilité vis-à-vis des financeurs, partenaires, adhérents et auditeurs. Lassée par trois années de procédures judiciaires, Radio Vassivière a donc décidé de ne pas faire appel de ce jugement, espérant qu’il constituera un précédent utile à d’autres associations confrontées à des situations comparables.

De nouvelles
fréquences  en 2018 ?
Ça y est, le CSA travaille enfin sur le plan de fréquences en Limousin. Radio Vassivière réclame depuis quatre ans une fréquence sur Aubusson-Felletin et de meilleurs conditions de réception sur la montagne limousine.
Deux scénarios sont désormais possibles pour la radio associative, dont le premier consisterait à s’installer au Mont Bessou, point culminant du Limousin, ce qui offrirait une excellente réception sur tout le plateau de Millevaches. Toutefois, les tarifs exorbitants (plus de 15.000 €/an)  de l'opérateur (TDF) enjoignent la radio à négocier, sans grand espoir…
Le deuxième scénario serait d'installer trois nouveaux émetteurs : un à Saint-Hilaire-les-Courbes pour couvrir le secteur Bugeat, Chamberet, Treignac, Lacelle, un à Aubusson-Felletin, et un petit réémetteur à Meymac, où la réception est mauvaise. Résultats des courses début 2018, date à laquelle il faudra trouver les financements de ces investissements, ce qui est encore une autre histoire....

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.