Fil info
19:15Bergerac : Le Hareng Rouge : une nouvelle association voit le jour | L'Echo https://t.co/0eUSK8dxfP via
19:01Région : Concert de soutien au journal jeudi à Châteauroux -> https://t.co/M1kpqr42vs
18:54Indre : La télémédecine dévoile ses atouts aux professionnels -> https://t.co/idSB4KoGQ5
18:41# # - -Vienne : Jour noir pour les casquettes blanches -> https://t.co/ZJ1vwiSzyc
18:40# # - -Vienne : L’hibiscus dans toute sa saveur -> https://t.co/hJAARLcCeC
18:39# # - -Vienne : Les enfants en conseil -> https://t.co/E9i4QL36qx
18:37Région : La solidarité, un nouveau délit? -> https://t.co/Xjzte0ShhS
18:24Dordogne : Blocage du lycée pour contester les mesures gouvernementales -> https://t.co/d2C02KTKxd
17:47Issoudun : Un marché de Noël sous le déchaînement des éléments -> https://t.co/TuUnsDtlV0
17:30Bergerac : Un comité consultatif seniors pour favoriser le « bien vieillir » -> https://t.co/sxMJ8vylYK
17:30Bientôt plus de "casquettes blanches" sur les quais pour faire partir les trains? C'est quasi effectif à Limoges de… https://t.co/ENLwF0fIUF
17:04# # - -Sulpice-les-Feuilles : Temps de saison pour le marché de Noël -> https://t.co/pkTiB9T9G2
17:02# # - : De tout jeunes citoyens -> https://t.co/EhiVXYzFyV
16:59# # - -Yrieix-la-Perche : L’école de pétanque s’étoffe -> https://t.co/MKnFsGttv1
16:57# # - -Vienne : L’Office de Tourisme dévoile ses trésors d’hiver -> https://t.co/dib1Y3aBvi
16:55# # - -Priest-sous-Aixe : La commune et la CdC reçoivent chacune un prix -> https://t.co/5094urhIuq
16:39Trélissac : Apatrides dans leur propre pays -> https://t.co/VPpAK1518X
16:05Sarlat-la-Canéda : De nouvelles infrastructures pour Groléjac -> https://t.co/xj2zJ35eja
13:18Chanteix : Elle joue la carte de la diversité -> https://t.co/mlEiEXPeRP
10:38RT : Colloque autour du tourisme social et solidaire à la Maison de la Région de Limoges co-organisé par la Région et l'… https://t.co/6JiDOB7aLr
10:12RT : Voici l'avis du conseil scientifique du de Millevaches sur le projet d'usine en ➡… https://t.co/K2OXIrZKWu
10:00Colloque autour du tourisme social et solidaire à la Maison de la Région de Limoges co-organisé par la Région et l'… https://t.co/6JiDOB7aLr

Non au CETA et au Mercosur

FDSEA et JA

Pas d’action coup de poing ce lundi des agriculteurs de la FDSEA et des Jeunes agriculteurs (JA) de la Creuse mais plutôt, pour l’instant, une rencon-tre avec le préfet de la Creuse Philippe Chopin pour faire remonter leurs revendications et notamment leur non aux accords de commerce internationaux que sont le CETA avec le Canada et le Mercosur avec l’Amérique du Sud.
Le CETA est entré en application  provisoire depuis le 21 septembre et le Parlement français doit l’étudier en vue d’une ratification courant 2018. Concernant le Mercosur, la commission européenne aimerait un accord d’ici la fin de l’année. Ces accords prévoient l’importation d’environ 200.000 tonnes de viandes au sein de l’Union européenne à droits de douane nuls ou quasi-nuls. «Aujourd’hui, le marché est autosuffisant avec 400.000 tonnes de viandes  dite de l’aloyau» (morceaux nobles, à griller, ndlr), ça va désé-quilibrer le marché», s’insurge Christian Arvis, président de la section bovine de la FDSEA 23. «C’est de la concurrence déloyale», s’emporte Jean-Marie Colon, président des JA 23.  Les agriculteurs creusois soulignent des conditions d’élevage radicalement opposées. «Au Canada, 46 matières actives utilisées  sont interdites en Europe», appuie  Thierry Jamot, président de la FDSEA 23. Dans un document, ils précisent que les rations alimentaires là bas se composent à 80 % de maïs OGM, qu’au Brésil, l’élevage bovin serait responsable de 80% de la destruction de la forêt amazonienne. Il y aussi une concurrence «déloyale» sur le prix. Le kilo de carcasse venu de Canada ou du Brésil serait vendu à 8,60 euros contre 13,70 euros en Europe. Les gens moins aisés iront vers cette viande au détriment de la viande produite en France par exemple. Les agriculteurs craignent pour l’avenir. «Si ces contingents arrivent, entre 30 et 60 % des revenus courants de l’agriculteur vont fléchir et entre 20 et 25.000 emplois sont menacés», confie Christian Arvis qui ne comprend pas les politiques actuelles. «On veut importer de la viande produite dans les pires conditions et dans le même temps on veut nous imposer une journée sans viande, c’est n’importe quoi  !» C’est bien pour cela que les agriculteurs se mobilisent et veulent être entendus des élus pour que ceux-ci ne ratifient pas les traités.
Jean-Marie Colon lance même un message à ceux qui s’opposent au centre d’engraissement de Saint-Martial-le-Vieux, «s’ils veulent se rendre utiles, qu’ils nous aident sur cette cause, les conditions du bien-être animal sont inacceptables».

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.