Fil info
16:40Dordogne : Cancer du sein : l’appel à la mobilisation est sonné -> https://t.co/0ZXXooPezc
16:27 invité itinéraires culturels du Conseil de l’Europe à Görlitz (Allemagne) pour parler stratég… https://t.co/ZUM51f9Mju
16:24Bonneuil : Le domaine du Riadoux mêlera cyclisme et handicap samedi -> https://t.co/GUOYTLcjMM
16:22Saint-Marcel : L’ASSAAM, véritable moteur du musée d’Argentomagus -> https://t.co/xwDGV2SGYb
15:44Atur : Atur : les investissements continuent -> https://t.co/DkPLh0JbWm
15:40Périgueux : Dénoncer les entreprises finançant l’armement nucléaire -> https://t.co/q8RYy1Y6rn
15:37Périgueux : Le droit à la vie quotidienne -> https://t.co/zM8tGmRIe2
12:23RT : Dernière minute. Barcelone annonce fermer ses ports au réfugié . Elle cherche une solution à l’échelle… https://t.co/6fDQfD5Tfu
12:22RT : Manuel Valls réfugié politique à Barcelone https://t.co/3jHpUAn7tt
12:21RT : Ce soir au , la droite a voté contre un projet de logements sociaux dans le 16e et contre l'installa… https://t.co/lbn3BitBTv
12:20RT : L’émission « L’Heure des Pros » n’a jamais aussi bien porté son nom. https://t.co/BTCsN5Y9Uv
12:20RT : Conférence de presse des salariés de GM&S à la salle de la mairie de La Souterraine https://t.co/vY2SDlyQ4x
12:19RT : . ce qu'on veut mette en évidence c'est la réalité de la vie. On n'acceptera pas les situations de dé… https://t.co/LsSZuYTSVO
12:19Ce soir à 19h, espace Simone-Veil, Limoges, conférence des Amis du musée des Beaux-Arts sur l'artiste Mary Cassatt,… https://t.co/G0RVuCLnji
11:48Avant de faire des travaux coûteux le long des quais il serait plus judicieux, utile et respectueux de faire un gou… https://t.co/rioDkdorBr
11:14Conférence de presse des salariés de GM&S à la salle de la mairie de La Souterraine https://t.co/vY2SDlyQ4x
18:50Indre : Changer le regard sur Alzheimer pour mieux comprendre -> https://t.co/beuifJVFP1
18:49Châteauroux : [intégral] Adam et Eve entrent en scène -> https://t.co/B5pzdszS5h
18:33Périgueux : La cérémonie des pauvres -> https://t.co/NUQzzRvMDQ
18:311er match du les en grève sont présents pour les soutenir ! https://t.co/gJJ48CCFrq
18:31Périgueux : La suppression du Tode sera-t-elle la fin des saisonniers ? -> https://t.co/zN4kWBFT0Q
18:28Périgueux : Une association, pas une entreprise -> https://t.co/y9lpcQ63nn
18:25Périgueux : La santé, les impôts, les énergies renouvelables -> https://t.co/hYpZRJJd69
17:48Conseil municipal de Guéret : la vidéosurveillance un premier débat avant d'autres https://t.co/wqZxsvgOnE https://t.co/wqZxsvgOnE

Egalité, j'ai du mal à écrire ton nom

Société

Des portes déjà ouvertes, des dossiers déjà mis sur la table et pourtant une marge de progression des plus larges... À mi-chemin du tour de France de l’égalité qui doit permettre à la DDCSPP de dégager et faire remonter des pistes (1) pour ramener un peu d’égalité dans les rapports hommes/femmes, un premier bilan se dessine : la route est droite mais la pente est forte comme dirait l’au-tre...
Sur la Creuse, Agnès Zeppa, déléguée aux droits des femmes et à l’égalité homme/femme a recueilli de la matière au cours de cinq actions menées par des structures partenaires : un atelier avec les lycéens de Pierre-Bourdan ; un café violences à Intermède 23 ; un café des parents porté par AnimA autour de l’articulation des temps de vie ; un atelier sur l’entrepreunariat au féminin avec les entrepreneuses de Femmes de Creuse en Marche ; une rencon-tre entre agricultrices et BTS, organisée par le lycée agricole d’Ahun, la MSA et la chambre d’agriculture. Cinq directions et un problème récurrent, l’articulation des temps familial et professionnel. « C’est le thème transversal le plus marqué », analyse Agnès Zeppa. « La garde des enfants est problématique quand les métiers sont très prenants mais aussi dans le cadre de l’insertion professionnelle. Un problème d’autant plus marqué qu’il est lié aux revenus. »
Un phénomène souligné lors du café parent organisé par AnimA. La reprise ou le maintien en activité après avoir eu un enfant est compliqué pour la plupart des participantes. Non diplômées, elles disent n’avoir accès qu’à des emplois précaires en horaires atypiques (soir et week-end). Et les solutions de garde qui leur correspondent sont soit inexistantes soit inabordables. Reste un système D qui n’a qu’un temps, la solidarité entre amies ou voisines.
Une fois encore, au pays des droits de l’Homme, l’égalité en prend un coup, et la liberté est touchée, par ricochet : les femmes, en particulier les mères isolées, sont confrontées à un non-choix que pointe dans sa synthèse Agnès Zeppa : soit elles occupent un emploi peu reconnu, peu valorisé et peu rémunéré sur des horaires atypiques, qui occasionnent des frais de garde et la culpabilité de n’être pas disponible pour les enfants ; soit elles renoncent à travailler pour s’en occuper, ce qui signifie vivre des minima sociaux et à terme bénéficier d’une retraite minime. Entre autres pistes de réflexion soulevées, l’inversion des données du problème en proposant des formations aux personnes vivant en famille monoparentale permettant de les conduire vers un type d’emploi non soumis aux horaires atypiques.
Non-choix aussi pour les femmes qui évoluent dans le monde agricole qui, quoi qu’il arrive, sont, sur l’exploitation, au four et au moulin, à jongler entre les livres de comptes et de contes. Si, comme le souligne Marie-Christine Bertin, responsable du service social de la MSA, le statut de la femme évolue (2), reste un partage des tâches bien délimité : les  champs pour les hommes, l’administratif pour les femmes qui récupèrent au passage la gestion de la vie familiale. « Statistiquement ce qui est ressorti, aussi, c’est que lorsque l’exploitation est en difficulté, la personne qui sort pour chercher un travail à l’extérieur est la femme. Elle cumule emploi extérieur, fonction de comptable, de mère... elle cumule toujours », résume-t-elle.
Le cumul, mais pas la confiance. Pour un achat foncier, ou n’importe quel projet, les femmes peinent encore plus que les hommes à convaincre un interlocuteur bancaire. Un manque de confiance qui se traduit, chez les entrepreneuses, confrontées elles aussi aux problèmes de gestions des enfants, par une certaine déperdition de projets. La DDCSPP propose de développer le marrainage ou encore de créer un service de remplacement pour les indépendants mais aussi de développer les aides pour faciliter l’accès au crédit...
« La finalité de ce tour de France est d’ouvrir des chantiers et d’en poursuivre d’autres. Il y a des sujets qu’on connaît moins bien et qui seront remontés au secrétaire d’état à l’égalité. et il y a, comme la garde d’enfant, des dossiers ouverts. On ne part pas de rien, il y a des dispositifs existants mais des trous dans la raquette », résume Bernard Andrieu, directeur départemental de la DDCSPP. En résumé, le chemin sera long jusqu’à l’égalité avec les hommes... dont certains sont, aussi, plus égaux que d’autres. La route est droite, la pente verticale.

(1) Les conclusions sont prévues pour le 8 mars.
(2) Même si, niveau formation, les jeunes femmes ont toujours plus de difficulté à trouver un stage que les jeunes hommes qui ont moins à justifier de leurs compétences....

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.