Fil info
17:03parvis*
15:30 Sur le parivis de la collégiale Saint-Martin génuflexion gilets jaunes en mode happening artis… https://t.co/4YQiyGo8D7
14:36 en marge de l inauguration des aménagements du bourg des échangent avec le député LREM Christo… https://t.co/ccdwfR5u2b
14:33 une cinquantaine de gilets jaunes marchent sur le boulevard périphérique de Brive. Ils défilen… https://t.co/GKjv27lwU8

Quand la bienveillance participe à la guérison

Noth

Le Réseau «Planetree» est une association internationale née de la douloureuse expérience d’une patiente dont la prise en charge hospitalière manquait cruellement d’humanisme malgré l’environnement médical technologique performant.
Sa conclusion était d’évidence : cette absence d’empathie, de générosité peut compromettre l’efficacité du soin, retarder la guérison.
Elle imagine alors un concept qui deviendra un dispositif permettant d’évaluer les conditions de bien-être lors d’une hospitalisation -hors soins proprement dits et la méthode pour les remplir : la formation du personnel est un des éléments clés. Ce dispositif est créé au sein de l’association Planetree, née en 1978, aux États-Unis : elle aura 40 ans cette année.
Depuis, cet esprit de service va se développer dans le monde, partagé par des établissements qui ont compris l’intérêt d’une prise en charge individualisée dans la guérison du patient.  Au début des années 2000, le concept est repéré par Le Centre de Réadaptation Estrie, organisme de formation du Québec  qui vise l’excellence du personnel soignant. Les solutions novatrices centrées sur le bien-être du patient comme du personnel, apportent la réponse au Centre qui va créer en 2008 le réseau Planetree Québec, regroupant un certain nombre d’établissements qui s’engagent à améliorer la prise en charge du patient comme les conditions de travail, afin de créer un climat chaleureux participant au succès des soins dispensés.
Depuis 2008, le Réseau Planetree a pris une dimension internationale, du Japon, au Brésil, aux Pays-Bas, au Canada... pour arriver en France, en 2012 : à l’issue d’un stage au Québec en 2011, Patrice Filloux, cadre infirmier au Centre de réadaptation et de rééducation fonctionnelle André-Lalande a su passer le message au sein de l’établissement : celui-ci s’engage alors dans la démarche d’adhésion en 2012 avant d’obtenir la certification un an plus tard, après la mise en place de formations du personnel.
Rien n’est vraiment acquis ; au fil des ans, de nouvelles méthodes s’imposent, la charte Planetree a des exigences, obtenir le label est une première étape, le conserver en est une autre, et il y a désormais des degrés de reconnaissance des efforts menés pour offrir la meilleure prise en charge ; ils sont coordonnés au sein du CRRF par Patrice Filloux et Céline Villard, assistés d’un comité de pilotage sous l’autorité de la directrice, Claude Barbaray et le médecin-chef Yves-André Vimont. Ces efforts visent à respecter les dix composantes du modèle Planetree qui témoignent des différentes sphères à prendre en considération dans le mieux-être des individus : Valoriser les interactions humaines, Inclure les proches, Partager l’information, Humaniser l’environnement physique, S’associer à la communauté, Stimuler par l’alimentation, Cheminer par les arts, S’ouvrir aux thérapies complémentaires, Soutenir la quête de sens, Communiquer par le toucher. Les efforts de l’établissement ont été évalués lors de plusieurs visites d’une équipe de Réseau Planetree Québec et ils viennent d’être récompensés par l’attribution de l’échelon bronze du réseau Planetree Francophone.
Lors d’une manifestation amicale mi-janvier, le comité de pilotage partagera avec l’ensemble du personnel cette distinction qui donne une belle plus value nationale et internationale au CRRF, seul établissement labellisé en Europe. Seront présentées les réalisations 2017 et notamment quelques pratiques exemplaires relevées par la déléguée du RPQ, ainsi que les projets, car la démarche se poursuit, enrichie par de nouvelles pratiques et les observations au quotidien.