Fil info
18:40La finale hommes a débuté à 18h. Aubusson mène 1 à 0 grâce à Jeremy Nury.
17:32En direct de Felletin pour les finales de la Coupe de la creuse. Chez les féminines, La souterraine s'incline après… https://t.co/jcxNTx1DZG
23:32France : Can Dündar : « Erdogan est prêt à tout pour ne pas perdre » -> https://t.co/EEORIcrfka
23:26France : Edouard Philippe sur la Route de la soie en Chine -> https://t.co/7spX09AqNQ
23:23International : Grèce : le prix douloureux de la souveraineté financière -> https://t.co/73XW1JHN9k
22:07Egletons : La nature s'expose dans la ville -> https://t.co/3ZT1hVTlqO
22:02Corrèze : Laura Flessel en Corrèze : une visite équilibrée entre haut niveau et sport pour tous -> https://t.co/0HUWcBH5R0
21:06Rugby : Brûler d’une possible fièvre -> https://t.co/R83zYYChkr
21:03Football : La France en apnée mais c'est elle qui respire le mieux -> https://t.co/uHpY6CNAcq
20:23Périgueux : Majorité : la fracture est consommée -> https://t.co/vy3bfdUrfU

Innovation, co-construction, creative commons... et tout est dit

Communauté d'agglomération

Open élus days ! Un code couleur Sodebo pour un nom d’opération avalanche de prix... Le côté marketing est là, mais plus que du camembert aux olives ou des pilules pour faire caca des paillettes, ce que compte promouvoir la communauté d’agglomération du Grand Guéret, via la Quincaillerie, avec le soutien de l’agence Retiss, est une autre façon de réfléchir.  Synthétisé sous la maxime « les élus innovants parlent à des élus curieux », l’événement se déroulera jeudi et vendredi à cheval entre l’espace Fayolle, la Quincaille, la BMGG et à cheval surtout entre le présent et l’avenir.
Qu’est-ce qu’un élu aujourd’hui et que sera l’élu de demain ? La question posée cette fin de semaine, est, selon le président de l’Agglo, Éric Correia, nécessaire : « La fonction d’élu doit changer dans son rapport avec le citoyen. Ce rapport est quotidien dans une municipalité, défend-il, mais il ne repose pas toujours sur la co-construction d’un projet. » La société change, les citoyens participent plus, ils collaborent, échangent et contribuent ou y aspirent. Et n’ont pas attendu les élus... qui cherchent à rattraper le retard.
Parfois à grands renforts de qualificatifs : la démocratie est devenue participative. Une façon de l’admettre sans le reconnaître : la démocratie, et son par le peuple et pour le peuple, est totalement illusoire. Sauf que cette démocratie participative est déjà obsolète, décrite comme « une arnaque » par Pascal Desfarges, directeur de l’agence Retiss : on fait un plan en cabinet et après on demande aux citoyens si ça leur plaît... Lui prône donc la démocratie contributive qui prend en compte le citoyen dès le début.
Nouveau qualificatif... Nouveau logiciel ? C’est en tout cas ce qu’espère l’Agglo qui spécifie bien que la démarche reste indépendante des étiquettes. « On ne prend plus les décisions de la même manière, c’est intéressant de discuter de ça », souligne Éric Correia en quête d’horizontalité. Plus d’« horizontalité » et des élus « innovants » en mode « pear to pear ».
La politique de demain pourrait se nourrir de l’esprit tiers-lieu : « tout le monde apprend à tout le monde. On peut imaginer une bourse d’échange de projets où les concepts sont disponibles, libres de droit, modifiables... creative commons », pose Pascal Desfarges. En effet, si à l’heure actuelle, il n’y a pas de droits sur les projets, il n’y a pas forcément de partage non plus...
D’où, au cours de ces journées la présentation de projets et notamment la médiathèque Entre Dore et Allier, de Lezoux, médiathèque rurale et modèle qui décrochait, l’année dernière, un prix de l’innovation, avant même son ouverture. « Pourquoi ? Parce qu’elle est co-construite par 400 habitants depuis trois ans. Que l’architecte s’est calé sur ce que les gens voulaient. Et qu’elle prête des ressources mises à disposition par les citoyens : ouvrages, instruments de musique... », résume Pascal Desfarges. « C’est de la connection de pair à pair, un échange de compétences et d’idées. Cette médiathèque devenue un tiers lieu. »
80 à 100 élus/techniciens sont attendus pour cette première, modèle d’un événement transposable. Quand au concret, on n’en est pas encore là. « On cherche d’abord le décloisonnement des esprits », souligne Éric Correia. « Changer le logiciel, changer les mentalités, faire comprendre un nouveau modèle... », complète Pascal Desfarges. Un passage obligé, incompressible, logique, mais que les mauvais esprits pourraient, au même titre que la surexploitation d’un jargon donné, trouver trop similaire au logiciel d’avant.
Pour se faire une idée, rendez vous jeudi et vendredi.

Programme
Jeudi, à l’espace Fayolle : 9h45, présentation de l’OED ; 10h15 et 10h45, retours d’expériences d’élus ; 11h15, conférence - territoires distribués et démocratie contributive ; 11h45 et 12h15, présentations de projets de territoire ; 14h présentation - Politizr ; 14h30 présentation - institut de recherche et débat sur la gouvernance ; 15h conférence - l’élu et le numérique, un représentant connecté pour une gouvernance distribuée ? ; 16h30, ateliers (Imaginez un jeu sérieux pour élus à la BMGG, kit de connexion de l’élu à la Quincaillerie, la posture de l’élu à l’heure où les citoyens co-inventent les politiques publiques à l’espace Fayolle. Restitutions à 18h) ; 18h, ouverture au public ;18h30 table ronde.
Vendredi, à la Quincaillerie : 9h30, visite du site ; 10h atelier participatif - le projet de supérette dont vous êtes le héros.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.