Fil info
10:35RT : Aux conférences de presse, l’ n’aime pas les questions qui fâchent. a demandé à plusieurs reprise… https://t.co/EmdPzLDPlE
10:34RT : Donc la suppression de l'ISF, c'est "pragmatique". Un cadeau de 33 euros par jour pour les 358 000 Français les pl… https://t.co/RJ9stHviQS
10:33RT : Une conférence de presse sans surprise https://t.co/YSvu6cPGJU
10:33RT : Vous avez tort de dire que est sourd. Il n'est pas sourd. Il entend. Le problème est qu'il n'entend que de… https://t.co/OuIXypL91c
10:33RT : C'est sympa de nous emprunter notre slogan, nous sommes communistes, donc partageurs. Je rêve mieux encore : que… https://t.co/lVjj5H4fY4
05:16 : Un planning familial rural dont l’utilité n’est plus à prouver https://t.co/sSWwZ0nll6 via
19:17Indre : La MSA Berry-Touraine à un an des élections internes -> https://t.co/EmRZJxR7Rd
19:02Région : Un planning familial rural dont l’utilité n’est plus à prouver -> https://t.co/XVqh7Gf2m7
18:55Châteauroux : Chœur et chants venus de Russie dimanche à Saint-André -> https://t.co/wPaBfPeVWw
18:45Indre : Le PCF veut convaincre les abstentionnistes -> https://t.co/QOI3EvQ73Z
18:27# # - -Vienne : Le développement de la fibre optique se poursuit sur le territoire de Limoges Métropole -> https://t.co/DdBYH6yIf5
18:26RT : devrait annoncer, dans ses conclusions du « grand débat », son intention de faire « travailler davantage »… https://t.co/NJS30ctbyU
18:24# # - -Vienne : Anne Frank, une histoire d’aujourd’hui pour ne pas oublier hier -> https://t.co/DDQeqqZvu3
18:20RT : « Est-ce que depuis deux ans on a fait fausse route ? » s’interroge . Et là on a envie de dire : « b… https://t.co/EuBnR6N1z8
18:20RT : Pour le moment, il enfile tellement bien les perles qu'il y a de quoi remplir toutes les vitrines de la Place Vendôme...
18:20Samedi, c'est l'ouverture de la pêche du brochet. Hauts-viennois, voisins proches et même touristes en quête de sec… https://t.co/rZuogHCjcs
18:18France : Opéra de Limoges: on revisite la musique de Bach -> https://t.co/3ljG8uALHk
18:07Région : Encourager le tourisme vert -> https://t.co/JUcJWfN6kJ
17:00Le plan d’action, check ! La partenaire, check ! Ne reste que la préparation physique, en bonne voie, et qu’un peu… https://t.co/eMlRQgAwHJ
16:57RT : Le 26 mai, mettons un carton rouge à Macron. Mettons un bulletin rouge, celui de . https://t.co/zwKiMRzyOt
16:55Périgueux : La SNC au service de l’emploi -> https://t.co/7hMcQav05C
16:50Boulazac : Un nouveau timbre célébrant la grotte de Lascaux -> https://t.co/T0YRnEOFVF
16:45Pour ceux qui aiment, Chimène Badi sera à l'espace culturel E. Lelcerc, demain dès 16h. Le public est invité.
15:57Châtillon-sur-Indre : Une semaine magique à Poudlard avec l’accueil de loisirs -> https://t.co/lXc93O8AR3
15:56Argenton-sur-Creuse : Un auteur « préhistorique » à la Maison de la Presse -> https://t.co/f8PoYa5mVT
15:55La Châtre : Soixante exposants et Anaïs Delva attendus à la foire-exposition -> https://t.co/yNDpSn0VIJ
15:44Montignac : Le 8e art à l’honneur à Montignac -> https://t.co/309rQBfHRy
15:42Trélissac : L’engagement d’un homme de bien -> https://t.co/pN2XV7nlpj
12:33RT : De nouveau réunis L’au-delà n’aura jamais été aussi classieux truculent épicurien et stylé https://t.co/J2dERXsnYu
12:30RT : De nouveau réunis L’au-delà n’aura jamais été aussi classieux truculent épicurien et stylé https://t.co/J2dERXsnYu
12:30RT : Près de 1000 personnes, Bravo ! C'est tout simplement le plus grand meeting du à depuis 1… https://t.co/w9FZVYnR4u
12:29RT : Salut l’artiste ! Passe le bonjour à NOIRET et ROCHEFORT... Ils sont désormais ensemble nos Grands Ducs et on les p… https://t.co/yaKY3NndGV
12:26RT : “J’ai la patate” entame avec bonne humeur ce dernier mois de campagne. Via . https://t.co/MFR1ucQRKl
12:26RT : . avait crevé l'écran lors du débat de France 2, il veut aujourd'hui redonner de l'oxygène au PCF. ⬇️ B… https://t.co/UCmakxP009
12:26RT : Européennes. Ian Brossat est politiquement bon, il est jeune et il est unitaire. Pourquoi s’étonner que sa campagne… https://t.co/8JJLwvadoE
12:25RT : ❤❤❤ https://t.co/pPgsCX7fz5

A l'heure du rassemblement, public et privé disent stop

Social

Burn-out, épuisement, dépression, arrêt maladie, démission... «Les gens sont épuisés », témoigne cette déléguée syndicale de la CGT. Elle parle pour les salariés de la santé, Ehpad ou hôpital, mais ses paroles pourraient tout aussi bien venir d’un des autres représentants du personnel réunis dernièrement à la Maison des associations de Braconne pour préparer la journée d’action du 19 avril prochain...
Enedis, Dagard, ministère des Finances, cheminots, Eurocoustic, Sauthon, hôpitaux de Guéret, Ehpad r Ajain et Aubusson.. Partout, la grogne monte, partout, on sent un épuisement, une précarité de plus en plus visible, alors la CGT dit stop. Stop aux réformes ici et là, stop aux suppressions de postes, stop à la casse sociale. Tous ensemble, public et privé, cheminots et aide-soignantes, fonctionnaires et ouvriers, vers une convergence des luttes pour une alternative de progrès social.
La locomotive directe, c’est bien entendu les cheminots, qui entameront leur septième ou huitième jour de grève perlée. Jeudi dernier, Emmanuel Macron annonçait justement qu’il ne bougerait pas d’un iota sur la réforme de la SNCF... «nous on est d’accord pour une réforme, mais pas dans le sens de la privatisation», explique le délégué CGT de la SNCF. La privatisation, si elle suit le même chemin qu’en Angleterre, serait dramatique : «Il y a eu plus de 700 morts en dix ans, si on veut que ce soit rentable il faut faire des économies de personnels et d’entretien... et le prix des billets a augmenté de 30 à 300 % ».
D’autant que l’ouverture à la concurrence, on a pu en constater les  bienfaits» avec France Télécom ou EDF, « les prix ont augmenté, et les services aux usagers ont diminué ». Justement, parmi ceux qui appellent à la mobilisation, il y a la CGT d’Enedis, qui tire elle aussi la sonnette d’alarme. « Dans le plan 2018-2021, il y a 2.000 suppressions de postes au niveau national, ça fait à peu près 80 par région, la baisse des charges du personnel est allouée pour augmenter les dividendes, c’est du détournement de fonds, c’est les clients qui payent les dividendes de l’Etat, c’est un impôt déguisé», dénonce le délégué syndical. Moins d’emploi, moins de salaires, plus de cash... et des prix qui se sont envolés.
«Depuis la mise en concurrence, le prix de l’électricité a augmenté de moitié et celui du gaz de 100%, avec des services qui ne se font plus, déjà la nuit au niveau individuel, mais aussi au niveau collectif, on fait la mise en sécurité et on attend le lendemain matin pour rallumer ! »... Ici et là, on dénonce la fin des services publics, «surtout dans les territoires ruraux», et pire, la fin prochaine de la Sécurité sociale...
« S’il n’y a plus de Sécurité sociale, comment on va faire pour se soigner ?», interrogent les syndicalistes. Car parmi les réformes à venir, il y a la suppression des «charges» de cotisations sociales pour les entreprises de moins de 250 salariés... Sur la fiche de paie, chic, un salaire net qui augmente, mais derrière... Des fiches de paies déjà bien basses pour les salariés, qui sont de ce fait plus difficiles à mobiliser.
«Les salaires ne sont déjà pas intéressants, alors c’est difficile de récupérer le manque quand on fait grève, c’est difficile de mobiliser à cause de ça », regrette la déléguée syndicale de chez Sauthon. Pourtant, l’usine a perdu la moitié de ses effectifs d’agent de production en trois ans, les arrêts maladie et les démissions tombent, et les techniques managériales s’empirent...
Chez les « nantis de fonctionnaires », pas mieux. Le ministère des Finances est celui qui a connu le plus de suppressions de postes ces dix dernières années, « entre 16 et 18.000 suppressions prévues d’ici la fin du quinquennat Macron, ce n’est pas rien, on va vers la mort du ministère des Finances », raconte le délégué CGT du centre de Guéret. Avec en conséquence, la suppression de petites trésoreries et de services, « il n’y aura plus que les grands services dans les gros centres, à Limoges voire même à Bordeaux, on n’en sait rien on aura les chiffres exacts dans quelques mois ». Avec la dématérialisation des services, « plus question de recevoir du public », et avec le prélèvement à la source, des milliers de suppressions de postes...
Côté santé, « quand on travaille le dimanche, on a une bonification de 47 €, la nuit c’est 1,07 €, on se rend compte que public ou privé, les conditions de travail se sont dégradées partout, les gens préfèrent partir, la précarité augmente ». Et pour la mobilisation, non pas qu’on ne puisse compter sur les salariés, mais la mobilisation est d’autant plus difficile qu’ils fonctionnent déjà en effectif minimum tout le temps... Et que ces «nantis» ont pour principal défaut leur conscience professionnelle, qui fait que ça tient encore un peu, pour les usagers...
Aujourd’hui, ça tient encore, le fil n’est pas encore rompu... Mais l’épuisement est là, alors les dernières forces, il faut les utiliser pour un combat commun, une « convergence des luttes » pour arrêter la casse sociale, maintenir les emplois de qualité en réduisant le temps de travail, améliorer le pouvoir d’achat et surtout développer une industrie et des services publics qui répondent aux besoins des populations... « Sur les dernières distributions de tracts qu’on a fait, on sent bien qu’il y a une grogne qui s’installe durablement, les gens viennent à la discussion», s’encouragent les syndicalistes.
Ce jeudi 19 avril à 10 heures devant la gare de La Souterraine et à 14 h 30 devant la gare de Guéret, la CGT invite donc tous ceux qui se sentent concernés à venir manifester leur colère pour tenter de freiner la casse sociale engendrée par le gouvernement, que ce soit pour les services publics ou pour les entreprises privées.