Fil info
17:11Saint-Hilaire-Luc : Ouverture du festival 1000 Sources -> https://t.co/zAIzfm0sk2
12:13Lacelle : L'agriculture familiale en fête | L'Echo https://t.co/09WKKrOVwA via

Vélos électriques, carrières bloquées, roue libre... un CAF-tête chinois

Social

La CAF de la Creuse a perdu sa tête : le directeur a finalement été rappelé par la CNAF...   Décapitée la CAF ? Encore eût-il fallu qu’elle eût un chef. De l’avis des cadres et des agents en grève hier, un chef, c’est justement ce qui manque depuis 6 ans : pas de pilotage, pas de concertation, une politique salariale opaque et un doigt mouillé omniprésent... (lire notre  édition du 27 avril).
Exemple d’idées sorties du chapeau et de l’air du temps entre l’embauche d’un caricaturiste et l’achat de vélos électriques restés, selon l’intersyndicale, inutilisés : la création d’un tiers-lieu au niveau de l’accueil. « Il s’est engagé de son côté sans consulter personne. Quand on l’a appris, ce projet on l’a remis en cause, il ne repose sur aucune étude, aucun diagnostic, aucune méthodologie », témoigne Régine Perissat-Renault, déléguée du personnel CGT.
« Quelque chose comme ça doit reposer sur des objectifs précis, sur ce que veulent les allocataires », poursuit-elle. « Il a engagé le budget sans rien demander... » Tout comme le développement des plate-formes téléphoniques établi sans mesure d’impact l’organisation générale de la caisse... sans l’espace nécessaire pour les accueillir au départ et sans les moyens nécessaires pour en assurer la pérennité, au final.
En bout de ligne, des conditions de travail qui se dégradent (constatés par l’inspection du travail), des évolutions de carrière bloquées, ou encore le gel des salaires pour plusieurs années. « Et plus on avance, plus on découvre une situation catastrophique », déplorent les représentants du personnel qui cible notamment une coopération des CAF du Limousin mise à mal.  
Des défaillances et des dysfonctionnements constatés en haut-lieu, d’où le départ du directeur. Des défaillances et des dysfonctionnements non résolus d’où la poursuite du mouvement. « Le directeur s’en va, nous, on reste... avec les problèmes », souligne Régine Perissat-Renault. « On attend  des réponses de la part de la CNAF sur de réels changements. Comment reprendre la main ? Nous voulons une réelle politique institutionnelle impulsée par la direction. Tant qu’on n’aura rien, on poursuivra le mouvement. » L’intersyndicale souhaite un dialogue ouvert et une situation mise à plat avec le nouveau directeur.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.