Fil info
20:50Brive-la-Gaillarde : Ils ont des chapons bien ronds -> https://t.co/Rdbcp7yXFh
20:29Corrèze : Des lanternes vraiment éclairantes ? -> https://t.co/GWu4PM1g5r
19:26 Quels sont les matchs qu'il faut perdre? ;-)
19:25Indre : Le Poinçonnet se sort du piège -> https://t.co/X8iPrtYkY8
19:22Argenton-sur-Creuse : Le Comité de défense de la gare toujours en colère -> https://t.co/17cx454dXi
19:22 Cc .
19:21Châteauroux : Saint-Denis : les habitants ne désarment pas -> https://t.co/140zpPbZ8H
19:21Indre : Acte V : 150 à 200 manifestants dans le froid -> https://t.co/z2o1ekVOlP
19:03Les Gilets jaunes sur la RN145 et au Monteil-au-Vicomte https://t.co/QQb4K4ZdF5
18:59Et un acte V. La détermination des gilets jaunes de la Creuse unie ne faiblit pas. Ils poursuivaient la mobilisati… https://t.co/MOksBVlhkr
18:39Coulounieix-Chamiers : Éco-responsabilité : la Dordogne veut montrer l’exemple -> https://t.co/T0zkgGmhqG
18:13Périgueux : Une boutique pleine de couleurs et de saveurs -> https://t.co/DtJI4a4Iwz
18:12Sarlat-la-Canéda : Des dossiers techniques et divers -> https://t.co/9oKO7Eut2C
18:06 la place du Civoire se fait Agora. Prises de paroles appel à signature pour le référendu… https://t.co/dfl60aFI9B
17:44 dépôt de bougies place du Civoire en mémoire des victimes de l'attentat de Strasbourg et des G… https://t.co/0XFkJ1jGZo
17:21Neuvic : «Je filme le métier qui me plaît» -> https://t.co/q8BgC4x8Gn
17:01 à peine 17h sous la halle Brassens une centaine de personnes se prépare à marcher dans les ru… https://t.co/1efHVajX5Y
17:00Périgueux : Les Gilets jaunes restent mobilisés -> https://t.co/01RuEzIp1S

Allo patron, bobo...

CGT Hôpital

Si les cordonniers sont les plus mal chaussés... que sont les hospitaliers ? Ils ont beau ne pas chercher à prétendre au titre, c’est un fait, les hospitaliers comptent parmi les agents les plus mal en point. Exemple au CH de Guéret, où les représentants du personnel ont lancé une procédure d’alerte sur les conditions de travail et les risques psychosociaux, lors du CHSCT du 4 mai : les agents sont sur des rotules en voie de désagrégation et la direction n’est pas non plus épargnée, même si celle-ci est simplement atteinte de surdité...
Réunis dans le hall du CH de Guéret, hier, en début d’après-midi, les agents CGT informaient leurs collègues des suites du dernier CHSCT qui a exercé son droit d'alerte : un cabinet d’expertise devrait, la procédure lancée, auditionner les agents sur des conditions de travail qui se détériorent d’année en année.
« Les agents arrivent à saturation, ils n’en peuvent plus », souligne le secrétaire CGT, Philippe Baurienne. « On les rappelle pour trois services sur la journée. C’est inconcevable. Forcément, les arrêts sont en augmentation. » Toujours plus avec toujours moins, jusqu’à la déchirure. Et la machine est lancée : une déchirure, un arrêt. Arrêt pour l’un, surcharge pour le suivant... jusqu’à la déchirure. « Les agents sont en difficulté et les patients en ressentent les effets, forcément.. »
Depuis des années, le syndicat le répète... un pool de remplacement de trois agents n’est pas un pool de remplacement. Il en faudrait neuf fois plus : les besoins sont estimés à une quinzaine d’aides-soignants et une douzaine d’infirmiers... Ce pool, il y a fort à parier qu’il reste à sec encore quelques temps : hier matin se tenait aussi une réunion sur la clôture du budget 2017, lequel affiche 1,9 million de déficit. Qui paiera la note ? Pour le syndicat, ce sera probablement le personnel.
Lequel avait à se prononcer l’année dernière sur la compensation des heures supplémentaires... 50% convenus avec la direction, 27% à l’arrivée... en cas d’arrivée. Sur le non paiement des heures supplémentaires, les agents n’ont reçu aucune réponse. Pour les congés annuels non validés cet été faute de personnel. Rien non plus. « C’est un réel problème, il n’y a pas de dialogue social avec la direction », dénonce Philippe Baurienne. « Le 4 mai, lors du CHSCT, on a appris que les fiches que remplissent les agents n’ont pas été étudiées depuis février. »
Dernier point d’inquiétude levé par le syndicat, la saturation de la salle d’urgence. Après la fermeture de 14 lits en chirurgie, l’an dernier, ce sont 10 lits de médecine qui devraient disparaître dans l’année. « D’où les difficultés d’hospitalisation. La salle d’urgence est en permanence saturée. Les patients ont de plus en plus de mal à avoir une place. »
Autant de raisons pour lesquelles les hospitaliers CGT appellent, au passage, à la mobilisation, le 22 mai.