Fil info
04:44 Pauvres tis bouts 😢😢😢C est tellement inhumain
23:21RT : Corrèze : Le Tour du Limousin - Etape corrézienne en images -> https://t.co/lK1BT3uyft
23:17RT : La troisième étape du se déroule aujourd’hui en , entre et . Avant le dép… https://t.co/uRqMkVmCbc
22:38France : Le nouveau patron d’Air France payé 4,25 millions ! -> https://t.co/VmlIm5Bulu
22:35International : Hommage aux victimes de la catastrophe de Gênes -> https://t.co/sHzJg2ybCN
20:59Corrèze : Dec'Ouvrir : un bouillon de culture et de liberté ! -> https://t.co/52DLjhtREj
19:59 Il a assuré et perso je l'ai préféré !
19:56 Dur de passer apres Feu! Chatterton
19:40Corrèze : Le Tour du Limousin - Etape corrézienne en images -> https://t.co/lK1BT3uyft
19:11Région : Les élus régionaux dénoncent des menaces sur l’investissements public -> https://t.co/GOF31BHrDU
18:51Indre : Une visite un tantinet déroutante -> https://t.co/FihuyNZvbc
18:22Dordogne : Trois ans de prison ferme pour l’agresseur au couteau -> https://t.co/tDsUDrH90Q
18:15Dordogne : Le Roi qu’il fallait abattre -> https://t.co/3TVgowxWmV
18:12Région : Le temps de la radio engagée -> https://t.co/UWsgdKPC0x
17:34Dordogne : Une pluie d’étoiles Michelin en Sarladais -> https://t.co/bXCIpoQcpT
17:32Afin d’annoncer comme il se doit le prochain «Terre en Fête» - les 25 et 26 août à Pigerolles - et les concours de… https://t.co/qWYqlNuLrG
17:31Salignac-Eyvigues : Eyrignac et ses jardins : un patrimoine unique en Périgord -> https://t.co/NF0ATma6zH
17:15Issigeac : Les Métallies reviennent dimanche après dix années d’absence -> https://t.co/AO10PSwLdx
15:17Lurais : Fête des barques : derniers préparatifs avant le grand jour ! -> https://t.co/fk7as6im9Q
12:01RT : La troisième étape du se déroule aujourd’hui en , entre et . Avant le dép… https://t.co/uRqMkVmCbc
11:43 Bravo à vous! Cette Préfet n'a aucune sensibilité! Écoeurant...
11:41 se souvient de sa libération https://t.co/GtLM3w2ESQ
07:36 Insupportable des atrocités sur les animaux 😞

La figure de Jpiter à la roue au centre d'une conférence

Musée de Guéret

Dernière conférence avant fermeture temporaire... Le musée de Guéret fait appel à Hélène Mavéraud-Tardiveau, responsable du pôle archéologie de grand patrimoine de Loire-Atlantique, pour, le 16 juin, parler Jupiter... et, entre au-tres, de la déclinaison baptisée Jupiter à la roue, qui traduit,  sur une zone correspondant au Limousin, la perpétuation de la culture celte.
Petit voyage à moindre frais, le musée de Guéret propose, avec le soutien de l’association des amis du musée de suivre la diffusion du culte de Jupiter depuis Rome jusqu’à la Gaule et plus particulièrement dans la cité des Lémovices. Dans cette contrée qui n’était pas encore le Limousin, l’expansion se traduit sous deux formes, épigraphique, une inscription sur des matières non périssables, et archéologique, les statues. Si la première forme est l’expression d’un culte classique, Jupiter optimus maximus directement importé de la ville de Rome, la seconde constitue un exemple très significatif de la permanence de la culture celte.
Et sur ce champ, le musée constitue un support de choix, il a la particularité d’abriter, dans ses collections, trois Jupiter à la roue (1). Une figure du IIe siècle spécifique au centre et sud de la Gaule, caractéristique notamment de la cité des Lémovices : « C’est un syncrétisme. Le dieu romain porte la trace du dieu gaulois Taramis. La roue n’est, au départ, pas l’emblème de Jupiter mais un symbole celtique, l’attribut de Taramis... du purement gaulois », explique Hélène Mavéraud-Tardiveau, docteur en sciences de l’antiquité. « Après, pourquoi la roue ? On pense que c’est parce que le bruit de la roue évoque le bruit de l’orage. Cet élément rappelle la nature céleste et de Taramis et de Jupiter. » Pas l’ombre d’une explication en revanche, en ce qui concerne la position de la roue, tantôt sur la tête, tantôt sur la hanche...
Résurgence gauloise, la roue peut parfois être associée à des têtes coupées, c’est le cas de la statue conservée à Dompierre-les-Églises (Haute-Vienne) où une tête coupée est représentée sous la roue appuyée sur le flanc de la statue.
« Mon hypothèse est que la région était très rurale, à l’écart des axes de communication, ce qui fait qu’un héritage y a été plus maintenu... », développe l’historienne. « Les statues étaient produites localement, dans des ateliers locaux où on travaillait la pierre locale suivant des modèles acceptés par la population... » Pas encore Limousin et déjà terre de résistance.
Conférence Jupiter en Gaule Romaine samedi 16 juin, à 15 heures au musée. Entrée libre.

(1) Un Jupiter de Champagnat, roue greffée à la tête, le dieu à la roue de Bridiers, où celle-ci est collée à la hanche et une tête retrouvée à Issoudun-Letrieix, aquisition très récente du musée, où apparaissent les vestiges de la roue. Plus largement, on trouve de ces Jupiter en  Haute-Vienne, à la Jonchère, Dompierre-les-Églises, ainsi qu’au musée de l’évêché à Limoges où est conservée une statue en terre cuite.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.