Fil info
19:17Dordogne : Radio Vallée Vézère lance un appel aux dons pour sa survie -> https://t.co/cIkF4e02f2
19:16Dordogne : Sarlat à l’heure du 7e art -> https://t.co/9tYXZ0u5BF
18:52Indre : Trois jours de fête et de partage autour des arts et de la culture -> https://t.co/4dKcbwvm2q
18:51Indre : Santé : un référendum d'initiative locale en janvier -> https://t.co/aGWxifLuEP
18:50Indre : Redonner des couleurs aux idéaux communistes -> https://t.co/mQXSjCmdZk
18:48Châteauroux : Un temps de partage en musique -> https://t.co/s92abKZKih
18:02# # - -sur-Gartempe : Les Bandafolies c’est reparti -> https://t.co/x4lhxRI6zR
18:00# # - -Junien : Quelques secrets de fabrication des gants de luxe Agnelle -> https://t.co/dm7qgkpiu3
17:28Secours Populaire : les enfants creusois se mobilisent pour les enfants d'Haïti https://t.co/XEAP9d9t0h
16:26Sarlat-la-Canéda : Concert Arthur H, un « amour de chien fou » -> https://t.co/uO8A7f0BD1
16:06Bergerac : Germaine de La Valette Monbrun, infirmière tombée au front | L'Echo https://t.co/tPXuXizLhG via
15:41Périgueux : Un programme ambitieux en faveur du logement social -> https://t.co/8hIv15CfPA
11:55Bergerac : Germaine de La Valette Monbrun, infirmière tombée au front -> https://t.co/kqVfcpbUNs
10:09RT : Nouvelle AG des . On fait le point sur l'avancée des procédures en cours. Nous décidons ce jour de poursuivre l… https://t.co/beesvl7sjd
09:46RT : Un événement sismique de magnitude 3,2 sur l'échelle de Richter a été ressenti dans l'Ouest Creusois à 4h12 du mat… https://t.co/Kupx5hHaVV
09:13Dans notre édition aujourd'hui : - Centenaire 14-18 : les communes invitées à sonner les cloches de l'armistice - L… https://t.co/btkBoljzOe
09:04Un événement sismique de magnitude 3,2 sur l'échelle de Richter a été ressenti dans l'Ouest Creusois à 4h12 du mat… https://t.co/Kupx5hHaVV

La figure de Jpiter à la roue au centre d'une conférence

Musée de Guéret

Dernière conférence avant fermeture temporaire... Le musée de Guéret fait appel à Hélène Mavéraud-Tardiveau, responsable du pôle archéologie de grand patrimoine de Loire-Atlantique, pour, le 16 juin, parler Jupiter... et, entre au-tres, de la déclinaison baptisée Jupiter à la roue, qui traduit,  sur une zone correspondant au Limousin, la perpétuation de la culture celte.
Petit voyage à moindre frais, le musée de Guéret propose, avec le soutien de l’association des amis du musée de suivre la diffusion du culte de Jupiter depuis Rome jusqu’à la Gaule et plus particulièrement dans la cité des Lémovices. Dans cette contrée qui n’était pas encore le Limousin, l’expansion se traduit sous deux formes, épigraphique, une inscription sur des matières non périssables, et archéologique, les statues. Si la première forme est l’expression d’un culte classique, Jupiter optimus maximus directement importé de la ville de Rome, la seconde constitue un exemple très significatif de la permanence de la culture celte.
Et sur ce champ, le musée constitue un support de choix, il a la particularité d’abriter, dans ses collections, trois Jupiter à la roue (1). Une figure du IIe siècle spécifique au centre et sud de la Gaule, caractéristique notamment de la cité des Lémovices : « C’est un syncrétisme. Le dieu romain porte la trace du dieu gaulois Taramis. La roue n’est, au départ, pas l’emblème de Jupiter mais un symbole celtique, l’attribut de Taramis... du purement gaulois », explique Hélène Mavéraud-Tardiveau, docteur en sciences de l’antiquité. « Après, pourquoi la roue ? On pense que c’est parce que le bruit de la roue évoque le bruit de l’orage. Cet élément rappelle la nature céleste et de Taramis et de Jupiter. » Pas l’ombre d’une explication en revanche, en ce qui concerne la position de la roue, tantôt sur la tête, tantôt sur la hanche...
Résurgence gauloise, la roue peut parfois être associée à des têtes coupées, c’est le cas de la statue conservée à Dompierre-les-Églises (Haute-Vienne) où une tête coupée est représentée sous la roue appuyée sur le flanc de la statue.
« Mon hypothèse est que la région était très rurale, à l’écart des axes de communication, ce qui fait qu’un héritage y a été plus maintenu... », développe l’historienne. « Les statues étaient produites localement, dans des ateliers locaux où on travaillait la pierre locale suivant des modèles acceptés par la population... » Pas encore Limousin et déjà terre de résistance.
Conférence Jupiter en Gaule Romaine samedi 16 juin, à 15 heures au musée. Entrée libre.

(1) Un Jupiter de Champagnat, roue greffée à la tête, le dieu à la roue de Bridiers, où celle-ci est collée à la hanche et une tête retrouvée à Issoudun-Letrieix, aquisition très récente du musée, où apparaissent les vestiges de la roue. Plus largement, on trouve de ces Jupiter en  Haute-Vienne, à la Jonchère, Dompierre-les-Églises, ainsi qu’au musée de l’évêché à Limoges où est conservée une statue en terre cuite.