Fil info
23:19 Bravo BB et la photo est trop mignonne
22:01 Soirée gros blaireaux c bien aussi😡😡😡😡😡
19:41 Bravo à toute l'équipe de la Fondation !… https://t.co/F26JcRwzuX
17:50 Bravo Monsieur et merci de montrer votre i… https://t.co/czrVLcRYvt
17:42 Une petite pensée pour ce pauvre Germinable Pe… https://t.co/OqinFYBe5e
17:31 Ah une très bonne nouvelle, je tweetais su… https://t.co/6DDQ1hpxhx
16:55 Félicitations, cela démontre une intelligence, un humanisme . Merci
16:30 Bravo pour cette énièmes victoire mais à v… https://t.co/uMu8YbMta2
13:16 personne n’a pris contact avec moi aucun nettoyage de la voie ferrée. https://t.co/LhqHOeKvZm
00:59Le 21 septembre se prépare pour le Mouvement de la Paix de Corrèze Arbres de la Paix : Brive :Cérémonie le 26/09 à… https://t.co/lmek7JXLjs

Sécheresse, orage, ô désespoir

Météorologie

Voici près de dix ans que, l’été venu, les couleurs emblématiques du département finissent par le déserter et qu’en août, principalement, le pays vert et bleu devient le pays jaune soufre et jaune queue de vache. L’herbe hier encore flave et croustillante n’est tout simplement plus... Presque comme la Voueize dans une situation critique. Une situation évoquée, entre autres, à la préfecture, lors de la réunion du comité sécheresse (1) :  le orange canicule à peine levé, la Creuse revêt le orange sécheresse.
Si dans la nuit de mercredi à jeudi un bel orage s’est abattu sur la Creuse... et que d’autres sont annoncé, ils ne présagent en rien de l’évolution de la sécheresse qui pourrait redémarrer... et de plus belle. « Aujourd’hui il y a de la pluie, mais ça ne doit pas faire oublier la situation dans laquelle se trouve la Creuse », résume la préfète Magali Debatte qui prenait le matin-même des mesures de restriction de l’usage de l’eau jusqu’au 31 août (lire ci-dessous). Et la situation est critique sur l’ensemble du département où le débit des cours d’eau a enregistré une diminution rapide et brutale : seuil de crise renforcée atteint  sur la Voueize ; seuil de crise atteint sur le Thaurion, la Creuse et la Tardes ; alerte sur la Vige et la Rozeille. Le Cher n’en est pas loin.
« Cette situation de crise qui se répète tous les ans doit mener à une réflexion collective », souligne la préfète, qui évoque la prise de compétence prochaine de la Gemapi par les EPCI, les pistes dégagées par la Chambre d’agriculture autour des retenues collinaires, ou encore l’utilisation des eaux souterraines. « Le comité doit devenir un lieu de réflexion. » Plus dur, en plus d’anticiper, le comité aura à naviguer au milieu des conflits d’usage.
« On ne peut pas opposer les aspects écologiques et les activité humaines », insiste Nicolas Simonnet, vice-président du Conseil départemental de la Creuse en charge du développement économique, de l’agriculture et du tourisme. « Oui, on est pour la continuité aquatique, mais il y a une vie humaine et une activité qui est importante pour le département. Les deux peuvent cohabiter mais trouver équilibre, c’est à nous de le faire. »

(1) La réunion a mis autour de la table représentants du Conseil départemental, des chambres consulaires, du syndicat des étangs, de la fédération de pêcheur, de la FDSEA ou encore du Modef.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.