Fil info
21:17Indre : Attaque virulente contre la directrice de l’Agence régionale de santé | L'Echo https://t.co/G9LwAgYxaj via
18:48Dordogne : Beynac : le Département et la préfecture haussent le ton -> https://t.co/7XIpQv05zQ
18:46Salagnac : De nouveaux réfugiés d’Afrique subsaharienne accueillis à Clairvivre -> https://t.co/8JaHaiWvWb
18:40Ussel : Des poèmes et des chansons pour célébrer la paix -> https://t.co/UbctK0Smqy
18:28Châteauroux : Les citoyennes se réapproprient la ville et leur quartier -> https://t.co/GxFNXOQnQQ
18:01Un médiateur a été désigné pour intervenir dans le conflit actuel du SDIS 87 (sapeurs-pompiers). Il pourrait interv… https://t.co/800yeoFWLT
17:05Région : Vers une mobilisation nationale ici -> https://t.co/wib3899aCp
16:56Saint-Astier : Double fête pour le lancement de la saison à La Fabrique -> https://t.co/BrL1xEmIUN
16:52Sarlat-la-Canéda : Fernando Costa de retour au Pays -> https://t.co/HxP5hZ7QQI
16:52# # - -Vienne : Un pas vers l’égalité réelle -> https://t.co/6AAvAPg09Q
15:52Périgueux : Sérieux contretemps pour le projet Montaigne -> https://t.co/bHMUd7avvr
15:50RT : La condescendance d’Emmanuel Macron est maintenant visible depuis l’espace https://t.co/DqHNykJOA1
15:49Périgueux : Un acheteur annoncé pour l’espace Britten -> https://t.co/V4DJG0HoBT
15:45Périgueux : 44 clubs labellisés -> https://t.co/MYcrcRWqlI
15:10RT : La condescendance d’Emmanuel Macron est maintenant visible depuis l’espace https://t.co/DqHNykJOA1
15:08RT : La Région débloque plus de 4 millions d'euros pour aider les victimes des intempéries https://t.co/NTUi0rr4Fx
14:57RT : Le Val de l'Aurence en fête les 22 et 23 septembre - Esplanade et Parc Pavillon du Mas-Jambost https://t.co/ax79ZbnlnB
14:53A20. Fermeture de la bretelle de sortie de l’échangeur n°26 « La Crouzille » dans le sens Province- Paris du 24 au… https://t.co/iSPBHiGxXO
12:57RT : À Saint-Junien, ville de 12 000 habitants comme je vous le disais, il y a un cinéma public, un théâtre, trois gymna… https://t.co/H3WJWjXyBD
12:54RT : À Saint-Junien, une salle bondée pour la défense de l'hôpital public. Plus de 300 personnes qui refusent de voir… https://t.co/AakgN8NOJF
12:50RT : À Saint-Junien, ville de 12 000 habitants comme je vous le disais, il y a un cinéma public, un théâtre, trois gymna… https://t.co/H3WJWjXyBD
12:50RT : [Thread] Retour à Paris après une soirée à Saint-Junien, à 30 km de Limoges. Avec le Maire, Pierre Allard, nous av… https://t.co/2qOO2kd70Y
11:32Tulle : L’éducation dans la balance ! -> https://t.co/gcxL9UP5XN

...et au milieu roule une Ferrari 250 GTO 64

Tribunal

Alors, à qui, finalement, le joujou à 50.000.000 € ? La fratrie Bardinon qui se déchire autour d’une Ferrari ne sera toujours pas fixée... L’affaire, déjà renvoyée une fois, avait été exposée le 7 juin, en long, en large, en travers avant d’être reportée, une fois de plus, suite au malaise, en toute fin de journée, d’un des assesseurs. Elle aurait dû être analysée dans son entier hier et aujourd’hui au tribunal de Guéret, un certificat médical fourni par la défense en décidera autrement.
Patrick Bardinon fils du fondateur du Mas-du-clos à Saint-Avit-de-Tardes, est-il coupable d’abus de confiance après avoir vendu une Ferrari 250 GTO 64, don de son père selon lui, appropriation éhontée selon son frère et sa soeur ? Réponse après une nouvelle audience, prévue les 13 et 14 décembre.
Rappel des fait : Bien avant les questions de succession, Patrick Bardinon avait hérité de son père deux choses, tout comme son frère du reste, un certain confort au sein de l’empire familial dans le domaine de la tannerie et surtout une grande passion pour le sport automobile... au point de devenir pilote, jusqu’à un accident grave en 1978. Accident à l’origine, selon lui, d’une certaine culpabilité de la part de son père exprimée par le don d’un des joyaux de sa collection, une Ferrari 250 GTO 64. Une rareté, trois exemplaires dans le monde, qu’il vend en 2014, deux ans après la mort de son père. Sauf que de don, selon Jean-François et Anne, frère et soeur du prévenu, il n’a, à l’origine, jamais été question.
Il est reproché à Patrick Bardinon d’avoir détourné un bien à charge de revente au préjudice de son frère et de sa soeur. Une histoire de succession comme toutes les histoires de succession, un nom contre un nom qui est souvent le même nom ; la certitude d’être dans son droit contre la certitude d’être dans son droit... une histoire somme toute banale à ceci près qu’entre en jeu, outre une palanquée d’avocats et de témoins, une Ferrari à environ 52.285.000€ qui s’éloigne de plus en plus. Une histoire somme toute banale qui a privé,  plusieurs journées, les justiciables lambda du tribunal...

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.