Fil info
21:22Saint-Sulpice-le-Guérétois : Le travail du bois, une passion, un métier | L'Echo https://t.co/Vdq0ECnUrO via
20:52 Engendrer..
20:51 L’écologie n’a rien à voir avec tout ça !!! Vous ne savez rien de ce que peut engendré ce… https://t.co/W12hCtgkST
19:53Brive-la-Gaillarde : Solidaire est le Secours Populaire -> https://t.co/pmngsMMHRb
19:47 Le cri de soulagement du Patrimoine et de la biodiversité 🐾🌳🌍
19:08Indre : 258 millions d’euros pour un an -> https://t.co/3qu1tQJEnK
18:12Plus que jamais Président des Régions de France… https://t.co/cwZ8G394sk
17:52Dordogne : Le parti socialiste compte sur ses valeurs pour retrouver des couleurs -> https://t.co/x71S0Ovl7u
17:49Beynac-et-Cazenac : Déviation : le cri de colère des entreprises -> https://t.co/uEmRSQEDBv
17:28RT : Les agents des finances publiques ont protesté à Tulle contre 17 suppressions de postes en https://t.co/TebYxVnJE7
17:20RT : En fin de cortège, on rend hommage au ⁦⁩ ⁦⁩ Par le… https://t.co/7Pw3YkiwHx
17:10Périgueux : Nouvelle saignée aux impôts -> https://t.co/fIsU0LOw5Y
16:54Sarlat-la-Canéda : A vos agendas 2019 -> https://t.co/hXvkLBbxtE
15:57RT : En fin de cortège, on rend hommage au ⁦⁩ ⁦⁩ Par le… https://t.co/7Pw3YkiwHx
15:53Marsac-sur-l'Isle : Un salon de passionnés à l’ambition régionale -> https://t.co/PYalTw0ytJ
15:37Mérigny : Les seuils de l'Anglin arasés cette année -> https://t.co/UnmtKOBc0c
15:32Indre : Le photovoltaïque au centre des vœux -> https://t.co/xqPyrT2nf2
15:26RT : Pour conquérir le numérique, « La Marseillaise » a un besoin vital de votre soutien https://t.co/zsWebVd2tu
12:18Tulle : Hôpital : une cérémonie des voeux sous tension sociale -> https://t.co/MUlPtOjG5U
10:54Vœux à la population de Jean-Paul Grador et partage de la galette, à l'Auditorium Sophie Dessus à ven… https://t.co/a6Hwqcn7ZX
09:01Région : La situation du Brésil, on en débat à et à https://t.co/EetKPkHqOb
08:45🎒 Sainte-Feyre dans la est le village à découvrir dans . & Benoît Ligneau vous y att… https://t.co/i6xP2PXGsk
07:54France : Don du sang, une fréquentation en dents de scie -> https://t.co/tMk4rjPMwH
07:51 débat -Claude Leblois - -Vienne : Le oui mais du conseil départemental au grand débat -> https://t.co/2unGKm8epg
07:49France : Deux temps pour échanger sur la "fascisation" au Brésil -> https://t.co/FYn44xEO10
07:45Région : Métier : chirurgien du livre -> https://t.co/YnXfbNkbiB

Une voiture incendiée un chevreuil égaré...

Police fait divers

L’horloge du commissariat n’affiche pas encore 11h. Derrière son poste, au standard, un agent vaque à ses occupations habituelles. Tout aussi quotidien le va-et-vient de ses collègues dans le petit hall... ralenti par la présence, hier soir de visiteurs occasionnels : la préfète, sa directrice de cabinet, le procureur et le maire de Guéret, en pleine opération de com’... ainsi que quatre fonctionnaires de la Direction départementale de la sécurité publique (DDSP) de Limoges dépêchés en renfort pour la nuit.
« C’est une simple mission de police générale : deux véhicules sérigraphié dans lesquels il y aura deux fonctionnaires de police tourneront sur tout Guéret », résume le commissaire François Gaillard. « Bien sûr, il y a un contexte particulier mais il s’agit surtout de sécurisation générale... »
Le contexte sus-nommé englobe la recrudescence de vols de véhicules, d’affaires de stupéfiants et de cambriolages, et au sommet de l’iceberg d’incendies de voitures : trois personnes étaient interpellées la matinée  même pour l’incendie du 7 septembre (voir notre édition d’hier). Et le contexte sus-nommé oriente le  conseil  local de sécurité et de la prévention de la délinquance sur la vidéo protection... « Nous allons nous retrouver en octobre pour avancer dessus, déclare Michel Vergnier. Nous n’y sommes pas systématiquement opposés, on a compris que dans certaines enquêtes leur présence pouvait être utile, mais elle doit être ciblée.»
La grande aiguille de l’horloge commence à flirter avec le 10. Les patrouilles quittent pour une durée de 4 heures, le commissariat... et ne vont pas très loin : «Com’ un fait exprès», un feu de véhicule est signalé à quelques centaines de mètres, rue Ingres.
Une partie des effectifs reste sur place. Deux des fonctionnaires de la section d’intervention de Limoges poursuivent leur patrouille, regrettant de ne pas être en civil : ils auraient été plus discrets, plus efficaces. Un passage à Grancher, un retour par la rue du Limousin et quadrillage rapide dans le dédale de rues de la partie ouest du centre-ville. L’un des deux est originaire de Guéret, il y est né, y a travaillé, y a été pompier volontaire... Moins un avantage pratique - « On est souvent amené à intervenir dans d’autres villes : La Rochelle, Rochefort, Angoulême, Agen... » - que l’expression d’une certaine nostalgie.
Retour avenue de la Sénatorerie. À côté du Monoprix, les flammes ont fait place à un monolithe de fumée grise. Dans la voiture s’infiltre une odeur de brûlé tandis que la radio  émet des crépitements en continu, comme dans les films. Les deux hommes s’interrogent sur les 31 décembre à Guéret puis parlent de ceux de Limoges où les cailloux ont remplacé la neige «...jusqu’au jour où ils vont nous tirer dessus.» Un fil de pensées interrompu par un nouveau contact radio - la deuxième moitié de la section d’intervention de Limoges -, puis un éclat de rire : « Ils sont nez à nez avec un chevreuil.»
D’un invité surprise à l’autre, les fonctionnaires se rendent rue Ferrague où a été déclenchée une alarme... Ils finissent par s’arrêter à la préfecture pour un coup d’œil à travers les portes vitrées et par dessus les grilles du parc attenant. « Peut-être l’incendie qui a perturbé les capteurs », explique à son retour l’un des agents  qui empoigne derechef l’émetteur tandis qu’apparaît dans le sas du bâtiment une silhouette familière. Après avoir parcouru la place avec empressement, la directrice de cabinet s’arrête catastrophée à hauteur des policiers : « Non mais c’est moi, y a pas de souci, c’est moi, j’avais pas retiré la totalité de l’alarme. » Une nuit creusoise, parfum doux amer, toujours tranquille... mais plus dans les mêmes proportions.
La section d’intervention de Limoges a passé une seconde nuit à Guéret. Une action qui pourrait être renouvelée. « On entretient d’excellentes relations avec la DDSP de la Haute-Vienne, rappelle le commissaire Gaillard.  D’autres interventions ne sont pas exclues... dans la mesure de leurs possibilités et de nos besoins. »
S.G.

La préfète condamne ces actes
Lors de son point presse vendredi matin (voir page 4), la préfète Magali Debatte est revenu sur le nouvel incendie survenu à Guéret jeudi soir peu après 23 heures rue Ingres. Il s’agit d’un nouvel incendie criminel. Celui-ci s’est déroulé au même moment que débutait «l’opération de sécurisation». La préfète a indiqué «condamner avec la plus grande fermeté (ces) actes purement gratuits» et a salué «la réactivité des forces de  sécurité».