Fil info
09:38 Attention, suite à un accident de la circulation, la route entre Périgueux et Sarlat (D 710) es… https://t.co/FbdhHNMpss
09:38Corrèze : Ils veulent créer un collectif pour « sauver Ruffaud » -> https://t.co/dp595UDUgj

Des problèmes remontés à la vice-présidente de la Région

Apprentissage, formation

Ces problèmes de recrutement et d’offres d’apprentissages qui n’ont pas trouvé preneurs ont été abordés quelques heures avant cette cérémonie, mardi, lors de la visite en Creuse de  Catherine Veyssy, vice-présidente de la région Nouvelle-Aquitaine en charge de la formation professionnelle, de l’apprentissage et de l’emploi lors du passage dans le département du car «Destination formation».
Catherine Veyssy avait déjà plusieurs retours d’employeurs confrontés à ces problèmes de recrutement. Gilles Beauchoux, président de la Chambre de commerce et d’industrie (CCI) a fait part des siens dans le domaine du froid.
Mais que faire ?  «Il faut former sur ces métiers là aussi, note la vice-présidente, communiquer sur ces métiers. Ce n’est pas naturel, elle l’admet et pourtant on peut faire de jolies carrières, on a un travail collectif à faire».
D’autres métiers sont dans cette situation, ceux du bâtiment, de l’hôtellerie-restauration ou encore les boulangers. En Creuse, 10 offres d'apprentissage était présentées et aucun candidat. Pour Catherine Veyssy, il faut aller à la source des informations comme dans les Missions locales...  
Des choses ont été mises en place comme les groupe DIMA (dispositif d'initiation aux métiers en alternance) qui permet en Creuse à 15 jeunes de passer leur année de 3e en allant découvrir les métiers qu’ils souhaitent lors de stages. La CCI précise également l’existence du Pass’métier qui permet aux collégiens et lycéens de faire des stages en entreprise pendant les vacances scolaires. Depuis le 1er janvier, une douzaine de jeunes ont fait cette demande.  
Sont soulevés des problèmes de mobilité. «On ne peut pas avoir des plateaux techniques de tous les métiers partout», stipule la vice-présidente. Des aides existent. «Il y a des espace où l’information est disponible. Il reste tellement de choses à améliorer», confie-t-elle. Elle l’avoue le plus à même de parler de son métier c’est le chef d’entreprise mais peut-il investir du temps là dessus et pour quel retour ?
Elle a ensuite visité le centre de formation des apprentis (CFA) géré par la CCI qui se trouve à la Maison de l’économie. Un CFA que la CCI veut conserver «pour garantir une égalité de territoire», confirme Philippe Daly, directeur de la CCI. Les résultats sont bons avec 100 % de réussite l’an dernier et un taux d’insertion de 95 %. Tourné vers les métiers du commerce et de la vente, le CFA qui s’inquiète pour son avenir en raison de la loi sur l’apprentissage, se pose la question d’une offre plus large évoluant vers les services. Philippe Daly précise également que ce CFA n’est «pas autocentré» et se veut ouvert sur l’extérieur. Il y a eu des déplacements au Sénégal, en Finlande et il participe en ce moment d’ailleurs aux Erasmusdays.
V.J.