Fil info
22:51France : Incendie mortel au cœur de la très chic station de Courchevel 1850 -> https://t.co/sBRlGn7zCY
22:49France : Psychiatrie : les personnels réclament de l’« humain » -> https://t.co/ep9TC7WLTV
19:18Indre : La France insoumise mise sur le local pour les européennes -> https://t.co/boPSjSWLVr
19:17Châteauroux : Une nouvelle directrice à l’APF pour la nouvelle année -> https://t.co/Y2x7USruik
19:14Indre : Acte X : des bougies en hommage, le débat vu comme de l'enfumage -> https://t.co/iOaN9LyXXE
18:17Comme chaque samedi depuis le 17 novembre, les gilets jaunes du sud de la Creuse se réunissent au carrefour de La S… https://t.co/WE4SAyCyxH
18:13Dordogne : Grand débat national, élections, les ambitions des marcheurs -> https://t.co/KAyNcQGIfi
18:12Beynac-et-Cazenac : Les opposants à la déviation écrivent aux entrepreneurs -> https://t.co/XA5QWofgxk
18:04Saint-Léon-sur-l'Isle : Les communistes veulent relever les défis politiques de 2019 -> https://t.co/EgNM6OBsl2
18:01Périgueux : Une fête intimiste pour célébrer le diamant noir du Périgord -> https://t.co/BUw1rhrBLD
17:58Beauregard-de-Terrasson : Améliorer le quotidien -> https://t.co/dT6CtqKoYr
16:54Bergerac : Virage à gauche pour des vœux aux accents très politiques -> https://t.co/ABNDiVZAr3
14:20Nouveau succès pour la à la . Petits et grands lecteurs ont investi la bibliothèque jus… https://t.co/QzLAH8mNDd

Petits gestes quotidiens pour contrer l'urgence climatique

Développement durable

Titouan prend son vélo chaque jour pour venir au collège Martin-Nadaud, et pourtant, quand on lui demande ce qu’il fait pour lutter contre le réchauffement climatique, il n’y pense même pas. «Ils font tous des petites choses, mais ne le savent pas», remarque Benoit Sautour, enseignant-chercheur spécialiste de la biodiversité marine à Bordeaux. Ce membre d’Acclimaterra était présent dernièrement au collège guérétois pour discuter développement durable...
Le sujet est déjà cher aux collégiens de Martin-Nadaud, qui a obtenu en juin dernier les labels éco-collège et collège E3D. «On y est très sensible depuis plusieurs années, on a un atelier développement durable avec des élèves passionnés qui s’engagent sur des projets concrets», note Aurélie Patier, professeur de SVT.  La cantine est d’ailleurs dotée d’une table de tri et d’un composteur, et les élèves sont sensibilisés à la lutte contre le gaspillage alimentaire : le collège est ainsi passé d’une tonne de déchets par mois il y a deux ans à «seulement» 250 kilos...
La lutte contre le réchauffement climatique passe certes par une réduction des déchets, mais aussi par une attention accrue à la biodiversité, a fait remarquer le spécialiste, porteur d’un message pour le moins sinistre, mettant en parallèle la situation avec la dernière extinction de masse des espèces... Le collège n’est pas en reste là non plus : un hôtel à insectes est déjà installé au collège, et les professeurs aimeraient pouvoir accueillir un refuge LPO (Ligue de protection des oiseaux) dans peu de temps. D’autant que les changements climatiques ont déjà un impact sur l’ex-Limousin, des étés plus chauds, des hivers moins pluvieux, en témoignent les cigales qu’on commence à entendre chanter à Tulle...
Car la terre se réchauffe, d’une façon exponentielle depuis 150 ans, correspondant à l’ère industrielle. Les espèces végétales et animales qui ont survécu à l’homme migrent vers le nord peu à peu, voilà pour les effets. Les causes, s’il faut les rappeler, sont une augmentation de la production de dioxyde de carbone, ou gaz à effet de serre, qui en se concentrant fait augmenter les températures.
«Il y a une difficulté pour les différents gouvernements à se mettre d’accord car il y a des enjeux économiques», explique Benoit Sautour aux collégiens. Il n’en reste pas moins que l’urgence est là : à l’horizon 2050, plus de banquise en été, et des îles comme les Maldives seront recouvertes par les eaux. Alors, le spécialiste en appelle aux «initiatives locales, c’est le plus efficace», montrant en exemple certains états américains qui ont réussi à réduire leur impact de moitié malgré le climatoscepticisme de Donald Trump...
Des initiatives locales et personnelles mises en application par les jeunes collégiens guérétois. Le tri sélectif, le compost, la douche plutôt que le bain, et le recyclage d’objets font partie de leur quotidien d’enfants conscients que leur planète est au plus mal...«Je réutilise des objets pour autre chose, par exemple des pots de yaourt pour mettre des plantes», souffle Assiya.
Pour le professeur bordelais, ces «comportements dans le bon sens» sont plutôt positifs. Tout comme la conscience de l’urgence, qu’il martèle ici et là  «il faut trouver des solutions pour cette génération de jeunes qui héritent de la situation». Ce n’est pourtant pas le corps de métier du chercheur bénévole, qui a rejoint le collectif Acclimaterra par conviction.
Depuis la publication du dernier rapport, une série de conférences publiques a lieu «pour discuter avec les acteurs et mieux faire comprendre l’urgence». Cette phase de sensibilisation terminée, le collectif devra décider quoi faire, sachant que de nombreuses demandes d’accompagnement sont faites par les acteurs locaux qui ne savent pas comment effectuer leurs démarches de lutte contre ce réchauffement climatique...