Fil info
22:51France : Incendie mortel au cœur de la très chic station de Courchevel 1850 -> https://t.co/sBRlGn7zCY
22:49France : Psychiatrie : les personnels réclament de l’« humain » -> https://t.co/ep9TC7WLTV
19:18Indre : La France insoumise mise sur le local pour les européennes -> https://t.co/boPSjSWLVr
19:17Châteauroux : Une nouvelle directrice à l’APF pour la nouvelle année -> https://t.co/Y2x7USruik
19:14Indre : Acte X : des bougies en hommage, le débat vu comme de l'enfumage -> https://t.co/iOaN9LyXXE
18:17Comme chaque samedi depuis le 17 novembre, les gilets jaunes du sud de la Creuse se réunissent au carrefour de La S… https://t.co/WE4SAyCyxH
18:13Dordogne : Grand débat national, élections, les ambitions des marcheurs -> https://t.co/KAyNcQGIfi
18:12Beynac-et-Cazenac : Les opposants à la déviation écrivent aux entrepreneurs -> https://t.co/XA5QWofgxk
18:04Saint-Léon-sur-l'Isle : Les communistes veulent relever les défis politiques de 2019 -> https://t.co/EgNM6OBsl2
18:01Périgueux : Une fête intimiste pour célébrer le diamant noir du Périgord -> https://t.co/BUw1rhrBLD
17:58Beauregard-de-Terrasson : Améliorer le quotidien -> https://t.co/dT6CtqKoYr
16:54Bergerac : Virage à gauche pour des vœux aux accents très politiques -> https://t.co/ABNDiVZAr3
14:20Nouveau succès pour la à la . Petits et grands lecteurs ont investi la bibliothèque jus… https://t.co/QzLAH8mNDd

Garder la pluie là où elle tombe

Gestion de l'eau

L’idée est dans les tiroirs depuis un moment déjà, mais elle tombe bien : après la sécheresse qu’a connue le département, mais aussi les inondations que d’autres ont connu, parler gestion intégrée des eaux de pluie ne peut pas faire de mal...
«C’est lié à une thématique émergente, inscrite dans le onzième programme de l’Agence de l’eau Loire-Bretagne», précise Charlotte Gautherie, accompagnante de projets. En octobre dernier, un forum départemental sur la gestion intégrée des eaux de pluie a réuni les élus autour des professionnels du sujet. L’objectif était de leur expliquer l’intérêt d’une gestion des eaux pluviales à la parcelle, «pour limiter les canalisations en gérant l’eau là où elle tombe», mais aussi les bassins d’orage, «énormes, qui servent peu, et peu esthétiques».
Cette façon de procéder a plus d’un avantage, à commencer par l’impact environnemental. «Avec les canalisations, en cas de forts épisodes pluvieux, les stations d’épuration débordent, et l’eau non traitée arrive directement dans le milieu naturel». La Saur a d’ailleurs dressé un bilan assez négatif sur l’impact des eaux pluviales sur le fonctionnement des stations d’épuration.
C’est pourquoi Michel Benard de l’entreprise Infra Services, reconnu comme expert de la gestion de l’eau, accompagne de plus en plus de communes vers cette gestion intégrée. «Il faut une gestion la plus locale possible, favoriser l’infiltration de l’eau là où elle tombe», préconise Charlotte Gautherie pour résumer les conseils du professionnel.
Pour le moment, en Creuse, il existe surtout des contre-exemple de la gestion intégrée, à commencer par l’espace André-Lejeune de Guéret, où a eu lieu le rassemblement. Sans donner de leçon, Michel Benard a expliqué comment les eaux aurait pu être gérées autrement sur ce terrain, puisqu’il disposait d’assez d’espace pour une gestion intégrée. Un toit pensé différemment et un parking moins imperméabilisé aurait aidé à désengorger les canalisations.
«Pour que le ruissellement varie, il faut créer des espaces en eaux, en mettant en place des creux pour que l’eau soit stockée ponctuellement et limiter sa prise de vitesse, qui favorise l’érosion», pointe Charlotte Gautherie. Les végétaux peuvent ainsi être utilisés pour limiter les espaces imperméabilisés et offrir un meilleur cadre de vie. Par exemple en favorisant les bocages, ou les espaces avec pailliage pour favoriser l’infiltration.
Claude Guerrier, maire de Saint-Sulpice-le-Guérétois, a pu témoigner de l’exemple de sa commune, où «deux tiers des eaux parasites, c’est-à-dire qui ne sont pas des eaux usées, arrivent à la station». Ajouté au mauvais raccordements qui inversent les réseaux eaux pluviales et eaux usées, la station d’épuration en pâtit. Il a donc pleinement intégré la gestion intégrée des eaux usées dans sa réflexion sur l’éco-quartier en construction sur sa commune. Lizières et Saint-Fiel ont aussi intégré cette problématique dans leurs projets d’éco-quartiers.
«Dans les zones pavillonnaires, il y a des maisons avec des terrains énormes qui pourraient permettre la gestion intégrée», indique Charlotte Gautherie. Car le seul surplus pour le terrain serait finalement les eaux de toit... à l’échelle individuelle, il suffirait de renvoyer les gouttières directement au jardin, ou encore d’installer un bassin de récupération des eaux pour pouvoir arroser quand il ne pleut pas...

Rendez-vous

consultations citoyennes
Des conférences citoyennes sur le thème de l’eau vont être organisées par le CPIE de la Creuse en mars-avril. Pour cela, un panel d’une quinzaine d’habitants est recherché pour suivre 4 ateliers portant sur la quantité, la qualité, les milieux aquatiques et la gouvernance de l’eau.
«ça sera l’occasion pour ces habitants de monter en compétences et d’avoir une meilleure connaissance des enjeux sur le département», explique Charlotte Gautherie. Ces ateliers qui pourront être ponctués de visites ou de rencontres avec des spécialistes donneront lieu à une contribution écrite, qui sera transmise à l’agence de l’eau Loire-Bretagne.