Fil info
18:30Montgivray : Deux jours auprès des agriculteurs -> https://t.co/f1hifxaiSV
16:51 C'est triste......très triste
16:48Le jeune Tristan a été retrouvé mort en fin de matinée par les gendarmes. D'importants moyens avaient été engagés p… https://t.co/4oB5Qe6mER
15:59Sarlat-la-Canéda : Les Musicales : splendide partition à deux -> https://t.co/uGRZcLuSUS
13:26Le Lardin-Saint-Lazare : Dans le Sarladais, il percute un piéton... et poursuit sa route -> https://t.co/PbPfiKGMAT
12:04RT : | A partir du 26/08, circulation interdite sur la RD 54 en raison de travaux de réhabilitation du barr… https://t.co/f9BPI4XDKC
12:03RT : Toile sous les étoiles : projection gratuite du film "Le sens de la fête" demain soir quartier du Sablard 👉… https://t.co/XK3HYLVfMb
11:57# # - -Vienne : Appel à témoin après la dispartition d'un mineur -> https://t.co/ypw55Tmk1l
08:02Bergerac : Mais ce qu’il va faire chaud, et jusqu’à Périgueux -> https://t.co/KhBlaoNhCR
07:36# # - : L’été une période propice aux chantiers -> https://t.co/pi2HoJbemY
07:33# # - -Vienne : L’opérette fait son festival -> https://t.co/VvELKj8ODX
07:31Région : La bataille de Fatima et son bébé pour obtenir un endroit où dormir -> https://t.co/bcVaVd1HCv
07:28Région : Le futur version arts du cirque -> https://t.co/zW3WQxMwtO
06:41La Bachellerie : Dans l'accident, la voiture se retrouve sur le toit -> https://t.co/MgcYpQDRZl
23:23Villamblard : Une... étoile dans le Bergeracois -> https://t.co/YBWF18vM9i
19:54Châteauroux : La danse pour raconter la folle absurdité du monde -> https://t.co/diKcuXfvO6
19:52Déols : Les polices polonaises et espagnoles en renfort -> https://t.co/CVnLM4ugoi

Un enthousiasme mesuré...

Département

Le rituel est en place, les carafes d’eau  sont pleines,  les langues affûtées. Entre des « vous avez fait » accusateurs, et des « non, môssieur, non môssieur » répondus du tac au tac, on est revenu sur le passé et on l’a réécrit, on s’est respectueusement envoyé de l’austérité et des emplois associatifs dans le plexus du dépensier dans les bourses et du Hollande à la figure... bref, vendredi dernier, lors de la séance plénière du conseil départemental, on parlait budget.
Et on parlait budget avec une certaine délectation, pas tant pour le plaisir de moucher -ou s’imaginer moucher- un adversaire que d’avoir sous les yeux la perspective d’une bouffée d’oxygène : « Nous avons, enfin, des moyens financiers, pour poursuivre et réaliser les projets qu’attendent les creusois », souligne la présidente du conseil départemental Valérie Simonet. L’exercice 2018 présente un excédent de gestion en fonctionnement 4,1M€, venant garnir un matelas estimé à 10M€... auxquels sont venus s’ajouter 6,2M€ au titre d’une péréquation interdépartementale. Le budget augmente de 16,3M€ passant de 209M€ à 226M€ cette année... la part attribuée aux investissements augmente elle de plus de 16,8%.
« Ce seront des réponses claires aux besoins exprimés depuis plusieurs années, avec 1,4M supplémentaires pour les programmes départementaux, dont les travaux dans les collèges, la voirie départementale (10M) avec la dernière phase de la Séglière... » Et 1M de plus pour les programmes non départementaux : accroissement de la dotation au SDIS, des crédits nouveaux pour les programmes eau assainissement des communes, et un soutien affirmé au déploiement du très haut débit...
Un enthousiasme nuancé. Le département a prévu de mettre de côté 4,7M pour les dépenses imprévues. Une prudence justifiée par les mécontentements générés par l’obtention de la dotation de péréquation interdépartementale sus-mentionnée,  « arrachée » par les 26 départements les plus ruraux, « Certains ont laissé entendre que 150M pour les départements tels que les nôtres, cela était beaucoup trop », précise la présidente du CD qui s’attend à voir la pression des mécontents réapparaître lors des discussion sur la loi de finances 2020.
Observation similaire du chef de l’opposition, Jean-Luc Léger qui reconnaît dans les 6,2M€, une « respiration qui n’est pas à négliger mais qui devra être pérenne si on veut témoigner d’une meilleure santé financière » Mais qui, sur le budget primitif, va plus loin : « Le budget 2019 ressort à 226M€ contre 209 en 2018. Il ferait donc un bond de 17M€ en 12 mois. C’est du jamais vu. Toutefois, j’en appelle à la prudence face à des budgets primitifs d’affichage. Prudence, car comme toujours, on ne dispose pas du compte administratif de l’année précédente qui par comparaison avec le budget primitif 2018, aurait permis de voir la différence entre l’affichage et la réalité, dont des dépenses surestimées, partiellement réalisées. » Et le conseiller de multiplier les exemples de différences qui existent, chaque année, entre le prévisionnel de février et les comptes administratifs publiés en mai l’année d’après. « Que constaterons-nous dans un an ? », s’interroge l’opposition.
Question que s’est posée le vice-président Laurent Daulny, au détour de débats sur la loi NOTRe, sur le devenir de la trésorerie de Dun-le-Palestel et ses trois agents. Réponse de Philippe Bayol, conseiller du canton de Saint-Vaury, qui est récemment passé par là : « Bin elle est morte l’année prochaine... » La perspective d’un gros sabrage dans la dépense publique par le gouvernement n’est pas faite pour rassurer...
Pas plus finalement que le Plan particulier pour la Creuse... Valérie Simonet s’inquiète du nombre d’occurrence «Conseil départemental» concernant la mise en place d’actions... « Je m’interroge sur notre capacité à tout faire... d’autant lorsqu’en face de ces actions, il y a peu ou pas pour l’instant de financements ou d’ingénierie apportés par l’État. » Les doutes sont mis à jour mais avec des pincettes et enrobés de résidus de « chance » et autre « opportunité »
Sauf chez Philippe Bayol à bout de patience et de confiance. En un an, celui qui avait demandé un moratoire sur l’emploi public dès les premières réunion du PPC a été témoin de la disparition de cinquante d’entre eux sur son canton, et en contre-partie n’en a vu arriver aucun... si ce n’est celui qu’occupe Philippe Ramon, directeur de projet chargé d’une mission de revitalisation du bassin d’emploi de la Creuse... « On devait d’abord répondre à la problématique du bassin de La Souterraine que perdait 157 emplois. Je ne vois pas de réponse précise dans l’emploi privé sur le département dans ce plan », remarque-t-il. « Sans emploi, je ne vois pas comment on va faire évoluer les choses. »
Quant au volet laboratoire d’expérimentation, l’écran, il dit ballon : la fibre et le tourisme, les élus y travaillent depuis des années (pour ce qui est de la fibre plus d’un territoire, d’ailleurs, y travaille )...  « Quant à la cité administrative, est-ce que les 4,5M mis pour assurer la rénovation vont apporter du dynamisme au département ? Et puis est-ce que c’est expérimental ? Dans nos communes, quand on change des fenêtres on n’a pas besoin de plan particulier... », s’emporte-t-il. « Et les financements de l’État, j’ai beau chercher, j’ai rien trouvé... à part les sommes que l’État devait donner au titre de la DETR. Quand on fait un plan, on met le financement qui va avec ! »
Projet PPC : 3 abstentions.
Coup de gueule suivant lors du vote du versement de 3.967.821€ à la Région, dans le cadre du transfert de la compétence transport scolaire... avec une surprise, à présent, il faudrait, pour un arrêt, être au moins deux, et situés à plus de trois km de l’école. En résumé, un paiement pour un service au rabais et, une fois encore, déconnecté des réalités du terrain. « On se garde la possibilité de suspendre le virement à la Région ? », évoque Valérie Simonet avant de nuancer : « Et si on s’abstenait ?... C’est peut-être un peu fort » « Non, il faut envoyer du bois ! » réagit Franck Foulon... Total une abstention... Mais la perspective de revenir sur le sujet prochainement.

Budget primitif 2019
Le budget du département de la Creuse pour 2019  s’élève à 226,13M€, dont 41,22M€ en investissement et 184,92M€ en fonctionnement.
Dépenses :
Ressources humaines : 43,16M€.
Sécurité : 6,72M€.
Enseignement : 11,48M€.
Culture, sport, loisirs : 8,01M€.
Action sociale : 105,63M€.
Réseaux et infrastructures : 31,65M€.
Aménagement : 1,87M€.
Développement territorial :  4,08M€.
Recettes :
Dotations et participations : 63,99M€ (dont 43,44 de DGF).
Taxes et fiscalité directe : 84,60M€ dont 26,85M€ de taxe foncière. La part du département dans la taxe foncière sur le bâti reste à 22,93%.
Fonds de péréquation horizontale : 6,2M€
Emprunt 13,5M€ dont 11,5M€ pour investissement

Quelques repères

motions
Écho lointain aux remarques sur le PPC, un certain nombre de motions ont été soumises au conseil par des élus de tous bords. Aperçus des motions : demande à la rectrice que soient pris en compte les besoins des élèves de SEGPA en heures de travaux pratiques plutôt que celles-ci servent de lignes d’ajustement budgétaire ; au ministre de l’éducation nationale qu’une stratégie de revitalisation des territoires ruraux grâce à l’école soit mise en œuvre et dote le département de la Creuse à la rentrée 2019 des moyens indispensables à la grande ruralité, à son attractivité et à la formation de sa jeunesse ; demande au premier ministre que la situation de la gare SNCF de La Souterraine et sa desserte ferroviaire fassent l’objet d’un rétablissement complet, non seulement indispensable pour le département mais conforme aux objectifs initiaux du PPC. La situation des services publics en général, et de la Poste en particulier a été évoquée, tout comme les problématiques de santé à l’échelle de la Creuse et du Sud creusois.

Nike Jordan Superfly 2017