Fil info
20:29Dordogne : Chasse au syndicaliste à la Sobéval -> https://t.co/9IBNUkTIvO
18:41Indre : Un nouveau jumelage sur fond de projet économique -> https://t.co/jOjQQAwo70
18:40Indre : 200 lycéens pour le climat -> https://t.co/ghQqNEAhih
18:39Indre : [intégral] Entre traditions et innovations -> https://t.co/7OJxmkL5je
18:07RT : Ce qui se passe ici avec la liaison Perpignan-Rungis c’est aussi la conséquence de la libéralisation du fret ferrov… https://t.co/Ubew1U4Aei
17:55RT : Tête de liste pour les européennes, a fait face sur à la vulgarité absolue d'un improbable… https://t.co/tDujckou22
17:24RT : Pour l'humain et la planète d'abord ! était à la marche à Paris. https://t.co/7KKSQc6Mfg
17:24RT : Le glyphosate pollue, le glyphosate est un poison. C'est la raison pour laquelle nos députés européens se battront… https://t.co/qlP87HuAuO
16:47Saint-Gaultier : Gérard Laude expose ses œuvres pour la première fois -> https://t.co/kasdDr0c7A
16:44La Châtre : Une résidence pour seniors dans le quartier Saint-Lazare -> https://t.co/fnvOlrcuSH
15:41Périgueux : Apprentissages et travaux -> https://t.co/RklGmcjxRW
14:22Boulazac : Mobilité danoise et gourmandises à Métro -> https://t.co/1zzKln03hk
11:34RT : La déontologie et la liberté d'expression convoquées à leur tour par la DGSI https://t.co/LJGceBICkS
11:22RT : ⚠️ [] ⚠️ La est placée en ⛈️ par . Des averses à caractèr… https://t.co/G3WCoSiLEe
09:46RT : La est en alerte jaune aux 🌩️. Soyez prudents dans vos déplacements et si vous pratiquez u… https://t.co/paTzzgZeGb
07:59France : Brossat : « Les 5% sont à portée de main » -> https://t.co/72MgMbyeNJ
07:51# # - : Hervé Labetoulle ancien résistant, partage son histoire -> https://t.co/ZWbLrKNqam
07:49# # - : A hurler de silences... -> https://t.co/zobI35vBDL
07:47# # - -Yrieix-la-Perche : Contes en musique pour Coquelicontes -> https://t.co/a2L8gOLnu1
07:46# # - : Le club de foot prépare ses 70 ans -> https://t.co/AxopmlqSew
07:44# # - -Yrieix-la-Perche : Rester actif et bien se nourrir pour être en forme -> https://t.co/rqEZf8Evjh
07:39# # - : Aurora, sur la route de la créativité et des festivals -> https://t.co/FDhPQDMGlr
07:38# # - : 3 jours de fête et des nouveautés -> https://t.co/6ErmOQw6me
07:35# # - -sur-Vienne : Les composteurs partagés -> https://t.co/QgLTGM6cmq
07:34# # - -Junien : Un Rabelais toujours jeune à La Mégisserie -> https://t.co/lKxTzzJeNt
07:32# # - -Junien : De la danse poignante sur la scène de La Mégisserie -> https://t.co/rBbaf2waIK
07:29# # - : Retrouver sa part d’enfance avec la nouvelle saison de l'Opéra de Limoges -> https://t.co/AxX86V6MPC
07:27# # - : Le jeu fait sa fête demain à la ludothèque -> https://t.co/mFm0lcQVtl
07:24# # - -Vienne : Une programmation culturelle riche pour le vaste territoire d'ELAN -> https://t.co/F0MJRWER7s
07:22# # - -Germain-les-Belles : Le circuit du Martoulet inauguré -> https://t.co/zQuhQW6D3t
07:20Région : « Le contournement Est (de Limoges) n’est pas enterré » -> https://t.co/Zg61eSc3xo
07:16France : Les bébés entassés comme la volaille en batterie? -> https://t.co/XmsVUyIRng
07:13Région : Vins Noirs offre le premier prix du roman policier Francophone -> https://t.co/wwgCLJwSEp

Un oeil sous les bandelettes

Sciences

Depuis ce moniteur, plus de vingt siècles te contemplent... Ainsi que les yeux concentrés de radiologues -et ceux, éberlués, d’une quinzaine de leurs collègues- du CH de Guéret ; les objectifs gourmands des journalistes locaux et les pupilles attentives d’une bonne partie de l’équipe du musée d’art et d’archéologie de Guéret et de IMA Solutions. Nul ne saura jamais si, comme on le croyait à l’époque, l’âme de cet enfant aura accédé à l’immortalité mais en tout cas, plus de 2.000 ans après sa mort, on parle toujours de lui... même si son nom semble s’être perdu.
La momie de l’enfant de 3 ans et demi conservée au musée de Guéret atterrissait, le 29 mars dernier, sur la table du scanner de l'hôpital de Guéret pour une série d’analyses. Une opération réalisée, en partenariat avec l’hôpital, par l’entreprise IMA Solutions, intervenue en tant que mécène du musée.
Découverte dans la ville d'Antinoé sur la rive est du Nil, à la fin du XIXe siècle, la momie du musée de Guéret est celle d’un jeune garçon qui a vécu à la fin de l’époque ptolémaïque, au Ier siècle avant Jésus Christ. Pour le reste... pas grand chose. Pas de nom. Quelques indices concernant un statut social (lire ci-dessus). Mais surtout, une chance...
La chance pour le musée d’avoir une momie encore intacte (1) et extrêmement bien conservée à même d’étoffer les connaissance sur le site d’Antinoé où plusieurs momies et autres éléments funéraires ont été mis à jour et de renseigner les chercheurs sur les pratiques funéraires dans l’antiquité égyptienne... D’où l’enjeu du nouveau scanner que passait la momie le 29 mars, le dernier datait en effet de 1989. Trente ans durant lesquels  la technologie a évolué, permettant à présent d’observer des structures fines 0,6 mm contre 3 mm à l’époque.
« On espère avoir plus d’informations sur l’intérieur de la momie », explique la directrice du musée, conservatrice du patrimoine,  Florence Disson. « On  peut obtenir des informations sur les tissus mous, le corps, et peut-être sur d’éventuelles amulettes en cire ce qui n’apparaissaient pas lors des précédentes analyses en 1989. On aimerait trouver des détails sur les bandelettes et les techniques d’embaumement ou encore sur les causes de la mort. Il y a une fracture au niveau du crâne mais on ne sait pas si c’est post ou ante mortem (2). »
Une stigmate qui pourrait très bien être liée à un transport un peu trop rapide... aussi, l’équipe du musée a-t-elle pris soin de bien emballer la momie et son sarcophage et de leur faire franchir les escaliers, pas à pas, à l’horizontale, traverser le parc et la rue en camionnette, doucement, et les couloirs de l’hôpital en brancard... jusqu’au tube. Le tout, sous bonne surveillance.
Dans le cortège, Benjamin Moreno, le directeur général d’IMA solutions, spécialisé dans l’effeuillage numérique de momies (une cinquantaine à son actif, dont cinq momies d’enfants), qui dans le cadre d’une action de mécénat de compétence, fait bénéficier au musée de Guéret d’une expertise habituellement mise au service du musée égyptologique de Turin ou encore du British museum.
Et d’après ses premières observations, les catalogues du musée devront être mis à jour... Benjamin Moreno note d’emblée la présence de quatre bracelets, un par cheville/poignet, au lieu des trois mentionnés jusqu’à présent. Ainsi que de deux ou trois amulettes qui nécessiteront une analyse plus poussée. « Il y a une très bonne conservation des tissus mous, on voit les muscles des membres inférieurs et supérieurs... La momie est belle à l’extérieur et à l’intérieur, l’enfant a bénéficié d’un embaumement de haut niveau. La technique de bandelettage très intéressante », souligne Benjamin Moreno qui va à présent s’atteler à une analyse plus approfondie...

(1) Le sarcophage a été ouvert, mais pas la momie.
(2) Dans 99% des cas, il est impossible de déterminer la cause de la mort. En cas de maladie, l’absence d’organes laisse un grand vide doublé d’un gros point d’interrogation...  certaines pathologies laissent cependant, comme le fait la tuberculose, des marques sur les os. Pour ce qui est de la fracture présente au niveau du crâne de la momie, elle peut être la conséquence malencontreuse d’un transport, voire de l’ablation du cerveau au cours de la momification... tout comme elle peut être, vu l’impact, la cause de la mort, même si cette hypothèse semble moins probable. Les analyses détaillées permettront d’infirmer ou de confirmer cette dernière thèse.

Quelques repères

Signes extérieurs et intérieurs
de richesse
La momie du musée d’archéologie de Guéret serait celle d’un enfant de trois ans et demi probablement issu d’une famille aisée comme semble l’indiquer plusieurs éléments. Le sarcophage qui l’a abrité est fait de bois (du cèdre en l’occurrence), matière précieuse en Égypte antique. Richement orné, y apparaît, comme sur la momie même, la représentation du rite d’embaumement, pratiquée par Anubis, accompagné d’Isis et de Nephtys. Sous le lit où est allongé le défunt, sont symbolisés quatre vases canopes destinés à accueillir les organes du défunt (à savoir le foie, les poumons, l'estomac et les intestins. Le cœur, considéré comme le siège de la pensée était le seul organe à rester dans le corps du défunt, ou, à défaut remplacé par un scarabée de cœur. Le cerveau était, lui, bazardé). Les organes étaient parfois eux-mêmes momifiés et replacés dans le corps du défunt comme deux l’ont été pour la momie du musée de Guéret, ce qui constitue un autre signe de richesse : les embaumeurs ont pris soin de vider le corps de ses organes, de les momifier et de les remettre dans des paquets canopes.