Fil info
21:29Périgueux : Une voiture brûle, un jeune homme renseigne les policiers -> https://t.co/CiAjFPCadm
19:41Saint-Aulaye : Mettre un vent au projet -> https://t.co/9Tj1pTfnuZ
19:35RT : Bonjour j’aimerais attirer votre attention sur le fait que nous sommes mercredi et que j’ai déjà été c… https://t.co/e62DxwbWIr
19:14Déols : Top départ pour les as de la haute voltige aérienne -> https://t.co/BXtcb4Vf5b
19:08RT : Toile sous les étoiles : projection gratuite du film "Pentagon papers" jeudi soir au parc des bords de vienne, bass… https://t.co/l6ju3QFv4g
19:08RT : Toile sous les étoiles - Concert gratuit à partir de 19h demain soir au parc des bords de vienne https://t.co/HZV79p3VWj
19:06RT : Et photo souvenir. Alain Damasio a l'assaut. https://t.co/egfLiTDIoB
19:06RT : Et quel public, concentré, attentif, et partageur de témoignages forts. Comme ce gilet jaune du Mans, racontant les… https://t.co/HRt7dMlTTb
19:06RT : Normalement à 20h fait un reportage sur les maires qui ont pris un arrêté anti Glyphosate. Je devrais y… https://t.co/vsNmomDyBQ
18:54RT : Le 21 août 1944, fut libérée de l'occupation. Les maquisards, menés par Georges GUINGOUIN, entrent dans la… https://t.co/wtMDSuv4Sx
18:54RT : En direct de la place des Carmes, commémoration du 75e anniversaire de la libération de , en présence de Jé… https://t.co/7zn4fE10Jo
18:32Last days on Arte on replay... After you will be able to see the cinéma version in theaters in the fall !… https://t.co/PCbmhU6ODk
16:33Le Pêchereau : DARC au Pays pescherellien : la musique déconcentrée -> https://t.co/OxWsjzOrBy
16:16Sarlat-la-Canéda : Du changement à la tête de la Compagnie de Sarlat -> https://t.co/ryHDUWIoUS
15:35Bergerac : L'opposant s'était suspendu à une grue, son jugement, à la question de la légalité du chantier -> https://t.co/MgQmcvlhiu
11:13Brive-la-Gaillarde : Pour une solidarité sans faille -> https://t.co/tB8DB6piSH
11:09Sport : Tour du Limousin, 117 coureurs répartis pour une édition très ouverte -> https://t.co/C8k5h1oW9e
10:46RT : J'ai eu la chance de le voir en avant-première en présence des gars de au forum des images à Paris. Ce doc de… https://t.co/lwhZ7FqZMo
10:46RT : Merci Mme le Président de porter à l’Elysée la voix de tous ces Barreaux mobilisés pour la défense de Nasrin SOTOUD… https://t.co/z07SnDCLin
07:40# # - -Vienne : La Cuisine de Conso ouvre demain -> https://t.co/5NphMhDRbH
07:39Bergerac : Un air d’étuve… moins chaud qu’à Périgueux -> https://t.co/2DXHKI7AVf
07:36# # - -Vienne : Collège de Nantiat: vers une optimisation des services -> https://t.co/JoRxhQCICL
07:31Région : Check In Party : décollage imminent -> https://t.co/6G6U5FTknu
07:29Région : Confolens, plus d’un demi-siècle de fête -> https://t.co/acbiPVpmy9

Un oeil sous les bandelettes

Sciences

Depuis ce moniteur, plus de vingt siècles te contemplent... Ainsi que les yeux concentrés de radiologues -et ceux, éberlués, d’une quinzaine de leurs collègues- du CH de Guéret ; les objectifs gourmands des journalistes locaux et les pupilles attentives d’une bonne partie de l’équipe du musée d’art et d’archéologie de Guéret et de IMA Solutions. Nul ne saura jamais si, comme on le croyait à l’époque, l’âme de cet enfant aura accédé à l’immortalité mais en tout cas, plus de 2.000 ans après sa mort, on parle toujours de lui... même si son nom semble s’être perdu.
La momie de l’enfant de 3 ans et demi conservée au musée de Guéret atterrissait, le 29 mars dernier, sur la table du scanner de l'hôpital de Guéret pour une série d’analyses. Une opération réalisée, en partenariat avec l’hôpital, par l’entreprise IMA Solutions, intervenue en tant que mécène du musée.
Découverte dans la ville d'Antinoé sur la rive est du Nil, à la fin du XIXe siècle, la momie du musée de Guéret est celle d’un jeune garçon qui a vécu à la fin de l’époque ptolémaïque, au Ier siècle avant Jésus Christ. Pour le reste... pas grand chose. Pas de nom. Quelques indices concernant un statut social (lire ci-dessus). Mais surtout, une chance...
La chance pour le musée d’avoir une momie encore intacte (1) et extrêmement bien conservée à même d’étoffer les connaissance sur le site d’Antinoé où plusieurs momies et autres éléments funéraires ont été mis à jour et de renseigner les chercheurs sur les pratiques funéraires dans l’antiquité égyptienne... D’où l’enjeu du nouveau scanner que passait la momie le 29 mars, le dernier datait en effet de 1989. Trente ans durant lesquels  la technologie a évolué, permettant à présent d’observer des structures fines 0,6 mm contre 3 mm à l’époque.
« On espère avoir plus d’informations sur l’intérieur de la momie », explique la directrice du musée, conservatrice du patrimoine,  Florence Disson. « On  peut obtenir des informations sur les tissus mous, le corps, et peut-être sur d’éventuelles amulettes en cire ce qui n’apparaissaient pas lors des précédentes analyses en 1989. On aimerait trouver des détails sur les bandelettes et les techniques d’embaumement ou encore sur les causes de la mort. Il y a une fracture au niveau du crâne mais on ne sait pas si c’est post ou ante mortem (2). »
Une stigmate qui pourrait très bien être liée à un transport un peu trop rapide... aussi, l’équipe du musée a-t-elle pris soin de bien emballer la momie et son sarcophage et de leur faire franchir les escaliers, pas à pas, à l’horizontale, traverser le parc et la rue en camionnette, doucement, et les couloirs de l’hôpital en brancard... jusqu’au tube. Le tout, sous bonne surveillance.
Dans le cortège, Benjamin Moreno, le directeur général d’IMA solutions, spécialisé dans l’effeuillage numérique de momies (une cinquantaine à son actif, dont cinq momies d’enfants), qui dans le cadre d’une action de mécénat de compétence, fait bénéficier au musée de Guéret d’une expertise habituellement mise au service du musée égyptologique de Turin ou encore du British museum.
Et d’après ses premières observations, les catalogues du musée devront être mis à jour... Benjamin Moreno note d’emblée la présence de quatre bracelets, un par cheville/poignet, au lieu des trois mentionnés jusqu’à présent. Ainsi que de deux ou trois amulettes qui nécessiteront une analyse plus poussée. « Il y a une très bonne conservation des tissus mous, on voit les muscles des membres inférieurs et supérieurs... La momie est belle à l’extérieur et à l’intérieur, l’enfant a bénéficié d’un embaumement de haut niveau. La technique de bandelettage très intéressante », souligne Benjamin Moreno qui va à présent s’atteler à une analyse plus approfondie...

(1) Le sarcophage a été ouvert, mais pas la momie.
(2) Dans 99% des cas, il est impossible de déterminer la cause de la mort. En cas de maladie, l’absence d’organes laisse un grand vide doublé d’un gros point d’interrogation...  certaines pathologies laissent cependant, comme le fait la tuberculose, des marques sur les os. Pour ce qui est de la fracture présente au niveau du crâne de la momie, elle peut être la conséquence malencontreuse d’un transport, voire de l’ablation du cerveau au cours de la momification... tout comme elle peut être, vu l’impact, la cause de la mort, même si cette hypothèse semble moins probable. Les analyses détaillées permettront d’infirmer ou de confirmer cette dernière thèse.

Quelques repères

Signes extérieurs et intérieurs
de richesse
La momie du musée d’archéologie de Guéret serait celle d’un enfant de trois ans et demi probablement issu d’une famille aisée comme semble l’indiquer plusieurs éléments. Le sarcophage qui l’a abrité est fait de bois (du cèdre en l’occurrence), matière précieuse en Égypte antique. Richement orné, y apparaît, comme sur la momie même, la représentation du rite d’embaumement, pratiquée par Anubis, accompagné d’Isis et de Nephtys. Sous le lit où est allongé le défunt, sont symbolisés quatre vases canopes destinés à accueillir les organes du défunt (à savoir le foie, les poumons, l'estomac et les intestins. Le cœur, considéré comme le siège de la pensée était le seul organe à rester dans le corps du défunt, ou, à défaut remplacé par un scarabée de cœur. Le cerveau était, lui, bazardé). Les organes étaient parfois eux-mêmes momifiés et replacés dans le corps du défunt comme deux l’ont été pour la momie du musée de Guéret, ce qui constitue un autre signe de richesse : les embaumeurs ont pris soin de vider le corps de ses organes, de les momifier et de les remettre dans des paquets canopes.

Lebron Soldiers X 10