Fil info
22:14 La Corrèze s'incline devant son groupe préféré https://t.co/SHfLEErjCG
20:51 Trop de places assises vendues ce soir pour le concert aux Trois Provinces. Les organis… https://t.co/KMqLYwzL2K
20:46 . Trop de places assises vendues... Les organisateurs demandent à ce que les plus… https://t.co/tvs7v12Ers
20:01 Salle comble ce samedi soir à salle des Trois Provinces. 4000 personnes venues de toute… https://t.co/b2kedDQSTH
17:55Creuse : Le tabou du mal-être paysan | L'Echo https://t.co/Bjy7a3Guk5 via
13:00Région : Le chocolat, un produit courant et pourtant si méconnu | L'Echo https://t.co/yBddTy4LcE via

Vers un modèle économique de la formation au numérique

Quincaillerie numérique

Après la signature de la charte «territoires d’action pour un numérique inclusif», le secrétaire d’Etat chargé du numérique Cédric O s’est rendu à la quincaillerie numérique, le tiers-lieu porté par la communauté d’agglomération du Grand Guéret.
Du Fablab à l’espace de travail partagé en passant par la radio associative RPG, le secrétaire d’Etat a découvert un «lieu qui renouvelle l’image de la sociabilisation. Quand on pense inclusion, on pen- se difficulté de formation, ici les gens sont contents de venir travailler, le numérique est à la fois un outil et un facteur pour faire société sur le territoire».
Le tiers-lieu, comme une nouvelle façon de «penser le lien social et les services publics par les usagers, où ce n’est pas l’Etat qui fait tout»... Ou comment l’Etat s’appuiera demain sur d’autres acteurs pour assurer les services publics, mais attention, «il faut réfléchir à des lieux qui doivent dépasser les subventions de l’Etat, et le pass numérique ouvrira des droits à la formation, les gens vont venir participer et alimenter des structures qui vivent par ailleurs».
Pour Baptiste Ridoux, de la quincaillerie numérique, «le chèque Aptic est un outil pour appuyer des choses qui sont déjà mises en place, et qui contribuera à un modèle économique sur ce lieu». Cependant, le personnel du tiers-lieu ne souhaite pas que la contribution de l’Etat s’arrête là : «On aimerait au-delà un appui sur les ressources humaines notamment, afin d’embaucher du personnel».
Pour lui, la dématérialisation ne fera pas tout, «il faut des lieux comme ici, avec un accueil inconditionnel, quand quelqu’un entre, que ce soit un SDF ou un startuper, il a droit au même bonjour et au même café». L’humain au cœur du numérique, plutôt que l’inverse... «Le numérique fait partie du lien social, mais il faut de l’humain autour, une interaction», appuie Cédric O, et pour cela, les tiers-lieux sont l’endroit idéal, notamment dans les endroits ruraux.
C’est d’ailleurs l’ambition de la web série «hyperliens», qui s’est déplacée dans six tiers-lieux de France pour montrer que «le numérique ce n’est pas seulement Paris et les métropoles mais aussi des enjeux sur les territoires».
La première vidéo (1) a d’ailleurs été faite à la quincaillerie numérique, incarnée par Baptiste Ridoux, et a été mise en ligne hier, au moment de la venue de Cédric O.  Le second reportage concerne Arvieu, qui était pour l’occasion en direct avec Guéret, et sera mise en ligne prochainement.
(1) https://hyperliens.societenumerique.gouv.fr/