Fil info
10:32Mussidan : On n'appelle pas sa copine "petite", même par SMS -> https://t.co/5iO2csQ3xU
05:36Bergerac : Dandinement jusqu'à Périgueux -> https://t.co/XJFptXY8oF
17:02Bergerac : Ce soir, c’est Suzane qui est concert et c’est gratuit ! -> https://t.co/rEf4QIHVv9
16:51RT : | ♻️ La rentrée approche et vous souhaitez vous équiper ? 🤝 Développée par Limoges Métropole, utili… https://t.co/AxCI2QdOOh
16:50RT : Je suis co-signataire de cette lettre initiée par . Nos ports doivent s’ouvrir à l’accueil des migrants e… https://t.co/U2cUwTKTGj
16:49RT : POUR NE PAS OUBLIER / NOT TO BE FORGOTTEN; il y a 20 ans, le 17 août 1999, 5 sapeurs-p… https://t.co/ox7GKoiBER
15:05RT : Si ma vaillante petite moto arrive à gagner le Plateau des Mille Vaches, arrivée prévue ce dimanche matin. Hâte hât… https://t.co/dS3vK5atAV

Des fourmis dans les jambes et le coeur sur la main

Sport et solidarité

On peut courir, courir sans se soucier ni de ceux qui sont devant, mais courir comme le vent, juste pour ceux qui sont derrière. Courir parce qu’on aime, courir parce que ça peut aider.  L’ensemble des collégiens du collège Martin Nadaud, filières générales, SEGPA et ULIS, s’est mobilisé hier (1) pour soutenir, gambettes interposées, Action contre la faim et ses actions au Tchad, notamment.
Le but pour ces élèves, parrainés par leurs parents, voisins, amis, qui leur promettent une petite somme d’argent par kilomètre est de couvrir le plus de distance possible. 2-3 tours de stade en moyenne (950 mètres par tour), 5-6 pour les plus endurants, ou moins, l’important, c’est l’effort. « C’est ce qu’on dit systématiquement », souligne Elsa Combraux, professeur d’EPS. « Même s’il y a un ou deux tours à 10 centimes, c’est immense. Il n’y a pas de petite somme. »
En amont des courses -une par niveau-, les élèves ont été sensibilisés aux questions d’inégalités, de malnutrition et de solidarité par un intervenant d’Action contre la faim
Une partie des élèves du moins. « On a décidé que les élèves du conseil de vie citoyen seraient la première phase » explique Elsa Combraux. « Ils sont ensuite passés dans toutes les classes. » De là, les élèves parlent aux élèves, et ça parle plus... « Les élèves sont motivés, les camarades sont plus sensibles. Ce qui joue aussi c’est qu’on a une durée de sensibilisation plus longue, on en a parlé dès janvier, et les élèves du CVC ont été sensibilisés en mars... C’est vraiment un projet d’établissement. »
Les livrets, sur lesquels sont inscrits les performances, sont rendus à Action contre la faim qui redistribue les dons... « Tous les assistants d’éducation sont présents ; la plupart des collègues font l’effort de rester jusqu’à 18 heures. Tout le monde joue le jeu »,  insiste Elsa Combraux. « Il y a des élèves qui ont ramené des cartons pleins, des fois un seul, un parent, un enseignant, parfois les élèves entre eux, ou les élèves eux-mêmes parce qu’ils avaient envie de donner. »

(1) En raison de contraintes internes, en amont de l’opération nationale qui aura lieu vendredi 17.

Nike Hypervenom Phantom II FG