Fil info
19:43Sainte-Orse : Une découverte sportives des sentiers et des bories -> https://t.co/vfA6wElVJb
19:40Dordogne : De l’ombre qui produit de l’électricité -> https://t.co/cQsXKDom8r
18:16Coulounieix-Chamiers : Quatre mois de travaux en vue -> https://t.co/9DxT4NVa43
18:13Beynac-et-Cazenac : Le chantier du contournement ouvert à la visite -> https://t.co/1mo9f1CLSt
18:07Douadic : Un hommage solennel rendu aux déportés -> https://t.co/gg1MPDzyaL
18:03Indre : Retour en images sur le Festival international des sports extrêmes -> https://t.co/4nwa33KUXh
17:54Châteauroux : Un air de guinguette pour les résidents des Rives de l’Indre -> https://t.co/6E2VQAyolz

Un jour pour changer le regard sur le handicap

DuoDay

Mickaël a travaillé 18 ans comme plombier, un métier qu’il adorait. Mais voilà deux ans, un AVC lui paralyse la moitié droite du corps, et il en garde des séquelles aujourd’hui encore...
Le métier de plombier, il ne peut plus l’exercer que chez lui, pour bricoler, de temps en temps, mais il sait bien qu’il ne pourra plus jamais exercer comme professionnel, il est désormais reconnu travailleur handicapé. Alors «on me met où maintenant, qu’est-ce qu’on fait de moi ?», se demande-t-il ? Envoyé à l’ESAT quelque temps, il ne trouve pas sa place au milieu des handicaps mentaux, lui, son handicap, il est physique.
Ce qui le blesse le plus, peut-être, c’est le regard des autres, cette impression d’être vu comme différent. «On a tous nos préjugés sur les personnes handicapés». Pourtant, vendredi dernier, un petit rayon de soleil est venu éclairer sa semaine routinière : Cap Emploi l’a appelé pour lui proposer une place dans un des duos Duoday.
«Il y a eu un désistement, j’ai pris sa place, je n’étais au courant de rien mais j’ai accepté», raconte Mickaël. Tout pour sortir de chez lui, et remettre un pied dans l’emploi, d’autant qu’il a été envoyé au service restauration du centre MGEN Alfred-Leune de Sainte-Feyre, et que travailler en cuisine, il aimerait bien ça...
C’est aux côtés de Franck Poirier, responsable logistique, qu’il a passé la journée. C’est la première année que Franck participe à l’opération, mais quand on lui a proposé, il a accepté tout de suite, pour «une société un peu plus solidaire, on peut tous vivre ensemble». Et changer le regard des gens, surtout, que personne ne se sente différent...
A la MGEN, Mickaël a aussi fait la rencontre de Christian, l’animateur, ancien cuisinier reconverti suite à un accident, reconnu également travailleur handicapé. «On se bat pour faire voir qu’on peut y arriver, qu’on peut en faire ne serait-ce qu’un peu», témoigne Christian. Une reconversion en interne, et pour Mickaël, une preuve que l’on peut continuer de travailler malgré le handicap. De belles rencontres, et une envie encore plus féroce de se trouver une nouvelle orientation, un nouveau parcours. Il espère pouvoir suivre une formation, son dossier est d’ores et déjà déposé à l’Afpa...