Fil info
19:43Sainte-Orse : Une découverte sportives des sentiers et des bories -> https://t.co/vfA6wElVJb
19:40Dordogne : De l’ombre qui produit de l’électricité -> https://t.co/cQsXKDom8r
18:16Coulounieix-Chamiers : Quatre mois de travaux en vue -> https://t.co/9DxT4NVa43
18:13Beynac-et-Cazenac : Le chantier du contournement ouvert à la visite -> https://t.co/1mo9f1CLSt
18:07Douadic : Un hommage solennel rendu aux déportés -> https://t.co/gg1MPDzyaL
18:03Indre : Retour en images sur le Festival international des sports extrêmes -> https://t.co/4nwa33KUXh
17:54Châteauroux : Un air de guinguette pour les résidents des Rives de l’Indre -> https://t.co/6E2VQAyolz

Que se cache-t-il derrière le Franck-Lim' ?

Pâtisserie

Ce qui est sûr, c’est que dans ce gâteau, il n’y a pas de noisettes comme dans le traditionnel creusois ! Le «Frank-Lim’», qui tire son nom d’une contraction entre la moyenne Frankonnie et le Limousin, est né d’une visite de pâtissiers corréziens en Allemagne, au début de l’année. «Il y a eu du feeling, alors on a eu l’envie de faire cet échange, ce partage», explique Christian Charbonnel, président des pâtissiers du Limousin. Avant de détailler la composition du «Frank-Lim’» : «C’est un streusel, et dessus il y a une compotée de pommes et de quetsches : la pomme pour le Limousin, et la quetsche pour la moyenne Frankonnie car il y en a beaucoup là-bas. Et enfin, il y a une mousse vanille». Le tour du gâteau est décoré par un biscuit où sont imprimés les logos du Limousin et de la moyenne Frankonnie. Pour réaliser ce petit bijou, il faut pas loin de 5 heures de préparation et 25 minutes de cuisson. Tout cela vaut bien une petite dégustation.