Fil info
00:39le mouvement de la paix 19 soutient ; participez à la souscription https://t.co/DN1ipfEcB3
23:30 Le sociologue de la de à jeudi 24 oct à l'invitation du et de… https://t.co/6ADygJ1kE6
23:23Périgueux : Le sociologue de la famille François de Singly en réunion publique -> https://t.co/cTxdajcmVp
20:42Bergerac : Fin de contrats, chômage partiel... Eurenco serait-elle en sursis ? | L'Echo https://t.co/LEiCcanePU via
19:45Périgueux : Alternatives aux pesticides : colloque national à Périgueux | L'Echo https://t.co/rkUd8QXRlI via
19:34RT : La direction de La Poste a décidé de réduire de 27 heures semaine à 15 heures semaine les horaires du bureau de Pos… https://t.co/ymIPzzfA8P
19:19Pommiers : Le Team Bethenet affiche sa belle santé -> https://t.co/NnoZb2hckN
19:17Gargilesse-Dampierre : Les généreux projets de l’asso « Pour Kungur » -> https://t.co/HLgr8WLOAf
19:16France : Des vestiges gallo-romains presque partout dans le secteur -> https://t.co/lB4icSu42A
19:15Châteauroux : La coopération plus que jamais -> https://t.co/blgUq2bqnV
19:13Indre : Le triporteur de Télématin sur la piste des produits berrichons -> https://t.co/0ZSBglvjfE
18:44Sainte-Croix-de-Mareuil : Omya : licenciements et débrayage -> https://t.co/LNPKGwkeYW
18:39Domme : Objectif à minima pour service de santé à bout de souffle -> https://t.co/FzyafHsisf
18:32Marsac-sur-l'Isle : Samedi, on se jette sur les savons pour aider à contrer les accidents de la vie -> https://t.co/fH1N7BoEDD
18:27Périgueux : Un meurtrier pouvant se contrer -> https://t.co/rwnW7nkbnZ
17:53RT : [senat] les pétitions de principe, les condamnations verbales ne suffiront pas à arrêter le pouvoir de qui… https://t.co/SSlHe9a36F
17:46RT : Si votre politique est si "bonne" monsieur le Premier ministre, pourquoi la France exprime t'elle autant de souffra… https://t.co/mst2HyiRBQ
16:52Terrasson-Lavilledieu : Réunion suivie sur l’intérim -> https://t.co/JuDW5G0x7H
13:38 1 colloque à pour défendre le purin d’ortie, le petit lait, Les décoctions… https://t.co/7y4icDzemg
13:21Quinsac : Alternatives aux pesticides : colloque national à Périgueux -> https://t.co/tNHZRQdq2C
13:01La direction de La Poste a décidé de réduire de 27 heures semaine à 15 heures semaine les horaires du bureau de Pos… https://t.co/ymIPzzfA8P
12:35Bergerac : Fin de contrats, chômage partiel... Eurenco serait-elle en sursis ? -> https://t.co/OCVzdyUVmL
12:30Saint-Pierre-d'Eyraud : La fête de Pradelou laissera des souvenirs impérissables -> https://t.co/va3qY4jm2N
12:14 candidate au label « TERRE DE JEUX 2024 », lancée par Paris 2024 dans le but d’engager tous les terri… https://t.co/GN68hxoAeC
11:48RT : 2020 En termes de postes, on en reste au vieux principe d’habiller Pierre (+ 440 postes dans le primaire… https://t.co/kfVI7CihaZ
11:46RT : La concurrence dans le rail se traduira par une hausse des prix et une baisse de la sécurité. Angleterre, Allemagne… https://t.co/Fr9PDCh7t7
08:27 Ah, ce n'est pas la bonne photo
08:18C'est dingue les photos d'à peine 2 ans et qui montrent une ambiance disparu au complet.. Ligne, train, personnels.… https://t.co/MnZqZUl2K0
07:40 Intéressant de voir le monde entier s'insurger et de comprendre qu'il ne s'agit pas de couleur ou de… https://t.co/J1cYOO5cUk
07:34 Pour le candidat à la mairie de le rival "… https://t.co/RVqCqaYPYg
07:33# # - -Vienne : Le Secours Populaire, solidaire et inconditionnel -> https://t.co/qmX8OBxmxY
07:31# # - -Vienne : «Communication à distance et mail art système», une conférence de Rémy Pénard -> https://t.co/gI5PzpDKA6
07:30# # - -Vienne : Faire de l’emploi un droit sur le territoire -> https://t.co/mhcGpnpWys
07:28France : Le savoir-faire de la boucherie limousine reconnue à l’unanimité -> https://t.co/hjGGa7Kgz5
07:26Région : Des cheminots «méprisés» à tort -> https://t.co/DQn4cV2AgQ
07:21Périgueux : Frédéric Gojard (RN) gère le calendrier -> https://t.co/duEb8Oq3Td

Une espèce en voie d'extinction

Agriculture

«Toi tu vis, toi tu vis, toi tu crèves ! »  L’enfant extrait un playmobil de la ligne qui lui fait face et le jette par-dessus son épaule avant de reprendre sa litanie. «Toi tu vis, toi tu vis, toi tu crèves ! » L’Union européenne et les pays du Mercosur sont parvenus à un accord de libéralisation commerciale qui doit encore être ratifié de part et d’autre. Il sera soumis à l'approbation des Etats membres de l’UE, à un vote du parlement européen, puis aux parlements nationaux. «Toi tu vis, toi tu vis, toi tu crèves ! » Une fois entré en vigueur, cet accord se traduirait, selon l’institut de l’élevage, par 30.000 élevages en moins sur le territoire français. Les agriculteurs creusois refusent de crever, 70 d’en-tre eux s’étaient donné rendez-vous à 22h, jeudi, place Bonnyaud, à Guéret pour le faire savoir.
22h, la nuit est douce, légèrement moins chaude que les précédentes, à moins que ce ne soit l’habitude. Et ça n’a rien de réjouissant... Car si le traité de libre-échange risque (entre autres) de plomber durablement l’agriculture française, les agriculteurs creusois sont déjà aux prises avec une autre calamité :  sécheresse pour la deuxième année consécutive. C’est pourquoi, avant de se diriger vers la préfecture pour manifester leur opposition à l’accord Mercosur/UE, les agriculteurs déposait un peu de terroir creusois (1) devant la Direction départementale des territoires, hébergée à la cité administrative, pour alerter le public sur la question de l’eau.
« La sécheresse qu’on a, c’est 15.000 naissances en moins, 4.000 bovins en moins », déplore Michaël Magnier, le président des Jeunes agriculteurs. « La situation est catastrophique, ça fait des années qu’on alerte la DDT, qu’on dit qu’on va vers de gros problèmes. Là, on est en 2019 et rien n’est fait. » Les agriculteurs aspirent à davantage d’autonomie. Pour ce faire, ils demandent d’en assouplir les réglementations concernant l'usage de l'eau. Exemple sur la question de l’irrigation : certains territoires ont des autorisations au titre de quotas historiques... pas la Creuse, qui n’a jamais eu à irriguer « Il ne s'agit pas d'irriguer à tout va comme dans les grands pays céréaliers, mais pour 10 à 15 hectares par exploitation »,  souligner Michaël Magnier. Autres pistes posées par les agriculteurs, retenues collinaires et forages dans des rivières souterraines situées à 20 ou 30 mètres de profondeur. « Il ne faut pas oublier que si les éleveurs finissent par se raccorder au réseau d'eau pour abreuver les bêtes, on va vite pleurer l’eau dans tout le département... »
une manifestation
en deux temps
Direction ensuite la préfecture sur le parvis de laquelle les agriculteurs déposent un arrosoir géant aux airs d’accessoire d’intervilles... Seule note de légèreté. Car on ne le sait que trop bien, au fil des années à venir, certains de ces visages qui ont les yeux rivés sur la manœuvre, on ne les reverra plus... «Toi tu vis, toi tu vis, toi tu crèves ! » La sécheresse fait son office.  L’accord Mercosur/UE se chargera des survivants. « Dans les années à venir, je crains qu’agriculteur devienne plus une légende qu’un métier », confie Michaël Magnier.
L’accord avec le Mercosur, ce sont 99.000 tonnes de viandes principalement produites au Brésil, où le système de contrôle sanitaire et de traçabilité a largement démontré son manque de transparence et de fiabilité, qui arriveront en plus dans l’assiette des consommateurs européens et français. « C’est aberrant », insiste le président de la FDSEA, Thierry Jamot, « on est dans une région d’élevage et on va importer de la viande qu’on produit déjà, mais qui n’aura pas la même qualité. Il me semblait que l’article 44 de la loi egalim empêchait d’importer des articles qui ne respectait pas la même qualité sanitaire que nous », rappelle-t-il.
Au-delà de la concurrence déloyale, deux façons de considérer l’agriculture... Les feedlots de 50 à 60.000 têtes, les exploitants familiaux creusois, ne peuvent pas rivaliser... et  surtout, ne le veulent pas. « Nous on veut faire de la qualité. Le but c’est pas d’empoisonner (2) les consommateurs, une fois empoisonnés, ils ne reviennent pas, et ça, au parlement européen, ils ne l’ont pas compris... », martèle Michaël Magnier.
Il fera une synthèse devant à l’attention de la préfète, venue à la rencon-tre des manifestants : « L’heure est grave, la situation sur le département est catastrophique. Dans les mois qui arrivent, des exploitations vont disparaître... Et Macron rajoute le Mercosur par-dessus, c’est honteux de pas comprendre la détresse des agriculteur. Il a beau dire qu’il est proche du peuple, il n’a aucune idée de ce qui se passe sur le terrain ! » Et la préfète d’embrayer par l’introduction d’usage : « Si je suis là, c’est pour vous assurer du soutien de l’État, nous sommes à vos côté dans la période difficile que vous vivez depuis des mois... » Entre l’eau et le Mercosur, les exploitants aborderont la question du manque d’écoute...

(1) Lequel nécessite, pour être enlevé, une pelle... mais pas d’eau.
(2) « Avec les pays du Mercosur, on peut parler de farines animales, ou de traitement antibiotique généralisé. En France, il y a une réglementation stricte : les antibiotiques, c’est pour soigner, nous fait du curatif, pas du préventif », précise le président des JA.

Nike Mercurial Superfly V FG Spark Brilliance Elite Pack ACC Soccers Grey Blue Orange