Fil info
19:33Issoudun : Hôpital : la télémédecine c’est maintenant -> https://t.co/Zn3L2f1M3l
19:33 88%? On ne m'a jamais demandé mon avis...
19:30Déols : Dix-huit candidates pour une seule place de Miss Centre -> https://t.co/ms5IXRRMnw
19:28Châteauroux : L214 sur le marché pour dénoncer les conditions d’élevage -> https://t.co/dQjjde0KjI
19:25Le Poinçonnet : Très bons débuts du Poinçonnet -> https://t.co/tBZ7j4U1wL
19:07Coulounieix-Chamiers : Préfet Frédéric Perissat : « nonobstant la loi chasse, je reste le patron » -> https://t.co/WGQBNSjKM6
18:36Périgueux : Prise de conscience de l’urgence climatique et sociale -> https://t.co/3npg9YL2Rs
18:19RT : Pour un Jean-François choqué, l’incarcération de est particulièrement sévère au regard de son âge. Venant… https://t.co/oRDsTLZrE8
18:18RT : La droite qui s’indigne de l’incarcération de Patoche c’est la même qui a fait du « laxisme de la justice » son fon… https://t.co/YWj0Z29AGn
18:04Saint-Laurent-sur-Manoire : Une troisième saison riche de découvertes -> https://t.co/Ksxua3wlZj
18:04RT : [A LA UNE A 18h00] De nouvelles scènes de violence ont émaillé des manifestations interdites à Hong Kong, la police… https://t.co/3SuiyShqYU
18:00Castelnaud-la-Chapelle : Sensibiliser le public aux enjeux du climat et de la biodiversité -> https://t.co/00uPHwNESp
14:18RT : Merci aux ⁦⁩ ⁦pour cette article sur le train des primeurs. Ils confirment mes propos ainsi que ceux de ⁦… https://t.co/a1wVulXTlH
08:26Périgueux : (VIDÉO) Jean-Philippe Granger : "le monde agricole est aussi des négociations sur le réforme des retrai… https://t.co/quugxSk02B
07:08Chancelade : Deux incendies, une maison totalement détruite aux portes de Périgueux -> https://t.co/zJ68vKjs43

Toutes les oreilles à l'écoute

Festival Le Bruit de lla musique

Lentement, presque paresseusement, mais inéluctablement, les gouttes tombent et s’écrasent, produisant chacune leur son, qui englobe tout le reste, quand on y prête vraiment attention...
L’installation de Marie Bouchacourt au lavoir de Domeyrot est idéale pour se mettre dans l’ambiance du festival Le Bruit de la musique, qui continue jusqu’à ce soir dans plusieurs communes aux alentours de Saint-Silvain-sous-Toulx, où est installé le chapiteau central.
Faite «avec des bouts de ficelles», en l'occurrence de fils, de mikados et de gouttes d’eau, l’aménagement de l’artiste dromoise «avec de l’eau» permet de retrouver une écoute attentive, grâce à un travail sur le son provoqué par les gouttes d’eau lorsqu’elles tombent des objets installés. « L’idée, c’est que les gens puissent provoquer d’eux-même ces petites pluies et soient attentifs aux sons, aux bruits du quotidien ». D’où une installation simple et ludique au cœur du village, au lavoir donc, « ce sont souvent des lieux très beaux et plus très fréquentés, alors que c’était souvent un lieu de rencontre, avant », raconte Marie Bouchacourt.
Elle-même vient au festival depuis ses débuts il y a sept ans, fascinée par la qualité du silence en Creuse, et toujours intéressée par la programmation musical : « On aime ou on aime pas, mais c’est toujours une expérience, une découverte », assure-t-elle.
Et la première des découvertes du festival, comme chaque année, s’est faite autour d’un instrument détourné, une coutume d’importance pour les organisateurs. En l’église de Saint-Silvain-sous-Toulx pour ce premier concert jeudi, les spectateurs ont pu découvrir le duo de Lionel Malric et Pak Yan Lau aux... pianos préparés. Imaginé par John Cage en 1938, le piano préparé, comme son nom l’indique, est un piano auquel on ajoute des objets entre les cordes pour en produire des sonorités... qui n’ont plus rien à voir avec celles qu’on a l’habitude d’entendre.
Et le public a répondu plus que présent pour ce début de festival : « Ce que nous craignions est arrivé : les églises commencent à être trop petites », sourit Lê Quan Ninh. Mais qu’importe le manque de sièges, debout ou assis par terre, chacun a pu découvrir les multiples possibilités du piano préparé. Des sons aux tonalités tantôt bestiales, tantôt mécaniques, à la fois grinçantes et rafraîchissantes, tantôt dérangeantes, tantôt envoûtantes, mais toujours étonnantes, tant à l’écoute qu’à la vue de la maîtrise des deux musiciens farfouillant parmi les cordes pour en sortir des sons toujours plus insolites...
Le public, spectateur mais aussi acteur : les premiers arrivants ont pu essayer le «concert pour trente pédales» d’Hugo Roussel : trente pédales reliées à une même guitare électrique pour un mélange d’effets incongru et détonnant. Les plus hardis ont aussi joué le jeu de venir habillé comme au temps du festival de Woodstock, qui s’est tenu il y a 50 ans jour pour jour et auquel un hommage est rendu pour ses valeurs de paix, d’amour et de musique... La décoration du site (par Les Bobines) va en ce sens.

Au programme ce samedi

Promenade préparée
A 10 heures à Saint-Silvain-sous-Toulx, avec Patricia Ferrara et ses danseurs.
Soliloc’
A 11 heures à La Spouze (La Celle-sous-Gouzon), avec Aurélie Maisonneuve.
Emmanuelle Pépin et Lionel Garcin
à 15 heures à l’église de Toulx-Sainte-Croix, danse et musique.
Hyper rice
A 17 heures à l’église de Domeyrot, par Hyper Duo.
Concert participatif
A 20 heures sous le chapiteau, par Lê Quan Ninh et Nelly Mousset, avec 10 participants du public.
Frisette, «le bal»
A 21 heures sous le chapiteau, mélange de musique de genre et de sonorités incongrues, idéal pour se dépenser.