Fil info
19:33Issoudun : Hôpital : la télémédecine c’est maintenant -> https://t.co/Zn3L2f1M3l
19:33 88%? On ne m'a jamais demandé mon avis...
19:30Déols : Dix-huit candidates pour une seule place de Miss Centre -> https://t.co/ms5IXRRMnw
19:28Châteauroux : L214 sur le marché pour dénoncer les conditions d’élevage -> https://t.co/dQjjde0KjI
19:25Le Poinçonnet : Très bons débuts du Poinçonnet -> https://t.co/tBZ7j4U1wL
19:07Coulounieix-Chamiers : Préfet Frédéric Perissat : « nonobstant la loi chasse, je reste le patron » -> https://t.co/WGQBNSjKM6
18:36Périgueux : Prise de conscience de l’urgence climatique et sociale -> https://t.co/3npg9YL2Rs
18:19RT : Pour un Jean-François choqué, l’incarcération de est particulièrement sévère au regard de son âge. Venant… https://t.co/oRDsTLZrE8
18:18RT : La droite qui s’indigne de l’incarcération de Patoche c’est la même qui a fait du « laxisme de la justice » son fon… https://t.co/YWj0Z29AGn
18:04Saint-Laurent-sur-Manoire : Une troisième saison riche de découvertes -> https://t.co/Ksxua3wlZj
18:04RT : [A LA UNE A 18h00] De nouvelles scènes de violence ont émaillé des manifestations interdites à Hong Kong, la police… https://t.co/3SuiyShqYU
18:00Castelnaud-la-Chapelle : Sensibiliser le public aux enjeux du climat et de la biodiversité -> https://t.co/00uPHwNESp
14:18RT : Merci aux ⁦⁩ ⁦pour cette article sur le train des primeurs. Ils confirment mes propos ainsi que ceux de ⁦… https://t.co/a1wVulXTlH
08:26Périgueux : (VIDÉO) Jean-Philippe Granger : "le monde agricole est aussi des négociations sur le réforme des retrai… https://t.co/quugxSk02B
07:08Chancelade : Deux incendies, une maison totalement détruite aux portes de Périgueux -> https://t.co/zJ68vKjs43

Un poilu "oublié" à La Force (24) retrouvé à Sainte-Feyre

Souvenir Français

C’est un simple oubli, qui a été découvert par hasard : Salvador Roig, mort pour la France, ne figure pas sur le monument aux Morts de sa commune de La Force (24). Grâce aux recherches du Souvenir Français de Bergerac, il a pu être retrouvé à Sainte-Feyre...
La commune de La Force souhaitait restaurer son monument aux Morts, et l’une des missions du Souvenir Français, outre l’aide financière, et de vérifier qu’il ne manque pas de noms. «On cherche les manquants, dès 1870, car il en manque beaucoup en 1914-1918», explique Nelly Rigoulet, secrétaire du comité du Souvenir Français de Bergerac. Un rapport généalogiste qui a porté ses fruits à La Force, puisqu’ils ont trouvé la retranscription du décès de Salvador Roig dans la fiche nationale.
Pour cela, de longs mois de recherches ont été nécessaires, sur internet pour commencer, puisque Nelly Rigoulet est webmaster. Ils ont alors pris contact avec Sainte-Feyre, où ils ont été reçus samedi dernier par la municipalité, qui leur a ouverts leurs registres avant une petite cérémonie d’hommage au carré militaire, où Salvador Roig repose parmi les 131 soldats enterrés là.
C’est avec émotion que la maire Nadine Dufour les a reçus, soulignant l’importance du devoir de mémoire, et cheminant avec la délégation de Dordogne au travers des archives pour retracer le parcours du soldat. Elle retrace l’histoire du CMN (Centre médical national) de Sainte-Feyre, construit en 1906 et réquisitionné dès 1914 pour soigner les militaires : il a accueilli 300 blessés ou malades pendant cette guerre.
Et parmi eux, Salvador Roig, donc, décédé le 13 mai 1918. «On sait qu’il a séjourné à l’hôpital de Sainte-Feyre, et qu’il est bien décédé ici, d’une embolie pulmonaire», note Nelly Rigoulet. S’ils n’ont pas réussi à réunir toutes les pièces du puzzle, le Souvenir Français de Bergerac a reconstitué quelques éléments clés de la vie du soldat. Né en 1894 à Llesuy, un tout petit hameau de la commune de Sort dans la province de Nerida en Espagne, une ville qu’ils ont eu du mal à trouver étant donné qu’elle était mal orthographiée.
Salvador a émigré avec ses parents en France en prenant l’itinéraire de la Vela Garonne, et ils se sont établis à La Force.  «Là, il y a quelques trous dans leur histoire, la France ne fait de recensements que tous les cinq ans, mais on retrouve la famille en 1921», raconte Frédéric Gontier, du comité de Bergerac du Souvenir Français. Ils ont tout de même découvert qu’entre temps, en 1917, l’état-major militaire a recruté Salvador Roig dans le 50e régiment d’infanterie (RI) de Périgueux, un régiment local. Si on ignore son parcours pendant la guerre, il y restera peu, puisqu’il est mort à l’hôpital en Creuse.
Dans les registres de Sainte-Feyre, ils ont aussi découvert que Salvador Roig était charpentier en fer. La mention «Mort pour la France» y figure, comme à La Force, mais il n’était pas répertorié en tant qu’espagnol pour la commune creusoise. «C’est l’aboutissement d’une longue enquête», se satisfait Frédéric Gontier.
La prochaine étape sera Sort, la ville de naissance de Salvador Roig, le 28 août prochain, pour tenter de retrouver sa trace, même si peu d’espoir persistent : à l’époque, c’est l’Eglise qui répertoriait les naissances, et l’évêché aurait brûlé. Mas le peu qu’ils trouveront complétera le dossier, avec les éléments recueillis ce samedi matin à Sainte-Feyre, qui appuyer a leur demande pour le nom de Salvador Roig figure (enfin) sur le monument aux Morts de La Force.