Fil info
23:39Creuse : FNE 23 : nouvelle association qui préserve la nature creusoise, y compris des éoliennes | L'Echo… https://t.co/Qa3j5YQ9rF

Les syndicats scandalisés par le poste de "chargé de mission"

Education

Réuni le 3 septembre dernier, au lendemain de la rentrée, le CTSD (comité technique spécial départemental) devait procéder à des ajustements de la carte scolaire... Face aux nombreux besoins, l’IA-Dasen (inspecteur d’académie - directeur académique des services de l’éducation nationale) n’a répondu que partiellement aux attentes et s’est attiré la colère des trois syndicats enseignants - la SNUipp-FSU, FNEC-FP-FO et l’UNSA éducation.
« Il y a un point de crispation qui nous a mis d’accord, c’est ce poste de chargé de mission injustifié et injustifiable », déclare Luc Marquès du SNUipp-FSU. Une création de poste « fourre tout, prétendument destiné à améliorer et fluidifier la mise en œuvre et le déroulement de stages dans les écoles du département ».
Injustifié, car basé sur aucun bilan. « Quand on lui demande de quantifier le besoin, il est incapable de répondre. Or quand on fait un projet, normalement on sait ce qu’on veut », dénonce Luc Marquès. D’ailleurs, il semblerait que ce poste ait été occupé dès la pré-rentrée, donc avant sa création, « si la mission était justifiée il aurait dû faire un appel à candidatures ». Visiblement, la personne était trouvée avant le poste, ce qui fait penser aux syndicats à un «petit arrangement entre amis».
« Les stages de troisième en collège, il n’y a jamais eu de problème pour les organiser », enchérit David Grosvallet pour Force ouvrière (FNEC-FP-FO), qui se demande pourquoi c’est à un professeur des écoles que ce poste est revenu « alors qu’il y a des besoins sur le terrain ». D’autant que la recrue de contractuels semble mal engagée, l’IA-Dasen aurait annoncé 3 ou 4 recrutements possibles alors qu’il y avait déjà onze postes vacants à la rentrée...
Injustifiable donc, quand on sait que « en Creuse, il y a eu plus de 1.000 journées d’absence non-remplacées l’an passé », et la semaine dernière pour la rentrée, il ne restait déjà plus que deux-tiers des brigades de remplacement disponibles, « on sait qu’en période de crise, c’est juste, ça va coincer, et peut-être même avant novembre ». Or le poste de chargé de mission, occupé par un professeur des écoles, représente 144 jours d’absences non remplacées...
Luc Marquès continue : « il y a des écoles dont les effectifs nécessitent une ouverture ». A Sainte-Feyre et Saint-Fiel, notamment, avec respectivement 130 et 123 élèves pour cinq classes et pour lesquels l’IA-Dasen a proposé la création d’un demi-poste chacun, soit un appui pédagogique les matins à Saint-Fiel et la même chose les après-midi à Sainte-Feyre... Le hic, c’est que les horaires ne sont pas compatibles : cela représenterait 26 heures par semaine, or les services d’un professeur des écoles est de 24 heures !
Unanimement opposés à ce poste, les syndicats ont fait une contre-proposition pour que ce poste de «chargé de mission» soit plutôt redistribué aux écoles de Saint-Fiel et Sainte-Feyre. Le Dasen devrait prendre sa décision ce jeudi 12 septembre lors du prochain CTSD : « si c’est ce qu’il nous propose, le vote sera unanime pour ».