Fil info
10:52 si vs lisez l’histoire de Laurent, fauché par 1 chauffard à 12 ans... tjrs au à 39 an… https://t.co/mUr0Y0ztjS
10:41Périgueux : « Travailler dans une bibliothèque, ce serait le rêve » -> https://t.co/Om386ffkdU
08:48Marsac-sur-l'Isle : Dixième salon animalier du Périgord : coup d'envoi au parc des expo' ! -> https://t.co/p6CLIkLE08
07:47France : Nouvelle exposition au musée de la Résistance, regard sur les brigades internationales -> https://t.co/caNMHLqoaD
07:44# # - -Vienne : Les Petits Ventres, un succès sans cesse renouvelé! -> https://t.co/TTzFlA4Xuk
07:41Région : A la découverte de l’architecture contemporaine -> https://t.co/OSBGQvtF79
07:37Région : A Limoges, la voie du «faire pour apprendre» -> https://t.co/SqNTZduZAH
04:00La Douze : Un motard gravement blessé au sud de Périgueux -> https://t.co/MsiSO6cCfK
21:47 Un fait'div ! Vous ne vous sentez plus à Limoges...
20:36Périgueux : Juste "une pension digne du travail effectué" -> https://t.co/WJfjd1lZNU
20:29Le Blanc : Concert exceptionnel du chœur Mikrokosmos à Saint-Génitour -> https://t.co/NGRUEp7bS2
20:26La Châtre : La gauche se positionne et élabore dix propositions -> https://t.co/QVKtmmPuHT
20:22Châteauroux : Le nouveau quartier sur le site des 100 000 Chemises prend forme -> https://t.co/3YLUgPgWbG
20:19France : La question des enjeux alimentaires fait son cinéma -> https://t.co/FNy0X1qgvB
19:24Boulazac : Face à face poids-lourd-voiture : un mort et un blessé grave près de Périgueux -> https://t.co/JbGEj2ICby
19:19Périgueux : Pour l’égalité des parents devant la loi -> https://t.co/HrDXS6XflH
17:35🛑 en cours près de , route de Buxerolles à . Une voiture serait sur le toit, les pompiers… https://t.co/w8pRkLy9wh
17:00RT : Jusqu'à ce soir, venez profiter de l'ambiance conviviale et gourmande de la 47e édition de la Frairie des petits ve… https://t.co/AvYoXrK1ER
16:44RT : Sarlat-la-Canéda : Des inquiétudes partagées par les professionnels de santé -> https://t.co/KJMIm8TvxW
16:44RT : Jusqu'à ce soir, venez profiter de l'ambiance conviviale et gourmande de la 47e édition de la Frairie des petits ve… https://t.co/AvYoXrK1ER
16:43RT : Viam : Des câbles de fibre optique vandalisés -> https://t.co/USG2IZ4mxU
16:42Jusqu'à ce soir, venez profiter de l'ambiance conviviale et gourmande de la 47e édition de la Frairie des petits ve… https://t.co/AvYoXrK1ER
16:40Sarlat-la-Canéda : Des inquiétudes partagées par les professionnels de santé -> https://t.co/KJMIm8TvxW
16:38Perturbations en Limousin aujourd'hui dans la circulation des trains, après le droit de retrait observé par les che… https://t.co/zH6DyVFLAa
16:35Périgueux : Le Zéro risque, une culture -> https://t.co/WWnBdnpQYh
16:34Viam : Des câbles de fibre optique vandalisés -> https://t.co/USG2IZ4mxU
16:29RT : Maurice Papon qui, faut il le rappeler, aura dans sa vie mis successivement les juifs dans les trains et les arabes… https://t.co/figlLMjJD1

"Une autre réforme est possible"

Social

Malgré les différents appels à la grève des syndicats au niveau national, la Creuse a fait le choix de l’unité, et les syndicats CGT, FO et FSU appellent à la grève et au rassemblement le 24 septembre prochain.
«C’est assez exceptionnel, une manifestation unitaire, mais en Creuse on a une culture du service public qui fait que les principales organisations syndicales arrivent à s’entendre», explique Laurent Margueritat, secrétaire général de l’UD-CGT. Il est vrai que l’esprit de camaraderie a toujours prévalu dans la Maison des associations de Braconne à Guéret, et cette fois le syndicat FO a décidé d’aller à l’encontre de l’appel national ce samedi pour rejoindre ses camarades le mardi suivant en Creuse.
C’est donc un cortège aux multiples drapeaux qui partira de l’entreprise Sauthon mardi dès 9 heures, dans la zone Cher-du-Prat, «pour montrer qu’il n’y a pas d’emploi privé sans service public, et inversement», et rallier tout doucement le bâtiment de la Sécurité sociale de la Creuse, rue Marcel-Brunet. «En Creuse, on a la chance d’avoir un bâtiment qui regroupe toutes les branches de la Sécurité sociale». Et parce que c’est un peu le symbole du combat des Creusois pour leurs services publics depuis toujours, c’est au centre hospitalier que se terminera la manifestation aux alentours de midi pour un barbecue géant.
L’objectif est bien entendu de dénoncer le projet de réforme des retraites : «Leur seule solution [au gouvernement, ndlr], c’est de casser le système par répartition car ils ne veulent pas l’alimenter, alors que c’est l’un des plus justes et des plus efficients», déplore Stéphane Picout, secrétaire départemental de la FSU23. Si tous reconnaissent que le système actuel n’est pas parfait,  le remplacer par un système à point serait une «remise en cause complète de la solidarité et d’un système républicain».
Laurent Margueritat rappelle que le système actuel «a été construit à la libération par le conseil national de Résistance, et l’Etat ne devait pas y intervenir. à la sortie de la guerre, les anciens avaient compris que la caisse de retraite et de Sécurité sociale ne devait pas faire partie de la régulation du budget de l’état. Là, ce contrat social est rompu. Je pense que Macron est illégitime pour conduire cette réforme».
Les syndicats dénoncent «la course en avant dans la logique libérale et capitaliste» qu’induit ce système, où la retraite ne serait plus un droit mais une sorte d’assurance... Un projet qui amènerait à un système par capitalisation à terme, tel qu’il existe aux Etats-Unis, pourtant encore plus déficitaire... «Ils annoncent déjà que la somme consacrée aux retraites ne doit pas dépasser 14% du PIB, or demain le nombre de retraités va augmenter, si l’enveloppe globale n’augmente pas, la somme touchée par chacun va diminuer», assure Stéphane Picout. Car la valeur du point pourra évoluer au fil des ans, ne garantissant plus rien aux cotiseurs.
Sébastien Trocellier, secrétaire général UD-FO 23, s’inquiète : «Tout le monde va être touché au portefeuille, tout le monde est concerné, même les jeunes». Il annonce des chiffres : pour un même emploi, quelqu’un né en 1961 touche une pension de 73% de son dernier salaire, et quelqu’un né en 1990 ne touchera plus que 56% de son dernier salaire. Car la retraite par points fusionnerait l’ensemble des services, impliquant une forme d’injustice. «Les privilégiés en France ne sont pas ceux qui ont des régimes spéciaux, c’est un contrat social mais ce ne sont pas eux qui plombent, la plupart sont d’ailleurs équilibrés», assurent Laurent Margueritat.
Et en Creuse, il parait inconcevable de demander à certains de travailler plus longtemps : «Beaucoup sont issus du milieu agricole ou du bâtiment, des travaux pénibles, comment on pourrait leur demander de travailler jusqu’à 67 ans pour une retraite de 700 € ?», s’insurge Laurent Margueritat. Derrière se pose la question de la dépense, avec des maisons de retraite dont les tarifs dépassent les 2.000 euros mensuels...
Partant du principe que ce sont aux partenaires sociaux et non à l’Etat de conduire cette réforme, les syndicats ont d’autres solutions que ce système, à commencer par l’application de la loi sur l’égalité homme-femme: «On pourrait récupérer 6 milliards de cotisation retraite», si les femmes avaient droit aux mêmes salaires que les hommes. Pour Stéphane Picout, il faut «élargir les assiettes de cotisation», en y impliquant notamment le patronnat ou les actionnaires...
«Une autre réforme est possible. On est dans un choix de société où il va falloir se positionner par rapport au partage des richesses. Quelque part, c’est un changement global», note Laurent Margueritat, qui prône le retour de l’âge de la retraite à 60 ans, la prise en compte de trois ans d’études dans le calcul, la reconnaissance de la pénibilité, et les 32 heures hebdomadaires pour une économie de transport bénéfique à la planète... Cette première manifestation n’est donc qu’un prémice aux actions futures pour contrer ce projet...

Le parcours

9 heures
Rendez-vous devant l’entreprise Sauthon, ZI Cher-du-Prat.
10h30
Débats devant la Sécurité sociale de la Creuse.
12 heures
Barbecue géant devant le centre hospitalier de Guéret.
Covoiturage
Possible au départ de La Souterraine à 8h30, sur le parking du CCYF.