Fil info
18:52La fabrique d’un journal. Imprimerie Rivet. Éditeur de . Colère aussi de savoir que l’, après… https://t.co/UrC2sD3iXM

La mémoire de l'association Vert et Bleu éditée

Naillat

L’histoire commence en 1992, quand un citoyen creusois remarque des jalons plantés sur une propriété des Grandes-Fougères, à Noth. Très vite, on s’aperçoit qu’il s’agit d’un projet d’enfouissement des déchets ménagers collectés par le Siers, aujourd’hui Evolis 23... L’association Vert et Bleu voit le jour en mars, contre ce projet, et les premières pétitions sont lancées. Au fil des ans, le nombre d’adhérents augmente, dans l'expectative de ce que deviendra le site...
C’est en 1995 que le préfet signe l’arrêté préfectoral d’autorisation d’un centre d’enfouissement technique. En 1996, le site est occupé plusieurs mois, la situation est «explosive», des contacts sont établis, l’association est de plus en plus soutenue, des rencontres au ministère de l’Environnement ont lieu, le conseil municipal de Noth démissionne...
Rien n’y fait, en 1997, l’exploitation du site débute. Vert et Bleu n’abandonne pas le combat, et passera les années suivantes à collaborer à la recherche de solutions alternatives. Les années défilent, ponctuées de recours en justice, manifestations, l’incertitude s’installe, les déchets continuent de s’accumuler... jusqu’en 2018, où la décharge des Grandes-Fougères ferment... Combat gagné ? Non, place limitée, et les déchets sont désormais enfouis dans les départements limitrophes...
2018, c’est aussi l’année de la dissolution de Vert et Bleu, «parce qu’on avait le sentiment d’être inutiles et de servir de caution», regrette Daniel Parinaud, ancien président. Mais avant de se quitter définitivement, les membres ont fait le choix de sauvegarder cette «mémoire collective» et ont rédigé et édité un «mémoire» de 68 pages, qui sera déposé aux Archives départementales, aux municipalités de Noth et Naillat, et envoyé à la Société des sciences.
Aussi complet que possible, il retrace le parcours de l’association, vibrant hommage aux fondateurs et adhérents «qui a aucun moment n’ont capitulé», et qui ne capitulent toujours pas, «individuellement, on doit continuer la lutte. On ne peut pas rester dans un système où l’on ne tient pas compte du peuple». Divisé en trois parties, historique, analyse et annexes de «choses utiles pour situer le climat», il a été distribué samedi aux adhérents, dans un moment empreint d’émotion mais non dénué de convivialité.
Reste à l’association à liquider son budget, ce qui en restait étant dédié à un banquet, déjà effectué, à ce mémoire, et le reste doit être distribués aux associations environnementales de Noth et Naillat (il en existe une seule à Noth, ndlr) et aux scolaires, qui serviront pour les cantines des deux communes.