Fil info
05:30Enfin une bretelle pour accéder directement au parc d'activités de la Croisière. https://t.co/EhNKk6ZDAJ
05:27RT : Brive-la-Gaillarde : La Maison Robert Bach se fait toute rose -> https://t.co/Cb5nSnlbiX
21:22Brive-la-Gaillarde : La Maison Robert Bach se fait toute rose -> https://t.co/Cb5nSnlbiX
21:09Tulle : Un cross solidaire au collège Clémenceau -> https://t.co/vSDj4XoEy4
18:45Indre : Les communistes du côté des retraités contre la hausse de la CSG -> https://t.co/ylC2FMkyFn
18:42Une plaque commémorative a été installée en 2013 devant la médiathèque pour ne pas oublier https://t.co/OEb5gZc8yp
18:39Chaque année ville martyre se souvient du massacre des Algériens à Paris https://t.co/1IKFNRfSKE
18:17# # - -Vienne : «Petites machines à habiter» : le défi de l’«archi-récup» -> https://t.co/HZ4CVlcKhn
18:06Dordogne : « Je suis déjà condamné à perpétuité par ma conscience » -> https://t.co/S7cEaMGQ8J
18:03Région : Accès direct à La Croisière, enfin ! -> https://t.co/pT5qdN2GEx
17:57 Vous avez remarqué que qd vous mettez -Vienne ça ne prend que ? Et personne ne cherche ça...
17:53Arrivés mardi soir à Felletin, les participants à une des quatre marches pour la forêt, celle démarrée à Perpignan… https://t.co/GfVcrG7NkE
17:41# # - -Vienne : «Ils ont délibérément choisi la méthode de la chaise vide» -> https://t.co/RqS4qjwao6
17:38# # - -Vienne : Un lieu et des idées -> https://t.co/nqJId6qEQL
17:36# # - -Vienne : Quand le mérite porte bien son nom -> https://t.co/K5DhVpkE8X
17:21Dordogne : Les engagements de Soliha en faveur de l’amélioration de l’habitat -> https://t.co/E8uwmwewi6
17:06Châteauroux : Gilles Colosio raccroche son appareil photo -> https://t.co/VmCrjC6A3l
16:31Thierry Mazabraud, secrétaire général du SPF 87 a été fait chevalier de l'Ordre National du Mérite. La médaille lui… https://t.co/9n79RabMbc
15:35Périgueux : De la démonstration au geste technique -> https://t.co/uY0g2qNrVH
14:48RT : Les filles ont prises leur photo de groupes https://t.co/t9iIllnyXx
08:34 Quelle mascarade ...trois pékins de gauche ont appelé au secours les partis de gauche et que… https://t.co/nQRzli9szR
08:29RT : Rachat collectif du Magasin Général de Tarnac! Contribuez à ce projet sur https://t.co/dwuSJvzThN
08:08Bergerac : Rencontres catholiques de lycéens dans une église en crise -> https://t.co/AP8mUm3qrK
08:00➡🔎 A l'assaut d' dans sur avec et Alexandra Kassar. La découverte d'un magnifi… https://t.co/d4KKxqAMmf

Froome maîtrise l'alerte

TOUR DE FRANCE (15e étape) : Laissac Sévérac-l'Église - Le Puy-en-Velay

Une crevaison de la roue arrière a contraint Froome à une course-poursuite intense alors que l'équipe AG2R La Mondiale de l'enfant du pays, Romain Bardet, était passée à l'offensive quelques minutes plus tôt.
« J'ai un peu paniqué », a reconnu le Britannique à l'arrivée. « J'ai pensé que peut-être je ne pourrai pas rentrer. »
Froome est parvenu à revenir bien avant le sommet de Peyra Taillade, un col de première catégorie très raide (jusqu'à 16 %) et inédit sur le Tour. Avec une grande lucidité malgré quelques huées d'un public pro-Bardet que le vainqueur sortant n'a pas remis en cause.
« L'accueil sur les routes de France a été super cette année », a estimé très diplomatiquement le favori de cette édition. « C'est super que les supporters soient autant engagés ! »
Le Britannique a expliqué avoir cassé sa roue arrière avant le pied de la montée, sur une route très encaissée et sinueuse. Sur les images TV, on le voit s'entretenir avec son équipier espagnol Mikel Nieve pour lui dire de rester dans le groupe des favoris puis être dépanné par le Polonais Michal Kwiatkowski.
Pointé à quelque 45 secondes de ses rivaux quand il est reparti, Froome a bénéficié dans un premier temps du travail de Nieve, puis d'un autre coureur de Sky, l'Espagnol Mikel Landa, pour faire la jonction. Un travail d'équipe !
Le Britannique en a été quitte pour un grand coup de stress. Mais il n'a rien cédé dans cette étape aux autres prétendants au podium, hormis une poignée de secondes -14 exactement- à l'Irlandais Dan Martin parti dans le final grappiller un peu de temps pour revenir à la 5e place du classement (à 1 min 12 sec).
Bardet : un simple test
Romain Bardet, très vivement encouragé sur ses terres, a félicité ses équipiers pour le travail accompli. « Le plan était de mettre à profit une étape que je connaissais bien pour mettre en difficulté nos concurrents », a commenté le natif de Brioude (Haute-Loire).
« Mais ce n'était pas propice aux grandes offensives », a souligné le Français (3e au classement), qui a testé ses rivaux vers le haut de Peyra Taillade, avant les 30 derniers kilomètres, sans insister. Il a pu vérifier simplement la vigilance du Colombien Rigoberto Uran (4e) qui a sauté immédiatement dans sa roue.
Pour la victoire du jour, Mollema a précédé de 19 secondes ses premiers poursuivants (Ulissi, Gallopin, Roglic, Barguil). Lancée sur des bases élevées par Barguil, l'étape (189,5 km) a pris tournure sur le plateau de l'Aubrac, qu'un groupe de 28 coureurs a traversé bien avant (6-7 minutes) le peloton.
L'Allemand Tony Martin, seul en tête, a buté sur la pente de Peyra Taillade. C'est après le sommet, franchi en tête par Barguil, porteur du maillot à pois du meilleur grimpeur, que Mollema s'est dégagé pour rejoindre l'arrivée en solitaire.
Quintana capitule
Le Néerlandais, qui est âgé de 30 ans, s'est imposé pour la première fois dans une étape du Tour. Le lieutenant de l'Espagnol Alberto Contador dans le Tour 2017 s'est déjà distingué au classement général qu'il a bouclé à deux reprises dans les sept premiers (6e en 2013, 7e en 2015).
« Ces dernières années, je courais pour le général. Cette fois, je suis là pour aider Alberto et essayer de remporter une étape », a expliqué Mollema.
« C'était difficile de faire partie de l'échappée. Ensuite, je n'avais pas le choix. Je devais partir seul et éviter le sprint car je ne suis pas un coureur explosif », a ajouté le Néerlandais.
Septième du dernier Giro, Mollema a signé la première victoire néerlandaise depuis le départ de Düsseldorf.
Peyra Taillade a été trop dur aussi pour le Colombien Nairo Quintana, déjà à la peine dans la grande étape des Pyrénées jeudi dernier. Le « Condor » a terminé attardé et a reculé au classement général au-delà de la dixième place (11e).
« J'ai subi la fatigue », a reconnu Quintana. « Malheureusement, je ne récupère pas comme je l'espérais. La tête pousse toujours plus que le corps mais quand celui-ci ne répond pas, on ne peut pas faire grand chose ».
Pour lui, comme pour beaucoup de coureurs, la seconde journée de repos, prévue dans le département très champêtre de la Haute-Loire, est la bienvenue.