Le « team manager », l’autre face du duo d’entraîneurs

Championnat de voltige aérienne

Derrière les pilotes, toute une équipe œuvre dans l’ombre pour leur offrir les meilleures conditions de vol possibles. Parmi eux, le « team manager », ou « chef d’équipe » dans la langue de Molière.
« Je suis le référent vie dans l’équipe, résume Jérôme Houdier, « team manager » de l’équipe de France. Je m’occupe des réservations d’hôtel, de l’ordre de passage des vols pendant les stages, des courses et des commissions éventuelles. Je suis également l’interface entre l’équipe et les arbitres. Je suis le chef d’équipe à côté de Patrick Paris, l’entraîneur et référent technique. On travaille en étroite collaboration pour faire en sorte que l’équipe soit dans les meilleures conditions possibles. Je vais par exemple inciter les pilotes à choisir une stratégie plutôt qu’une autre. »
des stages pour souder le groupe
Pour se préparer au mieux, l’équipe se retrouve lors de cinq stages d’entraînement répartis tout au long de l’année. « Les stages permettent de construire petit à petit l’esprit d’équipe, reprend Jérôme Houdier. On travaille sur les compétences techniques mais aussi sur le collectif. C’est aussi important car, par exemple, ce matin, ils doivent décider ensemble quelles figures imposer aux autres concurrents dans le programme de vol inconnu. »
Avec une douzaine de pilotes,
l’équipe de France est l’une des plus importantes écuries. « C’est une force et un handicap. On travaille la culture de l’échange, le partage et la collaboration entre les pilotes. La voltige est un sport où on est tous ensemble au sol mais chacun pour soi en l’air. » Sur les premiers jours de compétition, Jérôme Houvier livre une analyse de passionné : « Comme on pouvait s’y attendre, les Russes sont présents et sont très forts, comme les Espagnols et les Tchèques. Les pilotes vont se tirer la bourre jusqu’à la fin. »
Info, vidéo et photos sur les réseaux sociaux et le site internet des championnats de voltige : wac2019.fr