Fil info
19:43Sainte-Orse : Une découverte sportives des sentiers et des bories -> https://t.co/vfA6wElVJb
19:40Dordogne : De l’ombre qui produit de l’électricité -> https://t.co/cQsXKDom8r
18:16Coulounieix-Chamiers : Quatre mois de travaux en vue -> https://t.co/9DxT4NVa43
18:13Beynac-et-Cazenac : Le chantier du contournement ouvert à la visite -> https://t.co/1mo9f1CLSt
18:07Douadic : Un hommage solennel rendu aux déportés -> https://t.co/gg1MPDzyaL
18:03Indre : Retour en images sur le Festival international des sports extrêmes -> https://t.co/4nwa33KUXh
17:54Châteauroux : Un air de guinguette pour les résidents des Rives de l’Indre -> https://t.co/6E2VQAyolz

Préavis de grève à l’hôpital local

Social

Depuis des années les salariés de l’hôpital de Domme dénoncent des conditions de travail, et de prise en charge des patients, se dégradant.
Aujourd’hui, ils estiment que la coupe est pleine et, soutenus par le syndicat Cgt, ont déposé un préavis de grève illimité à partir du mardi 18 juin à 9 h. Ils ont alerté leur direction par le biais d’un tract lui indiquant : « Depuis votre prise de fonction, nous n’avons eu de cesse de vous alerter sur la dégradation des conditions de travail des personnels soignants et hôteliers de notre hôpital. Quotidiennement, les représentants du personnel sont sollicités par les agents qui sont à bout physiquement et psychiquement ». Pour eux, « le non remplacement des arrêts de maladie couplé à une mauvaise gestion par l’encadrement des services de soins accentuent gravement la mauvaise qualité de notre travail. L’insécurité règne et, les soins prodigués aux personnes hospitalisés ou en hébergement s’en trouvent lourdement dégradés. Cet état de fait, nous en sommes tous conscients, tous les jours sans que celui-ci soit pris au sérieux ni par vous, ni par notre directeur général et encore moins par nos tutelles ». La situation était déjà tendue dans cet hôpital de proximité, mais les réformes gouvernementales, destinées à faire des économies d’échelle, avec par exemple les fameux Groupements hospitaliers de territoire (Ght), l’ont rendue, pour les agents, ingérable : « Les mesures drastiques d’économie (voire dangereuses)  se sont accélérées depuis notre adhésion au Ght de la Dordogne sans jamais se soucier de  l’impact qu’elles auraient sur la santé du personnel. D’ailleurs, dès le 13 novembre 2015, nous alertions déjà  sur la toxicité d’adhérer au Ght, qui obligerait à concentrer les moyens sur l’établissement support .....aujourd’hui le constat est sans appel,  c’est chose faite! ». De très nombreuses revendications motivent cet appel à la grève, comme le remplacement systématique de personnels à hauteur des besoins dans tous les services de soins et d'hôtellerie lors des arrêts de travail et des congés, sans redéploiement, une autre politique de management et un encadrement qui doit être de proximité et présent auprès des agents, un plan de titularisation immédiat pour résorber l’emploi précaire, la mise en place d’une véritable politique sociale, « afin de redynamiser notre établissement et éviter ainsi la fuite massive du personnel soignant. Notre hôpital doit être reconnu par notre direction générale et par nos tutelles comme une entité à part entière de la direction commune, il ne doit pas être la cinquième roue du carrosse ».
La direction départementale de l’Agence régionale de santé a aussi été destinataire de ce tract.