Fil info
09:38 Attention, suite à un accident de la circulation, la route entre Périgueux et Sarlat (D 710) es… https://t.co/FbdhHNMpss
09:38Corrèze : Ils veulent créer un collectif pour « sauver Ruffaud » -> https://t.co/dp595UDUgj

Nouvelle vie pour le moulin

Initiative

La bâtisse avait été un moulin à aube, elle a un temps fourni de l’électricité au châtelain de l’époque il y a de ça bien un siècle. Et puis, la bâtisse a simplement été. Sans habitants. Sans fonction... si ce n’est celle à la rigueur de témoignage. Et quand on commence à voir un témoignage, on finit par voir un trésor. Cette bicoque qui avait été un moulin, c’est aussi un pan d’histoire du Donzeil, alors quand celle-ci a  finalement été proposée à la vente, le conseil municipal n’a pas tardé à savoir quoi en faire. Y arriver a pris plus de temps...
Sept ans après les premières discussions était inaugurée, mi-septembre, la nouvelle vie de l’ensemble que constituait l’ancien moulin qui, restauré a pris la fonction de gîtes communaux, l’un pouvant héberger 10 à 12 personnes, l’autre 2-3.
«Ce patrimoine, on a voulu le conserver, c’est quelque chose d’important pour la commune, et c’est quelque chose qui à présent peut aussi apporter un peu d’animation», souligne le maire de la commune, Claude Simonet. Les bâtiments retapés, de l’isolation aux huisseries en passant par les enduits et la modification même de certaines pièces, devraient bientôt accueillir les touristes... au premier chef desquels, peut-être, des pêcheurs.
Le moulin acquis par la commune faisait partie d’un lot comprenant aussi une fermette et un étang... C’est ce dernier qui est à l’origine des premières discussion fin 2011. «La commune était locataire du plan d’eau depuis une décennie, il y avait donc une très forte appropriation du public. Quand le propriétaire a voulu vendre le site il s’est tout de suite tourné vers la mairie», explique Jacky Guillon, président de ce qui était alors la Ciate, qui a en tant que tel fait office de médiateur. Mais la conservation du site pour un usage public avait un prix : 450.000€ abaissé par la suite à 435.000€. Une somme que ne pouvait aligner ni la commune ni l’intercommunalité.
«J’ai pris contact avec la fédération de pêche pour voir s’ils pouvait être partenaire.» Le plan d’eau a toutes les qualités, une position centrale sur le département, un cadre des plus bucoliques et même une partie zone humide qui peut ouvrir droit à une subvention de l’agence de bassin. Sur le partenariat la commune acquerrait le bâtiment pour 100.000€, les pêcheurs l’étang et la fermette pour 335.000€.
La fédération finit par dire banco... mais l’engagement ne se fait pas illico, côté finances, les pêcheurs, tout comme les élus, rament. Et le temps presse, après un an de discussion, le propriétaire a décidé de se tourner vers le privé. « J’ai alors proposé, en septembre 2013 que la Ciate se charge l’acquisition du plan d’eau à condition que la fédération s’engage à le racheter ensuite», résume Jacky Guillon. Dossier bouclé le 30 décembre 2013 à la veille de l’ultimatum lancé par le propriétaire. Deux ans plus tard débutaient les travaux de restauration...
La fédération de pêche est propriétaire du plan d’eau (la fermette, elle l’a revendue) qui devrait être aménagé en vue de la création de la maison de la pêche et de l’environnement.