Fil info
23:59 Retour au 19e siècle. ...
17:20Catherine Baly, secrétaire générale de l’Union départementale CGT de la Creuse était convoquée jeudi au... https://t.co/MurxSp1j1I

La ligne aérienne Périgueux-Paris refait parler d’elle

Conseil général

L’assemblée départementale est réunie en session depuis mardi pour examiner le budget primitif. Hier, les débats ont surtout porté autour de la question de la ligne aérienne Périgueux-Paris dont le financement du déficit faire toujours polémique.

Il y a des sujets qui reviennent tellement souvent dans les débats qu’on serait tentés d’en faire un maronnier. La ligne aérienne Périgueux-Paris n’échappe pas à la règle. Objet de la polémique cette fois-ci, encore et toujours le financement de son déficit, annoncé à hauteur de 1,2 millions d’euros cette année par le Grand Périgueux qui a hérité du bébé au 1er janvier.
Le conseil général était appelé à délibérer sur sa participation au déficit à hauteur de 400 000 euros contre 315 000 euros l’an dernier. L’Etat s’étant désengagé de
277 000 euros, les différents partenaires de la ligne doivent revoir leur participation à la hausse. La CCI lâchera péniblement 41 000 euros. « Si ce dossier a valeur d’accompte, je le voterai. Si c’est une participation tranchée, je ne le voterai pas », prévient d’emblée le vice-président communiste aux routes Jacques Auzou, par ailleurs président du Grand Périgueux.Autrefois, l’agglomération périgourdine ne versait que 130 000 euros. A présent, elle participera à hauteur de 50 %, mais refuse d’aller au-delà. « On prend 50 % du déficit alors que c’est une ligne départementale », insiste péremptoire Jacques Auzou qui rappelle que la ligne n’est pas uniquement empruntée par des personnes de l’agglomération. « Il n’y a aucune garantie de conserver la ligne dans les trois ans, même si nous avons un préavis de six mois à respecter avant son arrêt ». Une position qui agace Bernard Cazeau. « On met 100 000 euros de plus et ça ne vous suffit pas. Avant de crier au loup, faut savoir ce qu’il va se passer. Vous verrez à la DM1 (budget supplémentaire) si l’assemblée a les moyens de rajouter quelque chose ». Une réponse satisfaisante pour Jacques Auzou qui votera le dossier.
En revanche, l’ex-futur candidat à la présidence du Département Thierry Boidé dénonce « une gabegie de se payer deux aéroports en Dordogne ». Bernard Cazeau, lui, se veut pragmatique avec en tête l’arrivée de la LGV à Bordeaux en 2017. « Il faut encore tenir deux ans. Après Bordeaux ne sera plus qu’à deux heures de Paris et Angoulêm à 1 h 35. Et il n’y aura plus besoin d’aéroport. Ce n’est pas la peine d’aller vous masturber le cerveau pour rien ». Le dossier sera finalement vote à la quasi unanimité, Daniel Garrigue ayant choisi de s’abstenir.
Mis à part l’aéroport, au cours de cette première journée de débats, il a été question à plusieurs reprises des futures compétences du Département actuellement en discussion dans le cadre du projet de loi NOTRE, entre le Sénat et l’Assemblée nationale. Le logement passera par exemple à la Région, tout comme les Transports. Mais pour le tourisme, ce sera partagé avec le Département et les communautés de communes. « La boulimie régionale n’a pas de limites», soupire Bernard Cazeau.
Le dossier sur les travaux routiers a été également sujet à une très vive discussion entre Daniel Garrigue, qui se plaignait de l’absence d’un giratoire à Gabanelle, un carrefour dangereux de Bergerc, et le vice-président aux routes Jacques Auzou qui lui a rappelé que la Ville avait préféré en aménager un un peu plus loin pour irriguer une zone commerciale quand l’usage veut que ce soit les promoteurs immobiliers qui aménagent les rond-points comme cela a été le cas à Boulazac ou Sarlat. « Bergerac a l’habitude de pleurer souvent », note-t-il au passage. Reprise des débats ce matin à partir de 9 h 30.

Du changement sur Terrasson
Finalement, Serge Eymard, conseiller général sortant de Terrasson, ne sera pas le candidat socialiste sur le canton aux élections départementales de mars prochain. Il a préféré se retirer pour des raisons privées. Il sera donc suppléant de Michel Lajugie, conseiller général sortant apparenté communiste de Salignac-Eyvigues. L’information devrait être annoncée officiellement en début de semaine prochaine.

Commentaires

j'ai lu sur <a href="http://simulationpinel.com/amortissement-scellier/">fiscal.immo</a> que le dispositif fiscal scellier allait faciliter les investissement de la ligne aérienne

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.