Fil info
21:07RT : La police de Limoges lance un appel à témoins suite à la disparition d'Arnaud Potier, disparu depuis vendredi midi. https://t.co/rAuK1qZxGe
18:59Région : Quand l’Education nationale se rapproche de l’entreprise -> https://t.co/abJQTWKUYT
18:56Indre : [intégral] Vanik Berbérian écrit à Agnès Buzyn -> https://t.co/ujYXcKy3cC
18:55Saint-Gaultier : Eglise romane : près de dix siècles d’histoire -> https://t.co/wuUUrPuqav
18:54Indre : Comment aider les orphelins à faire leur deuil ? -> https://t.co/wQmyQUEZYj
18:51# # - -Vienne : Les retraités en ont marre d’être maltraités -> https://t.co/2qWOFhpBhs
18:50Indre : Dans l’intimité de George Sand -> https://t.co/PX6rcRd6DG
18:46La police de Limoges lance un appel à témoins suite à la disparition d'Arnaud Potier, disparu depuis vendredi midi. https://t.co/rAuK1qZxGe
18:13Région : Des pistes pour économiser l’eau -> https://t.co/9yZl9eksh1
18:05RT : Le parti d’extrême droite fait son entrée au parlement de avec 11% des voix. Nouvelle alerte. La pest… https://t.co/G0HDwpOFRW
17:53# # - -Vienne : Des stagiaires au bout du rouleau -> https://t.co/1zI0CG5nSs
17:50Comme chaque 2e dimanche d’octobre, les badauds ont pris d’assaut les rues, le champ de foire de Chénérailles pour… https://t.co/tq5okDutiD
16:56Mercredi 17 octobre SOLIHA Dordogne-Périgord avec le Département fête ses 50 ans à Périgueux de 9h à 12… https://t.co/e2NGHhFMUF
16:52# # - -Vienne : Le marché aux plantes prend racine parc Victor-Thuillat -> https://t.co/M63o5XWUoy
15:03Dordogne : Entre colère et exaspération -> https://t.co/NCUw6GWJO9
15:02Dordogne : Dominique Bousquet, pour un dernier mandat à la tête des Républicains -> https://t.co/OPVJXzHbQp
14:54RT : Partons à la rencontre de qui se bougent pour améliorer notre quotidien. Adil, entraîneur de jeunes à… https://t.co/yTLQbQ2euk
14:49Périgueux : Partir des besoins des chômeurs et des entreprises -> https://t.co/XFbbbE1Sbg
10:15MAIRE DE CULAN EN COLERE : depuis une semaine le bureau de poste est fermé, cette situation risque de perdurer… https://t.co/3goxhKCdWH
10:13Guéret : RPG, la radio en plein développement | L'Echo https://t.co/kicpJST4fG via

Les habitants de Saltgourde préparent leur riposte

Périgueux - Gour de l'Arche

Déterminés à lutter contre le projet de démolition de leurs logements porté par la municipalité, les habitants de Saltgourde s’organisent. Samedi, ils ont préparé leur action coup de poing de cette semaine.
Au milieu des odeurs de peinture et de quelques éclats de rire, les visages sont concentrés, la main ne doit pas trembler sur le carton ou le tissu. Chaque lettre doit être soigneusement apposée sur le support pour une meilleure lisibilité. Atelier banderoles et pancartes samedi matin au centre social l’Arche au Gour de l’Arche. Aux commandes, une petite dizaine de personnes, tous habitants des logements de Saltgourde et organisés au sein du comité de défense de Saltgourde. Déterminés à faire reculer la mairie qui prévoit de détruire les 220 logements pour n’en reconstruire que 30, ils doivent mener une action coup de poing samedi prochain, en allant à la rencontre des habitants du quartier, en défilant et en distribuant des tracts sur le rond-point de la Beauronne. « On aime tous notre quartier, or on essaye de nous le détruire. Tous les habitants qu’on va chasser de chez eux ne reviendront pas, ça met en péril l’école, la crèche, les commerces », affirme Erwan Baete. Tous les habitants de Saltgourde s’accordent sur un point : il n’y a jamais eu de concertation sur le projet qu’ils ont appris par hasard par la presse. Aussi, ils ne décolèrent pas contre la mairie qui mène ce dernier à la hussarde. D’autant que la plupart d’entre eux n’a aucun désir de partir, ayant effectué toute sa vie ou presque dans les logements de Saltgourde. À l’image d’Yvette, 75 ans, dont 40 ans passés dans sont F4. « C’est la moitié de ma vie. Mes enfants y ont grandi. Ils ont fait toute la scolarité dans le quartier. C’est mon quartier. C’est mon village. Il y a le boucher, le pharmacien, le docteur, l’école... Mon logement a toujours été bien entretenu. Le papier sur le mur était si beau que je n’ai jamais osé accrocher mes tableaux par peur de l’abîmer. Si j’avais su... » La campagne à la ville, c’est un qualificatif que l’on retrouve souvent dans la bouche des habitants du Gour de l’Arche, profondément attachés à leur quartier. « Le matin, on est réveillés par le chant des oiseaux », insiste Yvette qui vit très mal la décision de la mairie « qui prêche le faux en décrivant ces immeubles hlm comme insalubres et de véritables coupe-gorges. Tout est fait pour démolir les gens ».
Même son de cloche pour Josie dont le logement est situé juste à côté de celui de sa mère de 88 ans à qui elle vient en aide quotidiennement. « C’est à se demander s’il ne veulent pas détruire totalement le quartier ». Un autre habitant explique y vivre depuis 58 ans. Déjà traumatisé par une première démolition il y a dix ans, il refuse de revivre le même scénario. Philippe, lui, dénonce « un gaspillage ». « Le projet initial prévoyait une réhabilitation. Nous n’avions rien contre, au contraire puisque c’est ce que nous réclamons ».
L’annonce de la volonté de destruction des immeubles a déjà commencé à faire partir une dizaine de locataires, ce que regrettent ceux qui restent qui craignent que l’hémorragie ne s’en arrête pas là et fasse boule de neige. Dans leur bras de fer engagé contre la municipalité, les habitants de Saltgourde ont trouvé un allié de poids, le conseiller municipal Front de gauche Vianney Le Vacon. « Ça fait plusieurs mois que nous sommes sur le quartier aux côtés des habitants. Faire de la politique, être élu, c’est être au service des gens, s’occuper d’eux », se défend l’élu, taxé par le maire de faire de la récupération politique. Le comité de défense de Saltgourde dispose désormais d’une page Facebook et d’un blog : saltgourde.blogspot.fr. Il prévoit de s’organiser prochainement en association et s’est déjà rapproché d’un avocat pour l’aider dans ses démarches. Le projet d’un recours contre le projet de la municipalité, dont la convention ne serait toujours pas signée, est également dans les tuyaux.
E. C.