Fil info
23:35La une du Jeudi 27 Juillet 2017 https://t.co/lriYQ630fb
09:16Dans notre édition d'aujourd'hui : - Haute-Vienne : Pour l'AVEC, la grève se termine mais la lutte continue -... https://t.co/0z3rkIdMPm

Place à l’espoir et au changement

Législatives 2017

Jean-Paul Salon et Laurence Meynard Delage brigueront la 3e circonscription sous la bannière Pcf/Front de Gauche lors des législatives des 11 et 18 juin prochains.
Jean-Paul Salon, 64 ans qui a été dirigeant départemental du Pcf et conseiller régional et Laurence Meynard-Delage, 47 ans, travailleuse sociale, et conseillère municipale de Trélissac seront donc candidats sur la 3e circonscription.
Une circonscription qui a obtenu tout comme au plan départemental des scores intéressants pour Jean-Luc Mélenchon au 1er tour de la présidentielle, et traditionnellement à gauche. « Au second tour le vote a été franc contre le FN sans  que ce soit un vote d’adhésion pour Macron qui est dans la droite ligne des politiques libérales menées depuis dix ans. Mais sur cette circonscription c’est aussi le bilan du gouvernement et de la députée sortante Colette Langlade qui a tout voté : loi El Khomri, sur les retraites, budgets d’austérité asphyxiants les collectivités locales, tous les budgets de la sécurité sociale. En se vantant d’un retour à l’équilibre alors que de plus en plus de gens renoncent à se soigner faute de moyens. Donc la gravité de la situation dans le département elle en est responsable par ses décisions et son attitude ».
Pour les candidats « cela faisait près de 40 ans que la gauche n’avait pas retrouvé ses couleurs en donnant un tel score à un candidat de transformation de la société. L’enjeu c’est de faire en sorte d’avoir un vote d’espoir et de changement afin de ne pas laisser la majorité à Emmanuel Macron et à la droite et de mettre en place des députés qui écoutent les citoyens
et les protègent des lois antilibérales ». Imposer une cohabitation pour mener une autre politique c’est l’ambition de Jean-Paul Salon et Laurence Meynard Delage.
Une candidature qui a du sens
Pour Laurence Meynard Delage cette candidature a du sens,
« candidate suppléante de Jean-Claude Pinault en 2015 sur le canton Isle Loue Auvézère il s’agit pour moi de la continuité du travail engagé en étant fidèle à nos valeurs et à nos engagements sur ce territoire. Pour défendre une France plus protectrice et solidaire qui redonne la priorité à la commune comme maillon de base de la vie démocratique et de l’égalité entre les citoyens. Pour moi la question qui se pose aujourd’hui ce n’est pas pour quel candidat faut-il voter pour donner une majorité au président, mais de quel nouveau député le gauche les gens ont besoin pour les défendre écouter et agir ».
La défense des communes et une nouvelle organisation territoriale que rétablirait la clause de compétence générale et faire du Département le moteur de l’égalité républicaine, des régions le moteur du renouveau économique industriel et agricole tout en redonnant à l’État la cohérence pour rétablir la cohésion nationale. Tel est un des axes que vont défendre les deux candidats. Des axes issus du programme du Pcf La France en commun « dont nous revendiquons les proximités avec le programme de Jean-Luc Mélenchon », précise Jean-Paul Salon.
Parmi les autres axes de campagne, la question des salaires et des retraites. « Notre département est le 84e en terme de salaires et il ne peut pas y avoir de développement sans le déblocage des salaires et des retraites. Sur ce territoire, le tissu économique est composé à 90 % de Tpe et Pme qui dépendent beaucoup de la consommation locale et plus le niveau de vie recule, plus leur activité baisse ». Le duo compte aussi défendre le développement des Tpe et Pme « en élaborant un plan État/Région de développement des industries stratégiques sur les filières d’avenir comme l’industrie du bois, du cuir, de l'agro-alimentaire, la protection de l’environnement et le
tourisme ». Autre axe de travail, la relocalisation des productions agricoles avec les circuits courts, le développement de l’agriculture paysanne et en agissant pour une nouvelle politique agricole et alimentaire répondant aux besoins du marché intérieur. Et enfin la relance des services publics comme facteur d’égalité citoyenne et territoriale notamment en facilitant l’accès à la santé pour tous. « Pas seulement en construisant des maisons de santé vides qui sont un gâchis mais en y installant des médecins et en faisant en sorte qu’elles soient pluridisciplinaires. En élargissant le numerus closus pour avoir plus de médecins et élargir le recrutement. En créant des brigades départementales publiques de médecin pour faire en sorte qu’il n’y ait plus de vides en finançant un médecin salarié qui remplace un médecins parti en retraite le temps qu’il soit remplacé. Cela permettrait d’éviter la création de déserts médicaux et la dispersion de la clientèle et enfin en faisant un moratoire contre la fermeture et le démantèlement des hôpitaux et notamment ceux de proximité».
Philippe Jolivet

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.