Fil info
08:37RT : Results records pour psa et Renault, chez GM&S on crève pour qu'ils s'en mettent plein les poches… pauvre france
22:46RT : 🚴😀✍🏼Voici la liste des coureurs amateurs engagés à la 52ème édition du Critérium Cycliste de Dun-le-Palestel Samedi… https://t.co/VL51rJXdDH
18:33À pleurer heureusement qu'il y a encore, ailleurs, de vrais journalistes https://t.co/hUXrp4kNNc
08:58RT : merci à de l pour le bel article sur notre opposition à l'arme nucléaire https://t.co/19iYzofajV

Le pari d’un Fest’in peu copieux

Après une première édition l’an dernier amputée d’une soirée pour cause d’attentats à Nice, Fest’in Ribérac revient les 14 et 15 juillet prochains au parc des Beauvières à Ribérac pour deux soirées à taille humaine avec notamment au programme Les Wampas ou encore Slimane.

Amateur de festivals tels que les Vieilles Charrues, les Francofolies ou encore les Eurockéennes, passez votre chemin, Fest’in Ribérac, qui se revendique comme un événement à taille humaine, n’est pas fait pour vous. Pour sa seconde édition, le festival se la joue modeste.
Fest’in Ribérac qui reste au parc des Beauvières en centre-ville, le Grand Souk qui choisit l’exil à la base de loisirs de La Jemaye... Un an après la polémique, inutile de refaire le match, d’autant que l’un comme l’autre ont souffert d’une fréquentation décevante en 2016 ce qui n’a pas manqué de déclencher une polémique sur le nombre réels de festivaliers. Quoi qu’il en soit, comme promis en dépit des mauvaises langues qui annonçaient un festival mort-né, Fest’in Ribérac revient pour une seconde édition. Avec l’espoir qu’elle sera bien complète cette année et non amputée comme l’an dernier.
Festival voulu à taille humaine, Fest’in Ribérac joue la carte de la modestie côté programmation, restreinte côté groupes programmés. Pas de têtes d’affiche tapageuses et hors de prix, mais des valeurs sûres à même de faire venir du monde dans ce petit coin de Périgord Vert.
Trois groupes par soirée et un Dj entre les changements de plateau c’est dire si la programmation est maigre, mais les organisateurs veulent éviter les erreurs commises l’an dernier avec une tête d’afffiche, Youssoupha, monté sur scène à une heure du matin passée.
Pour entrer dans la trance vendredi soir, le public a notamment rendez-vous avec Hilight Tribe et leur son electro-instrumental où fusionnent guitare, basse, batterie, voix congas, djembé, didgeridoo et autres percussions ou instruments a cordes originaires des quatre coins du monde. Fort de six albums, quatre clips et 500 concerts à son actif, Hilight Tribe a une réputation qui le précède puisque le groupe est le précurseur d’un style devenu un courant musical.
Autre incontournable de la scène programmé cette année à Ribérac, les Wampas, qui gravitent autour de la scène indépendante depuis... 1983 et dont la notoriété auprès du grand public n’a véritablement explosé qu’en 2003 avec le tube Manu Chao. On ne sait pas encore si Didier Wamaps le chanteur aura d’ici le 14 juillet eu plus de facilité à trouver le porte-feuille de Manu Chao que celui de Bernard Cazeau. A défaut, les Wampas pourront toujours s’enorgueillir d’avoir inventé le rock n’roll.
300 concerts, des premières parties de la Rue Ketanou, des Ogres de Barback, de Sinsemillia, de Babylon Circus, de De Palmas... également programmé vendredi soir, Le Trottoir d’en face est un groupe de huit musiciens qui a sû rouler sa bosse depuis 2006 et qui saura ravir les amateurs de métissage musical entre rock, rumba, chanson, ballade, reggae, etc. Du reggae, il y en aura justement le samedi soir avec Taïro, dont le leader Ismaël Jolé-Ménébhi a bien failli avoir une toute autre trajectoire que celle de musicien puisqu’il avait été choisi pour jouer le jeune Werther de Jacques Doillon en 1993. Le même soir, le public pourra profiter de ce qui est, paraît-il, le chanteur coqueluche du moment : Slimane révélé par le télécrochet de téléréalité The Voice dont il a remporté la cinquième édition. La soirée sera complétée par la prestation de SCH, présenté comme
l’étoile montante du rap hexagonal et, comme le soir précédent, par plusieurs sets de DJ So One.

Une programmation éclectique
Vendredi 14 juillet : ouverture du festival dès 19 h, Hilight Tribe (natural trance), Les Wampas (punk-rock), Le trottoire d’en face (scène française) et DJ So One entre les changements de plateau et en fin de soirée.
Samedi 15 juillet : Taïro (reggae), Slimane (scène française), SCH (rap) et DJ So One entre les changements de plateau et en fin de soirée.

Tarifs et réservations
Fest’in Ribérac, 14 et 15 juillet au Parc des Beauvières à Ribérac. Tarifs : un soir : 15 euros ; pass deux jours 24 euros en prévente ; 20 euros la soirée et 30 euros le pass deux soirs sur place le soir des concerts. Gratuit pour les moins de douze ans (retrait obligatoire d’un billet gratuit au Forum culturel pour pouvoir rentrer dans l’enceinte du festival). Billets (non repris ni échangés) en vente au Forum culturel, sur digitick.com, ticketmaster.fr et Francebillet.com. Renseignements au 05 53 92 52 30 ou sur www.festin.org

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.