Fil info
17:16RT : Villeroy débloqué pour le week-end car les camions ne roulent pas…. On revient en force. Reposez vous. GM&S. https://t.co/f59aaideCO
16:20L'Echo https://t.co/PIAt84wAqz
16:18L'Echo https://t.co/pwZTsNX4MW
16:13L'Echo https://t.co/yvjiZfBASJ
16:12L'Echo https://t.co/vpiGWbmPqf
15:56L'Echo https://t.co/6XKpvLgkDx
12:37RT : : La tente Quechua symbole de la lutte des GM&S... Les salariés entament le 4e jour de blocage du site Rena… https://t.co/Cb1z00BIeu
12:36RT : Corrèze : Les buralistes en colère : 15 radars automatiques bâchés -> https://t.co/OwL6iu1wWa
10:59L'Echo https://t.co/DwKm1usA00
09:15Dans notre édition aujourd'hui : - Social : Faire avec l'AVEC ne sera pas évident pour la culture en Limousin. -... https://t.co/d6w26HCvoJ
23:27L'Echo https://t.co/ij4l91wem0
23:25L'Echo https://t.co/AbKFcQWXgJ
23:22La une du Vendredi 21 Juillet 2017 https://t.co/pcnadmCuww
22:00RT : Mais si les n'avaient pas bougé, il y a un moment qu'on ne négocierait plus rien ! https://t.co/VzJX0eaPlr
21:06RT : En AG à Villeroy , les GM&S décide de maintenir le blocage de Renault en dépit de la demande de Bruno Le Mair… https://t.co/GiLrQw2RkU
20:02L'Echo https://t.co/Zkg8S9hj7c
18:50L'Echo https://t.co/m9oXgLHoNh
18:41Appel au bénévolat Angelica a 2 ans et demi. Depuis peu, on lui a diagnostiqué un trouble du spectre autistique.... https://t.co/SB3NZcVMeN
18:37La fin du mois de juillet arrive et les membres de l’Amicale motocycliste creusoise (AMC) s’occupent des derniers... https://t.co/BcmQiBMltQ
18:33Dans la salle des fêtes de la maison d’arrêt de Guéret en ce lundi, une dizaine de personnes détenues étaient... https://t.co/uiLSmJuqib
18:32L'Echo https://t.co/yHmfeOLZjX

Soutenir, prévenir et militer

L’association nationale SOS homophobie vient de créer sa 18e délégation territoriale en Dordogne à la suite de la forte mobilisation de militants le 17 mai dernier lors de la journée mondiale de lutte contre l’homophobie et la transphobie. Composée d’une dizaine de membres, elle va effectuer des missions de prévention.

Parce que l’homosexualité est encore parfois un tabou et surtout parce qu’elle peut être la cause d’agressions verbales voire physiques, y compris en Dordogne, l’association SOS homophobie a décidé d’étendre son action sur le département, grâce à un noyau dur d’une dizaine de personnes qui ne demandent qu’à recruter de nouveaux membres, sans distinction aucune, bien évidemment.
« L’homophobie n’est pas une opinion, c’est un délit ». En 2017, on pourrait croire qu’affirmer ceci, comme le fait Erwan Dubarry Baete, membre actif de la délégation territoriale de SOS homophobie en Dordogne, revient à enfoncer des portes ouvertes. Malheureusement non. Ni plus, ni moins qu’ailleurs, en Dordogne, les homosexuels et plus largement les LGBT (Lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres), sont victimes de discriminations en raison de leur orientation sexuelle mais également d’agressions le plus souvent verbales, mais également physiques. Combien ? Impossible de le dire puisqu’aucune statistique n’existe en la matière. En outre, l’an dernier sur le département, aucune plainte pour ce motif n’a été enregistrée. Ne serait-ce parce que « les victimes n’ont pas toujours conscience d’avoir subi un acte LGBTphobe », affirme Erwan Dubarry Baete, ou se sont habituées à devoir subir des quolibets.
Mais plus question pour la délégation territoriale de SOS homophobie en Dordogne de laisser passer ce genre de choses. Elle a été créée pour remplir trois missions : soutenir, prévenir et militer. A peine née, la délégation placée sous la responsabilité de Christophe Loiseleur, s’est fixée pour tâche principale de faire connaître la ligne d’écoute nationale anonyme et gratuite de SOS homophobie (1).
« Ce numéro était encore inconnu en Dordogne puisque l’an dernier, moins de cinq appels émanaient du département. Le diffuser et le faire connaître va nous permettre de recueillir les témoignages de Périgordins victimes d’actes LGBTphobes et éventuellement de les prendre en charge pour les aider dans leurs démarches, les encourager à porter plainte, etc. », indique Erwan Dubarry Baete.
Le volet principal de l’intervention de la délégation territoriale de SOS homophobie en Dordogne restera la prévention. Ainsi, dans les semaines qui viennent vont être mises en place des interventions en milieu scolaire à destination des établissements qui en font la demande, pour les classes allant de la quatrième à la terminale. SOS homophobie dispose en effet d’un agrément en ce sens de la part du ministère de l’Education nationale. « Dans un deuxième temps, nous allons également faire des interventions pour les adultes dans les entreprises, administrations et services sociaux », reprend Erwan Dubarry Baete. L’objectif poursuivi reste le même, prévenir encore et toujours les actes et les paroles LGBTphobes.
Des interventions qui interviendront en parallèle des actions militantes menées pour obtenir l’égalité des droits. Comme par exemple la procréation médicalement assistée pour l’ensemble des femmes, la facilitation du parcours de transition, la facilitation du changement d’état-civil et de numéro de sécurité sociale, le don du sang pour les gay et les bi sans distinction (il faut déclarer un an d’abstinence pour pouvoir donner), des soins de tanatopraxie pour les malades du Sida qui en sont toujours privés, etc.
La délégation territoriale de SOS homophobie en Dordogne ne cache pas ses ambitions et pour les mener à bien a besoin de nouvelles forces vives sur l’ensemble du département, notamment sur le Périgord Vert et le Périgord Noir. Pour ce faire, il suffit de la contacter par mail : sos-dordogne@sos-homophobie.org.

(1) 01 48 06 42 41.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.